Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Grand oral de Manuel Valls : confiance renouvelée mais majorité fragilisée ?

En savoir plus

DÉBAT

Immigration clandestine : l'Europe impuissante ?

En savoir plus

FOCUS

Immigration en Méditerranée : prêts à risquer leur vie pour rejoindre l’Europe

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Margaret Atwood, la reine du roman d’anticipation est de retour !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Vote de confiance : Manuel Valls sera-t-il soutenu par sa majorité ?

En savoir plus

TECH 24

Apple, IFA, cours de code : c'est la rentrée high-tech !

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

SUR LE NET

Certains médias accusés de faire le jeu de l'EI

En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Monaco s'impose, le Real cartonne

    En savoir plus

  • EI, EIIL, Daech, comment appeler les jihadistes en Irak et en Syrie ?

    En savoir plus

  • Au moins 67 Sud-Africains tués dans l'effondrement d'un immeuble à Lagos

    En savoir plus

  • Une roquette tirée de Gaza vers Israël, la première depuis la trêve

    En savoir plus

  • Les étrangers désormais interdits de travail au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • L’inavouable alliance des États-Unis et de l’Iran contre l’EI

    En savoir plus

  • Exposition : Niki de Saint Phalle, une sacrée nana, au Grand Palais

    En savoir plus

  • Air France : la grève se durcit, les négociations "bloquées"

    En savoir plus

  • Yannick Agnel, la fin du rêve américain

    En savoir plus

  • Deux branches d’Al-Qaïda appellent les jihadistes à s’unir contre la coalition anti-EI

    En savoir plus

  • Nouvel appel des musulmans de France contre l’EI

    En savoir plus

  • Washington frappe des positions de l'État islamique près de Bagdad

    En savoir plus

  • Les députés ukrainiens ratifient l’accord d’association avec l’UE

    En savoir plus

Asie - pacifique

Moscou et Washington s'accordent sur le désarmement nucléaire

Vidéo par Pauline GODART

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 06/07/2009

Dmitri Medvedev et Barack Obama sont parvenus à un accord sur le désarmement nucléaire. Par ailleurs, les États-Unis pourront désormais acheminer leurs troupes en Afghanistan via l'espace aérien russe, à raison de 4 500 vols par an.

"Remettre les compteurs à zéro" avec la Russie. Telle est l'ambition affichée par Barack Obama au premier jour de sa visite à Moscou, qui a vu la signature d’un important accord préalable sur le désarmement nucléaire. Le président américain et son homologue russe Dmitri Medvedev ont en effet paraphé, comme prévu, un accord-cadre prévoyant la réduction de leurs arsenaux stratégiques respectifs. Ils ont convenu d'abaisser d’un tiers le nombre de têtes nucléaires et celui des vecteurs nucléaires de chacun des deux pays. Ces réductions doivent intervenir "dans les sept ans suivant l'entrée en vigueur de l'accord", ont précisé le Kremlin et la Maison Blanche, dans une déclaration commune publiée à l'issue d'entretiens entre Dmitri Medvedev et Barack Obama. 

 
Coopération dans le dossier afghan
 

Par ailleurs, la Russie a autorisé l'utilisation de son espace aérien pour le transit de soldats et de matériel militaire américain à destination de l'Afghanistan. Un accord fondamental pour l’administration Obama, qui a fait de la stabilisation de ce pays une priorité. Les Etats-Unis devraient ainsi économiser 133 millions de dollars par an et gagner du temps dans le transport de ses troupes et de son matériel. "Je tiens à remercier le gouvernement russe pour cet accord […], c’est un geste qui montre à quel point la coopération entre les deux pays pourrait être très importante pour régler les problèmes internationaux", a déclaré le président américain à l’issue de la conférence de presse conjointe avec son homologue russe.

 
À ces deux accords majeurs s’ajoutent aussi la décision de reprendre les activités militaires communes qui avaient été suspendues en août 2008.
 
Divergences persistantes
 

En revanche, les divergences demeurent sur plusieurs sujets, notamment sur le projet de bouclier antimissile américain en Europe et sur la question de la Géorgie. Sur ce premier point, le président Obama a toutefois déclaré que les deux pays pourraient parvenir à un accord, jugeant inapproprié de lier les discussions entre le désarmement nucléaire et le projet antimissile américain en Europe. "Il n'y a pas, de notre point de vue, de scénario dans lequel ce système de défense antimissile apporterait une quelconque protection contre un arsenal russe puissant. Dans ce sens, nous n'avons pas jugé approprié de lier les discussions", a dit Barack Obama. Sur le dossier géorgien, le président américain a insisté sur la nécessité de respecter "la souveraineté et l'intégrité territoriale de la Géorgie". La Russie avait reconnu en août 2008 l'indépendance de l'Abkhazie et de l'Ossétie du Sud.

 

 

 
Malgré la persistance de ces désaccords, les deux chefs d’États ont insisté sur les progrès et l’esprit d’ouverture qui leur a permis d’avancer sur les dossiers du désarmement nucléaire et de l’Afghanistan. "Le président [Medvedev] et moi sommes convenus que la relation entre la Russie et les Etats-Unis avait souffert d'un égarement. Nous avons décidé de relancer les relations américano-russes, a déclaré le président Obama. Aujourd'hui, après moins de six mois de collaboration, c'est exactement ce que nous avons fait." Le président Medvedev a affirmé de son côté que "la Russie aimerait atteindre un niveau de coopération avec les Etats-Unis digne du XXIe siècle, qui permet d’assurer la paix et la sécurité dans le monde".
 
 

 

Première publication : 06/07/2009

COMMENTAIRE(S)