Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La leçon de démocratie du Nigéria

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'alternance démocratique au Nigeria, modèle pour le reste du continent

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

La victoire annoncée de l'opposant Muhammadu Buhari au Nigeria

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Climat : "Les chances sont bonnes" de parvenir à un accord à Paris

En savoir plus

FACE À FACE

Nicolas Sarkozy : après la victoire, retour à la case judiciaire

En savoir plus

FOCUS

Inde : les musulmans et les chrétiens dans le viseur des ultranationalistes hindous

En savoir plus

REPORTERS

San Cristóbal, le chaudron vénézuélien

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Arnaud Viard, les joies et les peines de l'autofiction

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Moriarty, l'alchimie gagnante

En savoir plus

Asie - pacifique

Le Guide suprême Ali Khamenei menace l'Occident

Texte par Dépêche

Dernière modification : 06/07/2009

Alors qu'un huitième employé de l'ambassade britannique à Téhéran a été libéré, le Guide suprême Ali Khamenei menace de vives réactions les "pays arrogants" qui critiquent le régime et s'ingèrent dans les affaires iraniennes.

AFP - Le guide suprême iranien Ali Khamenei a averti lundi les dirigeants occidentaux qu'ils s'exposaient à de vives réactions de Téhéran contre leurs ingérences dans ses affaires intérieures.

"Les dirigeants des pays arrogants, ceux qui mettent leur nez dans les affaires de la République islamique, doivent savoir que, quelles que soient les divergences au sein du peuple iranien, quand vous l'ennemi vous en mêlez, le peuple formera un poing serré contre vous", a-t-il dit lors d'une allocution publique, retransmise par la télévision.

"La nation iranienne met en garde les dirigeants des pays qui tentent de profiter de la situation. Attention, la nation iranienne réagira", a-t-il ajouté.

Les dirigeants iraniens ont accusé les pays occidentaux, en particulier les Etats-Unis et la Grande-Bretagne, d'avoir cherché à déstabiliser leur pays lors des troubles qui ont suivi la réélection contestée du président Mahmoud Ahmadinejad le mois dernier.

"Nous examinons les remarques et les comportements inopportuns de ces gouvernements et (le résultat) aura certainement un impact négatif sur les relations de la République islamique avec eux dans l'avenir", a-t-il ajouté selon la télévision.

L'ayatollah Khamenei a fait ces déclarations alors que Londres a confirmé qu'un huitième employé de son ambassade à Téhéran, sur neuf arrêtés à l'occasion des troubles post-électoraux, avait été libéré.

La Grande-Bretagne réclame la libération du dernier Iranien détenu, explique un analyste politique.

Selon son avocat, il a été inculpé d'activités contre la sécurité nationale de l'Iran.

L'opposition a accusé le pouvoir de fraude lors de la présidentielle du 12 juin et d'énormes manifestations ont suivi la réélection de M. Ahmadinejad, jusqu'à ce que les forces de l'ordre répriment le mouvement à la demande de l'ayatollah Khamenei.

Première publication : 06/07/2009

COMMENTAIRE(S)