Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

kenya : Kenyatta et Odinga appellent au calme a 6 jours du scrutin

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"Où est Santiago Maldonado ?"

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Chine : Xi Jinping, nouveau Mao ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Harcèlement sexuel, la parole se libère sur la toile.

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Bafel Talabani : le référendum au Kurdistan était une "erreur colossale"

En savoir plus

TECH 24

Holo-Math : ils vont vous faire aimer les mathématiques

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

"Flat tax" : révolution fiscale ou cadeau au riches ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Macronisme : la théorie des "premiers de cordée"

En savoir plus

FOCUS

Au Japon, l'impact social mitigé des "Abenomics"

En savoir plus

Asie - pacifique

Le futur patron de l'AIEA dit ne disposer d'aucune preuve contre Téhéran

Texte par Dépêche

Dernière modification : 03/07/2009

S'exprimant pour la première fois depuis son élection à la tête de l'AIEA sur le dossier nucléaire iranien, le Japonais Yukiya Amano a déclaré ne disposer d'aucune "preuve solide" que l'Iran tente d'acquérir l'arme nucléaire.

REUTERS - Le futur directeur général de l'AIEA, Yukiya Amano, a déclaré vendredi ne disposer d'aucune preuve solide que l'Iran tente d'acquérir l'arme nucléaire.

 

"Je ne vois aucune preuve solide de cela dans les documents officiels de l'AIEA", a-t-il dit, s'exprimant directement sur le
sujet du nucléaire iranien pour la première fois depuis son élection, jeudi.

 

"Je ne vais pas être un directeur général 'tendre' ni un directeur général 'dur'", a encore dit Yukiya Amano interrogé par Reuters sur son approche des questions du nucléaire iranien et syrien. Les deux Etats font l'objet d'enquête de l'AIEA.

 

L'actuel directeur de l'agence internationale pour l'énergie atomique, Mohamed El Baradei, avait déclaré le mois dernier à la BBC qu'il avait "la conviction" que l'Iran cherchait à se doter de la capacité de produire des armes atomiques, ne serait-ce que comme "police d'assurance" contre d'éventuelles menaces.

Première publication : 03/07/2009

COMMENTAIRE(S)