Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Yemen : des milliers de réfugiés affluent à Djibouti

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"Christianophobie" : un mots qui fait peur..

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Hillary Clinton entre en piste pour 2016 - Les élections législatives au Royaume-Uni

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Naufrages de migrants : l'Europe passive ou impuissante ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Manuel Valls contre le racisme et l'antisémitisme

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Présidentielle américaine 2016 : l'économie dans la campagne

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Nokia s'offre Alcatel-Lucent : les emplois menacés ?

En savoir plus

BILLET RETOUR

Afrique du Sud : les familles des mineurs de Marikana réclament justice

En savoir plus

REPORTERS

Les Arméniens cachés de Turquie en quête d’identité

En savoir plus

Asie - pacifique

Le futur patron de l'AIEA dit ne disposer d'aucune preuve contre Téhéran

Texte par Dépêche

Dernière modification : 03/07/2009

S'exprimant pour la première fois depuis son élection à la tête de l'AIEA sur le dossier nucléaire iranien, le Japonais Yukiya Amano a déclaré ne disposer d'aucune "preuve solide" que l'Iran tente d'acquérir l'arme nucléaire.

REUTERS - Le futur directeur général de l'AIEA, Yukiya Amano, a déclaré vendredi ne disposer d'aucune preuve solide que l'Iran tente d'acquérir l'arme nucléaire.

 

"Je ne vois aucune preuve solide de cela dans les documents officiels de l'AIEA", a-t-il dit, s'exprimant directement sur le
sujet du nucléaire iranien pour la première fois depuis son élection, jeudi.

 

"Je ne vais pas être un directeur général 'tendre' ni un directeur général 'dur'", a encore dit Yukiya Amano interrogé par Reuters sur son approche des questions du nucléaire iranien et syrien. Les deux Etats font l'objet d'enquête de l'AIEA.

 

L'actuel directeur de l'agence internationale pour l'énergie atomique, Mohamed El Baradei, avait déclaré le mois dernier à la BBC qu'il avait "la conviction" que l'Iran cherchait à se doter de la capacité de produire des armes atomiques, ne serait-ce que comme "police d'assurance" contre d'éventuelles menaces.

Première publication : 03/07/2009

COMMENTAIRE(S)