Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tunisie: entre fierté et inquiétude

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : des dizaines de personnes tuées près de Beni

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Société militaire privée : le business de la guerre

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Evasion fiscale : Juncker est-il crédible en "Monsieur propre" ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Dacian Ciolos, commissaire européen à l'Agriculture et au Développement rural

En savoir plus

FOCUS

Tunisie : l’emploi, un défi pour le futur président

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Harlem Désir, Secrétaire d'État aux Affaires européennes

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Beyonce fait le buzz avec son clip "fait-maison"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Laisser aux Arabes le temps de découvrir ce que c’est que la démocratie"

En savoir plus

EUROPE

L'ex-nazi John Demjanjuk jugé apte à comparaître

Texte par Dépêche

Dernière modification : 01/12/2009

Les médecins ont déclaré John Demjanjuk, 89 ans, en état physique d'être jugé, a annoncé le parquet de Munich. L'ex-garde de camp présumé, emprisonné depuis le 12 mai, est accusé d'avoir participé au meurtre de 29 000 juifs en 1943.

AFP - La justice allemande a estimé vendredi que John Demjanjuk, 89 ans, était apte à être jugé, ouvrant la voie à un procès pour participation à la mort de 29.000 juifs qui devrait être l'un des derniers d'un criminel de guerre nazi présumé.
   
"Les médecins estiment que l'accusé est apte à comparaître, avec une restriction, que les audiences soient limitées à deux fois 90 minutes par journée d'audience", a indiqué à l'AFP une porte-parole du parquet de Munich (sud de l'Allemagne), Margarethe Nötzel.
   
L'affaire devrait être renvoyée devant le tribunal courant juillet, a-t-elle précisé.
   
Accusé de participation au meurtre de 29.000 juifs dans le camp d'extermination de Sobibor, aujourd'hui en Pologne, où il a été gardien du 27 mars 1943 à fin septembre 1943, Demjanjuk est incarcéré depuis le 12 mai à Munich.
   
Il avait été expulsé des Etats-Unis à l'issue d'une bataille judiciaire acharnée centrée sur son état de santé.
   
Les défenseurs de Demjanjuk assurent de longue date qu'il ne "survivra" pas à la détention et à un procès, mais la justice américaine avait jugé qu'il était à tout le moins transportable et l'avait expulsé.
   
La famille de John Demjanjuk aux Etats-Unis affirme qu'il est atteint d'une forme de leucémie et qu'il peut à peine bouger. Mais de récentes vidéos de surveillance américaines l'avaient montré sortant d'une voiture sans aide et sans difficulté apparente.
   
Dès son arrivée en Allemagne, Demjanjuk avait perdu une première bataille, les médecins de la prison de Munich considérant que son état de santé autorisait son maintien en détention.
   
"Son état de santé est bon (...) il est même meilleur que ce à quoi l'on peut s'attendre à observer chez un homme de 89 ans", avait assuré le directeur de la prison, Jochen Menzel.
   
La défense de Demjanjuk nie tous les faits qui lui sont reprochés, jusqu'à sa présence à Sobibor. Un de ses avocats allemands, Ulrich Busch, conteste aussi la compétence de la justice allemande et la possibilité de rejuger son client pour des faits pour lesquels, selon lui, il a déjà été "poursuivi et acquitté" en Israël et en Pologne.
   
Demjanjuk figure en troisième place sur la liste du Centre Simon-Wiesenthal des "criminels de guerre nazis les plus recherchés", mais il n'est pas certain que les deux premiers de cette liste soient encore en vie.
   
Condamné à mort en Israël en 1988, Demjanjuk avait ensuite été acquitté par la Cour suprême israélienne en raison de doutes sur son identité.
   
Jusqu'à présent, l'ancien soldat de l'Armée rouge ne contestait pas avoir été gardien du camp de Sobibor, mais il assurait y avoir été contraint par les nazis en tant que prisonnier de guerre.
   
La justice allemande avait émis le 11 mars un mandat d'arrêt contre cet ancien ouvrier de l'industrie automobile de la banlieue de Cleveland, déchu de sa nationalité américaine en 2002 pour avoir menti sur son passé.
   
En décembre 2008, la plus haute autorité judiciaire allemande avait estimé qu'un tribunal de Munich était compétent pour le juger, au motif que Demjanjuk avait vécu près de la capitale bavaroise en 1952 avant d'émigrer aux Etats-Unis.
 

Première publication : 03/07/2009

COMMENTAIRE(S)