Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Maroc: Nasser Zefzafi, le leader de la contestation populaire arrêté

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Festival "afroféministe" : le compromis de la maire de Paris

En savoir plus

FOCUS

Soudan du Sud : la famine, arme de guerre

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Cannes 2017 : et la Palme d'or est attribuée à...

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Merkel-Trump, je t'aime moi non plus"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

France - Russie : des relations économiques pas si frileuses

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Macron, président à poigne"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Cannes 2017 : Costa-Gavras, le cinema engagé sur la Croisette

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Lutte contre le terrorisme en Europe : et maintenant ?...

En savoir plus

Economie

GM attend la décision de la justice concernant sa restructuration

Texte par Dépêche

Dernière modification : 03/07/2009

Les débats sur le plan de restructuration de General Motors au tribunal des faillites de New York se sont achevés jeudi. Le constructeur américain attend désormais la décision du juge pour être fixé sur son sort.

AFP - Les débats au tribunal des faillites de New York sur la vente des actifs sains de General Motors à une nouvelle entité contrôlée par l'Etat américain ont pris fin jeudi, le juge Robert Gerber chargé du dossier devant désormais prendre sa décision.
   
"La séance est ajournée", a décidé le juge new-yorkais vers 16H00 (20H00 GMT), après trois jours d'audience.
   
Après avoir entendu témoins, plaidoiries et remarques depuis mardi, le juge Gerber a demandé aux diverses parties prenantes de lui "faire parvenir par email" leurs requêtes finales sur le plan de restructuration du numéro un américain de l'automobile.
   
Le juge n'a pas précisé quand il rendrait publique sa décision, ni de quelle manière.
   
De source proche du dossier, on estimait qu'une décision du juge pourrait intervenir dès ce week-end, plusieurs avocats ayant prévu de remettre leurs remarques entre vendredi et samedi.
   
Dans une affaire similaire, le redressement judiciaire du concurrent Chrysler, le juge en charge du dossier avait rendu public son feu vert en cours de week-end sur le site internet du tribunal.
   
Le "nouveau" GM doit être détenu à 60,8% par l'Etat américain, à 11,7% par l'Etat canadien et à 17,5% par le syndicat automobile américain UAW. Les créanciers détiendront 10% du capital en échange de l'annulation de 27 milliards de dollars de dette.
   
Les actifs non repris par la nouvelle société auront vocation à être liquidés par la justice.
   

Première publication : 03/07/2009

COMMENTAIRE(S)