Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

L'œuvre lumineuse d'Olafur Eliasson éclaire la Fondation Louis Vuitton

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile indienne affiche sa solidarité avec le Pakistan

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

De plus en plus de réfugiés affluent au Niger

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Cyberattaque de Sony : quand les hackers deviennent des terroristes

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

États-Unis - Cuba : "Somos todos americanos"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Cuba : la décision historique de Barack Obama

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Cuba - USA : un jour historique"

En savoir plus

DÉBAT

États-Unis - Cuba : un tournant historique (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

États-Unis - Cuba : un tournant historique

En savoir plus

Asie - pacifique

Le futur patron de l'AIEA dit ne disposer d'aucune preuve contre Téhéran

Texte par Dépêche

Dernière modification : 03/07/2009

S'exprimant pour la première fois depuis son élection à la tête de l'AIEA sur le dossier nucléaire iranien, le Japonais Yukiya Amano a déclaré ne disposer d'aucune "preuve solide" que l'Iran tente d'acquérir l'arme nucléaire.

REUTERS - Le futur directeur général de l'AIEA, Yukiya Amano, a déclaré vendredi ne disposer d'aucune preuve solide que l'Iran tente d'acquérir l'arme nucléaire.

 

"Je ne vois aucune preuve solide de cela dans les documents officiels de l'AIEA", a-t-il dit, s'exprimant directement sur le
sujet du nucléaire iranien pour la première fois depuis son élection, jeudi.

 

"Je ne vais pas être un directeur général 'tendre' ni un directeur général 'dur'", a encore dit Yukiya Amano interrogé par Reuters sur son approche des questions du nucléaire iranien et syrien. Les deux Etats font l'objet d'enquête de l'AIEA.

 

L'actuel directeur de l'agence internationale pour l'énergie atomique, Mohamed El Baradei, avait déclaré le mois dernier à la BBC qu'il avait "la conviction" que l'Iran cherchait à se doter de la capacité de produire des armes atomiques, ne serait-ce que comme "police d'assurance" contre d'éventuelles menaces.

Première publication : 03/07/2009

COMMENTAIRE(S)