Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Algérie : un Français enlevé par un groupe lié à l'organisation de l'EI

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Couple franco-allemand : la cigale et la fourmi ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Nicole Garcia, actrice et réalisatrice accomplie

En savoir plus

FOCUS

L'Afrique à Paris !

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Graham Watson, président du Parti des Libéraux et Démocrates pour l'Europe

En savoir plus

ICI L'EUROPE

UE : avec Pierre Moscovici, un changement de cap économique ?

En savoir plus

  • Arab Bank reconnue coupable d'avoir financé des terroristes

    En savoir plus

  • Course contre la montre pour retrouver l’otage français en Algérie

    En savoir plus

  • Emma Watson, féministe engagée et menacée

    En savoir plus

  • Arrestation à Orly de trois jihadistes présumés, dont le mari de Souad Merah

    En savoir plus

  • Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

    En savoir plus

  • Poucettes, matraques à pointes : le marché de la torture "made in China"

    En savoir plus

  • Les lycéennes et collégiennes turques autorisées à porter le voile islamique

    En savoir plus

  • Droit à l'avortement : le gouvernement espagnol abandonne son projet de loi

    En savoir plus

  • Les États-Unis frappent le cœur de l’EI en Syrie

    En savoir plus

  • L'armée israélienne abat un avion de chasse syrien au-dessus du Golan

    En savoir plus

  • La justice autorise l'adoption d'enfants nés d'une PMA à l'étranger

    En savoir plus

  • Les Kurdes syriens réfugiés à Erbil prêts à repartir au combat contre l'EI

    En savoir plus

  • Rapt du Français en Algérie : qui se cache derrière les "Soldats du califat" ?

    En savoir plus

  • Prison à vie pour Ilham Tohti : "Ils ont créé un 'Mandela ouïghour'"

    En savoir plus

  • L'armée tue deux Palestiniens accusés de la mort des adolescents israéliens

    En savoir plus

  • Le président chinois, principal absent du sommet sur le climat

    En savoir plus

Asie - pacifique

Quatre soldats américains tués dans un attentat

Texte par Dépêche

Dernière modification : 06/07/2009

Six personnes - quatre soldats américains de la force de l'Otan et deux civils - ont été tuées dans l'explosion d'une bombe artisanale dans le nord du pays. Par ailleurs, deux autres soldats de l'Otan ont été tués dans le sud.

AFP - Sept soldats étrangers de l'Otan, dont quatre Américains victimes d'une bombe dans le nord, et six civils ont été tués lundi en Afghanistan, a-t-on appris de sources concordantes.
   
"Quatre soldats ont été tués par l'explosion d'une bombe artisanale dans le nord de l'Afghanistan", a déclaré à l'AFP un officier de l'Isaf, sans révéler leur nationalité.
   
"Nous avons appris aujourd'hui que quatre soldats américains avaient été tués par une bombe artisanale dans la région de Kunduz", a de son côté déclaré Thomas Raabe, porte-parole du ministère allemand de la Défense, lors d'un point de presse du gouvernement à Berlin. Les Américains, eux, n'ont pas confirmé l'information.
   
Le chef des services de renseignements provincial, le général Abdul Majid Azimi, a lui aussi indiqué à l'AFP que les soldats étaient américains.
   
Leur véhicule a été frappé par l'explosion d'une bombe artisanale alors qu'ils franchissaient un pont dans le district de Khanabad. Les quatre Américains étaient chargés d'entraîner la police locale, a-t-il ajouté.
   
Le chef de la police de la province, Abdul Razaq Yaqoubi, a précisé que l'explosion avait également tué deux civils âgés et blessé deux enfants.
   
"Nous sommes allés sur place et avons aidé à porter les corps des soldats étrangers dans des voitures", a-t-il ajouté.
   
Un porte-parole des talibans, Zabihullah Mujahed, a revendiqué cet attentat.
   
Kunduz est connue pour être une zone d'influence du Hezb-i-Islami, le groupe du chef rebelle Gulbuddin Hekmatyar, allié occasionnel des talibans.
   
Après la chute des talibans, chassés du pouvoir à la fin 2001 par une coalition militaire menée par les Etats-Unis, le nord de l'Afghanistan a été longtemps considéré comme la zone la plus calme du pays, contrairement aux régions instables de l'est et du sud, bastion de la rébellion.
   
Mais les incidents ont commencé à y devenir plus réguliers ces dernières années, notamment ces derniers mois autour de Kunduz, où les observateurs ont noté un net regain de tensions et d'influence rebelle, y compris talibane.
   
Deux autres soldats de l'Otan ont été tués lundi dans le sud du pays, a indiqué l'Isaf dans un communiqué. Ils ne faisaient pas partie des deux offensives militaires américaine et britannique actuellement menées contre les talibans dans leur bastion du Helmand, a-t-on précisé à l'Isaf, qui a indiqué ultérieurement qu'un troisième soldat était "mort des suites de ses blessures, reçues lors d'une attaque de rebelles" dans l'est du pays.
   
Plus tôt dans la journée, dans le sud, un attentat suicide à la voiture piégée a tué deux chauffeurs de camions et blessé deux soldats et neuf civils devant une base de l'Isaf dans les environs de Kandahar, a indiqué à l'AFP le commandant de l'armée afghane dans le sud, Mohammad Zazai.
   
L'explosion a eu lieu à une trentaine de mètres de la base, un vaste complexe militaire qui abrite plusieurs milliers de soldats étrangers.
   
L'attentat a été revendiqué par un porte-parole taliban, Yousuf Ahmadi.
   
Les talibans ont par ailleurs confirmé lundi avoir capturé, dans le sud-est, un soldat américain porté disparu depuis fin juin, dans un communiqué cité par le centre américain de surveillance des sites islamistes SITE Intelligence.
   
Les violences des insurgés afghans ont atteint ces dernières semaines des niveaux inégalés depuis la chute des talibans, en particulier dans le sud, l'est et le sud-est du pays.
   
Les troupes internationales et afghanes ont, ces dernières semaines, multiplié les opérations contre les talibans dans ces provinces instables en vue des élections présidentielle et provinciales du 20 août.
 

Première publication : 06/07/2009

COMMENTAIRE(S)