Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

MODE

La mode de 2014 marquée par une douce révolution et une prise de conscience des créateurs.

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : calme précaire dans la capitale, violences en province

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Cameroun, la population se mobilise pour l'éducation

En savoir plus

#ActuElles

Canada : les mystérieuses disparitions des femmes autochtones

En savoir plus

REPORTERS

Le meilleur des grands reportages de France 24 en 2014

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Retour sur les temps forts de l’année 2014

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un troisième Bush à la Maison Blanche ?"

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

Pyongyang effectue de nouveaux tirs de missiles à courte portée

Texte par Dépêche

Dernière modification : 04/07/2009

Deux jours après une première salve de quatre missiles, Pyongyang a procédé au tir expérimental de sept nouveaux engins balistiques de courte portée, ce samedi, en mer du Japon, alors que les États-Unis célèbrent leur fête nationale.

REUTERS - La Corée du Nord a procédé samedi à sept tirs de missiles, sans doute de type Scud, en signe de défiance à l'égard des Etats-Unis qui célèbrent la Fête de l'indépendance en ce 4 juillet.

 

Une source au ministère sud-coréen de la Défense a confirmé que les tirs avaient été effectués sur une période de sept heures à partir de la côte orientale de la péninsule et que les engins avaient parcouru une distance d'environ 400 kilomètres, ce qui les place dans la catégorie des missiles balistiques.

 

L'agence japonaise Kyodo rapporte, elle, qu'au moins un missile Rodong, d'une portée de 1.000 à 1.400 kilomètres, aurait été tiré.

 

"Il s'agit clairement d'un acte de provocation qui viole les résolutions du Conseil de sécurité de l'Onu", précise le ministère dans un communiqué diffusé par l'agence de presse Yonhap.

 

"Le gouvernement exprime ses profonds regrets face aux initiatives persistantes de la Corée du Nord pour alimenter les tensions en Asie du Nord-Est", ajoute le communiqué.

 

Des résolutions de l'Onu interdisent à Pyongyang de procéder à des essais de ce type mais la Corée du Nord serait en possession de plus de 600 missiles de type Scud, dont des Hwasong-5 d'une portée de 300 kilomètres et des Hwasong-6 qui peuvent atteindre 500 kilomètres.

 

Les deux premiers missiles ont été testés vers 08h00 locales (23h00 GMT). Les projectiles ont parcouru 400 km.

 

Tension renforcée

 

Ces nouveaux essais interviennent dans une période de tension renforcée dans la péninsule depuis que le Nord a procédé le 25 mai dernier au deuxième essai nucléaire de son histoire.

 

Un responsable sud-coréen, souhaitant garder l'anonymat, a expliqué à l'agence Yonhap que ces essais constituent un message à l'adresse des Etats-Unis.

 

"Les missiles qui ont été tirés le 2 juillet pouvaient être considérés comme faisant partie d'un exercice militaire, mais
ceux qui ont été tirés aujourd'hui poursuivent un objectif politique par le fait qu'ils interviennent avant la Fête de l'indépendance", explique ce responsable.

 

Il s'agit de la plus importante série d'essais balistiques menée par la Corée du Nord depuis le tir de sept missiles en 2006, y compris une fusée à longue portée Taepodong-2.

 

Dans un communiqué, le secrétaire général du gouvernement japonais, Takeo Kawamura, estime que ces derniers essais en date "constituent une grave provocation contre la sécurité des pays voisins, dont le Japon, et contre la résolution du Conseil de sécurité de l'Onu".

 

Daniel Pinkston, de l'International Crisis Group à Séoul, avance lui une autre piste d'explication: après l'essai nucléaire du 25 mai, le Conseil de sécurité des Nations unies a adopté des sanctions visant à stopper les exportations nord-coréennes de missiles, qui sont une source essentielle de devises étrangères pour Pyongyang.

 

"Ces sanctions, explique-t-il, ont augmenté le coût de produits tels que des missiles. Les acheteurs, qui prennent des risques accrus, doivent être rassurés sur leur qualité et leur fiabilité."
 

Première publication : 04/07/2009

COMMENTAIRE(S)