Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Débat Trump vs Clinton : les réactions sur la toile

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Débat Juncker - Schulz : "Quel avenir pour l'Europe ?"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Christian Estrosi : "Les attentats ne suffisent pas à expliquer les chiffres du chômage"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Christian Estrosi : "Les propos de Patrick Buisson ne me touchent pas"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : aux États-Unis, le mouvement "Buy Black" prend de l’ampleur

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Alain Mabanckou, écrivain du monde

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCO

Trump ou Clinton : qui est le plus crédible sur l'économie ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Alep, symbole de la faiblesse américaine"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Fance : le chômage repart à la hausse

En savoir plus

Moyen-Orient

Biden reconnaît à Israël le droit de s'opposer à l'Iran

Dernière modification : 06/07/2009

Le vice-président américain, Joe Biden, a affirmé, dimanche, qu'Israël avait un droit souverain de recourir "à un type d'action différent de celui qui est actuellement mené" face aux ambitions nucléaires iraniennes.

REUTERS - Israël a un droit souverain de décider ce qui est de son intérêt face aux ambitions nucléaires de l'Iran, que les Etats-Unis soient ou non d'accord, a déclaré dimanche le vice-président américain, Joe Biden.
 
"Nous ne pouvons dicter à une nation souveraine ce qu'elle peut ou ne peut pas faire (...) si elle considère que son existence est menacée", a-t-il dit dans une interview accordée à la chaîne ABC.
 
"Si le gouvernement Netanyahu décide de recourir à un type d'action différent de celui qui est actuellement mené, ce sera son droit souverain. Ce n'est pas notre choix", a insisté le vice-président américain.
 
Israël considère qu'un Iran doté de la bombe atomique serait une menace contre son existence, d'autant que le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a affirmé que l'Etat juif devait être rayé de la carte.
 
Officiellement, les programmes nucléaires de la république islamique sont exclusivement destinés à un usage civil de production d'électricité, mais les Occidentaux et Israël soupçonnent Téhéran de chercher à acquérir l'arme nucléaire.
 
Benjamin Netanyahu, Premier ministre israélien en fonction depuis mars, a indiqué qu'Israël ne pouvait tolérer une telle issue et n'a pas exclu une possible frappe militaire contre l'Iran.
 
En 1981, l'aviation israélienne avait bombardé le réacteur nucléaire d'Osirak, en Irak. Plus récemment, en septembre 2007, elle a rasé un site syrien où, selon le renseignement américain, la construction d'un réacteur nucléaire avec l'aide de la Corée du Nord était en voie d'achèvement.
 
Le mois dernier, Meir Dagan, qui dirige les services de renseignement du Mossad, indiquait que l'embargo décrété depuis 2003 contre l'Iran avait ralenti ses programmes nucléaires mais que la république islamique serait en mesure de maîtriser le feu nucléaire d'ici 2014 à moins d'autres mesures de rétorsion.
 

Première publication : 06/07/2009

COMMENTAIRE(S)