Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Finlande : les populistes au gouvernement?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Alain Chamfort, retour de l'éternel dandy de la chanson française!

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Éthiopie : le défi vert

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

David Cameron vs Ed Miliband : le match des programmes

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Pour Cécile Kyenge, la demande d'asile en Europe doit être simplifiée

En savoir plus

BILLET RETOUR

Chine : sept ans après le séisme au Sichuan, les questions restent en suspens

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Maréma, nouvelle voix du Sénégal

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La guerre des Le Pen

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Bas les pattes !"

En savoir plus

EUROPE

À Moscou, Obama loue le "travail extraordinaire" de Poutine

Vidéo par Aude SOUFI

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 07/07/2009

En visite à Moscou afin de consolider les relations russo-américaines, le président américain, Barack Obama, a tenu à saluer le "travail extraordinaire" accompli par l'ex-locataire du Kremlin et actuel Premier ministre russe, Vladimir Poutine.

Au lendemain de sa réunion avec son homologue russe Dmitri Medvedev, le président américain, Barack Obama, a rencontré, ce mardi à Novo Ogarevo, près de Moscou, le Premier ministre Vladimir Poutine, considéré par beaucoup comme le véritable dirigeant du pays.

 

Autour d’un petit déjeuner, les deux hommes n’ont pas tari d’éloges l’un envers l’autre. L’ancien président russe a déclaré qu’il comptait sur Barack Obama pour relancer les relations bilatérales entre les deux pays, qui se sont largement refroidies à la fin de l’ère Bush.

 

Soucieux de mettre un terme à la polémique déclenchée dimanche par ses propos peu amènes envers le Premier ministre russe, le locataire de la Maison Blanche a tenu à saluer le "travail extraordinaire" mené par Vladimir Poutine durant sa période au Kremlin, puis comme chef du gouvernement.

 

Si la volonté de rapprochement est clairement affichée, les deux hommes restent conscients que des sujets de désaccord subsistent entre les deux pays. Le dossier très épineux du bouclier antimissile américain, hérité de l’administration précédente, n’a pas été abordé officiellement.

 

Les deux hommes ont préféré se concentrer sur les points communs de leurs politiques, même si Barack Obama a réitéré son soutien à la Géorgie, attaquée par la Russie en 2008, déclarant, lundi soir, que "la souveraineté et l'intégrité territoriale de la Géorgie [devaient] être respectées".

 

Lundi, les présidents américain et russe ont signé un accord de réduction d’un tiers de leurs arsenaux nucléaires stratégiques.

 

Les Etats-Unis et la Russie sont convenus d'abaisser, dans une fourchette de 1 500 à 1 675, le nombre de têtes nucléaires, aujourd’hui établi à 2 200 au maximum, conformément au traité précédent Start. Le nombre de vecteurs, c'est-à-dire les missiles intercontinentaux, les sous-marins et les bombardiers capables de porter des ogives nucléaires, a également été réduit (entre 500 et 1 000, contre 1 600 actuellement).

 

Chacun des deux pays compte encore aujourd'hui 2 000 à 3 000 ogives prêtes à être utilisées immédiatement.

Première publication : 07/07/2009

COMMENTAIRE(S)