Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Mali - pourparlers à Alger : peut-on croire à la paix ?

En savoir plus

DÉBAT

Ukraine : la Russie en guerre contre l'Europe ?

En savoir plus

FOCUS

Les géants américains du tabac à l'assaut de la cigarette électronique

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Ben l'Oncle Soul toujours en plein rêve pour son deuxième album

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le trio CAB, un voyage musical entre Afrique, Brésil et Caraïbes

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Quand Manuel Valls tente de faire disparaître ses tweets

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

  • L’armée irakienne poursuit son offensive, l’EI recule

    En savoir plus

  • À Saint-Nazaire, les Mistral voguent vers leur destin russe

    En savoir plus

  • Mercato : l’AS Monaco prête Radamel Falcao à Manchester United

    En savoir plus

  • Washington annonce avoir mené un raid contre les Shebab somaliens

    En savoir plus

  • L'ONU envoie une mission pour enquêter sur les crimes de l'EI en Irak

    En savoir plus

  • Vers un nouveau coup d'État militaire au Pakistan ?

    En savoir plus

  • Vidéo : une rentrée des classes pas comme les autres en Ukraine

    En savoir plus

  • Hong Kong en rébellion contre l’emprise de Pékin

    En savoir plus

  • Cisjordanie : les États-Unis exhortent Israël à renoncer aux expropriations

    En savoir plus

  • Face à l'avancée de l'EI en Irak, la peur gagne l'Iran

    En savoir plus

  • Et si la France vendait la Joconde pour éponger ses dettes ?

    En savoir plus

  • Webdoc : "Le Grand incendie" primé à Visa pour l'image

    En savoir plus

  • Le pape organise un "match pour la paix" avec des stars du foot

    En savoir plus

  • Le Premier ministre de retour au Lesotho après un "coup d'État"

    En savoir plus

  • Un immeuble s'effondre en banlieue parisienne, huit morts

    En savoir plus

EUROPE

À Moscou, Obama loue le "travail extraordinaire" de Poutine

Vidéo par Aude SOUFI

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 07/07/2009

En visite à Moscou afin de consolider les relations russo-américaines, le président américain, Barack Obama, a tenu à saluer le "travail extraordinaire" accompli par l'ex-locataire du Kremlin et actuel Premier ministre russe, Vladimir Poutine.

Au lendemain de sa réunion avec son homologue russe Dmitri Medvedev, le président américain, Barack Obama, a rencontré, ce mardi à Novo Ogarevo, près de Moscou, le Premier ministre Vladimir Poutine, considéré par beaucoup comme le véritable dirigeant du pays.

 

Autour d’un petit déjeuner, les deux hommes n’ont pas tari d’éloges l’un envers l’autre. L’ancien président russe a déclaré qu’il comptait sur Barack Obama pour relancer les relations bilatérales entre les deux pays, qui se sont largement refroidies à la fin de l’ère Bush.

 

Soucieux de mettre un terme à la polémique déclenchée dimanche par ses propos peu amènes envers le Premier ministre russe, le locataire de la Maison Blanche a tenu à saluer le "travail extraordinaire" mené par Vladimir Poutine durant sa période au Kremlin, puis comme chef du gouvernement.

 

Si la volonté de rapprochement est clairement affichée, les deux hommes restent conscients que des sujets de désaccord subsistent entre les deux pays. Le dossier très épineux du bouclier antimissile américain, hérité de l’administration précédente, n’a pas été abordé officiellement.

 

Les deux hommes ont préféré se concentrer sur les points communs de leurs politiques, même si Barack Obama a réitéré son soutien à la Géorgie, attaquée par la Russie en 2008, déclarant, lundi soir, que "la souveraineté et l'intégrité territoriale de la Géorgie [devaient] être respectées".

 

Lundi, les présidents américain et russe ont signé un accord de réduction d’un tiers de leurs arsenaux nucléaires stratégiques.

 

Les Etats-Unis et la Russie sont convenus d'abaisser, dans une fourchette de 1 500 à 1 675, le nombre de têtes nucléaires, aujourd’hui établi à 2 200 au maximum, conformément au traité précédent Start. Le nombre de vecteurs, c'est-à-dire les missiles intercontinentaux, les sous-marins et les bombardiers capables de porter des ogives nucléaires, a également été réduit (entre 500 et 1 000, contre 1 600 actuellement).

 

Chacun des deux pays compte encore aujourd'hui 2 000 à 3 000 ogives prêtes à être utilisées immédiatement.

Première publication : 07/07/2009

COMMENTAIRE(S)