Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Barbarie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La constance, c'est la confiance"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La fermeture de restaurants Mac Donald's en Russie : scandale sanitaire ou pression politique ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : l'ONU va déployer 10 000 casques bleus

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Blackout médiatique contre les jihadistes

En savoir plus

DÉBAT

Rentrée économique en France : tableau noir pour l'exécutif ?

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : accord impossible ?

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile divisée à propos de Darren Wilson

En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • Gaza : trois commandants du Hamas tués dans un raid israélien

    En savoir plus

  • Yémen : ultimatum de la rébellion chiite qui exige la démission du gouvernement

    En savoir plus

  • Présidentielle au Brésil : la candidature de Marina Silva menace Dilma Rousseff

    En savoir plus

  • Syrie - Irak : le pape François tantôt pacifiste, tantôt interventionniste

    En savoir plus

  • Cécile Rol-Tanguy : "Je représente les résistantes qui ont été oubliées"

    En savoir plus

  • Assassinat de James Foley : les États-Unis ont tenté de le libérer

    En savoir plus

  • Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

    En savoir plus

  • Le chef de l'armée désigné Premier ministre à Bangkok

    En savoir plus

  • Ukraine : "C’est le début de la Troisième Guerre mondiale"

    En savoir plus

  • Pourquoi les négociations sur un cessez-le-feu permanent sont un cauchemar ?

    En savoir plus

  • Libération de Paris : où étaient les combattants noirs de la 2e DB ?

    En savoir plus

  • Netanyahou compare le Hamas aux jihadistes de l'État islamique

    En savoir plus

  • Fabius veut coordonner avec l'Iran la lutte contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Darius, ce jeune Rom lynché en juin et SDF en août

    En savoir plus

Asie - pacifique

L'armée américaine reprend le contrôle d'un district aux Taliban

Vidéo par Aurore DUPUIS

Texte par Dépêche

Dernière modification : 03/07/2009

Au terme de la première journée de l'opération "Khanjar", la plus importante lancée depuis mars 2007 en Afghanistan, l'armée américaine a repris un district de la province du Helmand, un fief taliban.

AFP - L'armée américaine a lancé jeudi une grande offensive contre les talibans, la première de l'ère Obama, dans leur bastion de la province du Helmand (sud), reprenant dans la journée le contrôle d'un district, sans résistance selon l'armée afghane.

Peu avant l'aube, des dizaines d'avions et hélicoptères ont déversé près de 4.000 Marines américains dans la vallée de la rivière Helmand, au coeur de la province, ont annoncé les forces américaines à des journalistes dans une de leurs bases du sud afghan.

Cette opération baptisée Khanjar ("Coup de poignard" en dari ou pachtoune, les deux langues principales du pays) est la plus vaste depuis l'annonce par le président Obama de l'envoi de 21.000 soldats en renforts, notamment dans le sud, bastion d'une insurrection qui gagne du terrain depuis plus de deux ans.

Elle est également considérée comme la plus grande opération conjointe (avec les forces afghanes) menée en Afghanistan depuis mars 2007, lorsque l'armée britannique a envoyé 5.500 soldats dans une autre région du Helmand.

Quelque 650 policiers et soldats afghans participent également à sa première phase de cette opération qui vise à sécuriser la province avant l'élection présidentielle du 20 août et restaurer la confiance des habitants à l'égard du gouvernement afghan, selon les militaires américains.

Des drones seront utilisés pour suivre le déroulement de l'opération.

Dans l'après-midi, l'armée afghane a annoncé que les troupes avaient "repris" aux talibans un district de la province, sans rencontrer de résistance.

"Le district de Khanishin est sous le contrôle total du gouvernement. Les ennemis se sont enfuis", a affirmé à l'AFP le général Shaïr Mohammad Zazaï, qui commande le corps de l'armée afghane ayant pris part à l'assaut.

Mais les Américains ont également perdu un soldat, tué par un "tir hostile", a déclaré un porte-parole militaire, le lieutenant Kurt Stahl, dans donner plus de détails.

La première phase de Khanjar doit durer 36 heures, ont indiqué des officiers, et ses cibles principales sont les districts de Garmser et Nawa, proches des zones tribales du nord-ouest du Pakistan, considérées comme des bases arrières des talibans. Entre 300 et 500 combattants talibans se trouveraient dans le seul district de Nawa, selon les officiers américains.

Au niveau opérationnel, "les hélicoptères ont déposé toutes les troupes au sol à Garmser et Nawa", a indiqué le lieutenant Stahl. "La moitié des objectifs ont été sécurisés à la tombée de la nuit, en avance sur le programme", a-t-il affirmé, ajoutant que les soldats ont rencontré une "légère résistance".

Ces districts sont des bastions rebelles où les forces internationales n'ont jamais réussi à pénétrer durablement depuis leur arrivée en Afghanistan à la fin 2001, lorsque la coalition internationale menée par les Etats-Unis a chassé les talibans du pouvoir.

"L'opération Khanjar diffère de celles lancées précédemment, par l'ampleur des forces et sa rapidité", a déclaré dans la matinée le général Larry Nicholson, commandant sur place du corps des Marines.

Les talibans ont répondu qu'elle n'aurait pas plus de succès que les précédentes. "Nous résistons, et adopterons toutes les tactiques de guerre à la situation", a déclaré l'un de leur porte-parole, Yousuf Ahmadi, cité par l'agence Afghan Islamic Press.

Helmand est également la principale province productrice d'opium en Afghanistan, qui fournit plus de 90% de la production mondiale. Une partie du fruit de ce trafic sert à financer l'insurrection.

Première publication : 03/07/2009

COMMENTAIRE(S)