Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Hollande solidaire avec Netanyahou

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : à qui profite la guerre ? (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : à qui profite la guerre ? (partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Gérard Mestrallet, président de Paris Europlace et PDG de GDF Suez

En savoir plus

SUR LE NET

Mondial 2014 : le match Allemagne-Brésil inspire le Net

En savoir plus

FOCUS

Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Littérature , histoire et pouvoir

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Frédéric Tissot, ancien consul général de France à Erbil

En savoir plus

FOCUS

La charia a-t-elle sa place dans le droit britannique?

En savoir plus

  • Ces missiles que le Hamas utilise pour "terroriser" Israël

    En savoir plus

  • Obama face à la "crise humanitaire" des mineurs clandestins au Texas

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne avance vers Donetsk, toujours aux mains des pro-russes

    En savoir plus

  • Lancement de la “première application de télékinésie pour Google Glass"

    En savoir plus

  • Allemagne : le chef des services secrets américains expulsé

    En savoir plus

  • Un raid israélien tue neuf spectateurs de la demi-finale du Mondial à Gaza

    En savoir plus

  • Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

    En savoir plus

  • Le conflit israélo-palestinien change le sens de l'application Yo

    En savoir plus

  • Vidéo : ramadan sous tension pour les musulmans de Pékin

    En savoir plus

  • L'Argentine rejoint l'Allemagne en finale du Mondial

    En savoir plus

  • Un concours lancé en Suisse pour dépoussiérer l'hymne national

    En savoir plus

  • "Gaza est sur le fil du rasoir", l’ONU appelle à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Lunettes danoises de François Hollande : les opticiens français voient rouge

    En savoir plus

  • Chikungunya aux Antilles : "une épidémie majeure" pour Marisol Touraine

    En savoir plus

  • "Le gouvernement de Netanyahou instrumentalise l’assassinat des trois Israéliens"

    En savoir plus

EUROPE

À Moscou, Obama loue le "travail extraordinaire" de Poutine

©

Vidéo par Aude SOUFI

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 07/07/2009

En visite à Moscou afin de consolider les relations russo-américaines, le président américain, Barack Obama, a tenu à saluer le "travail extraordinaire" accompli par l'ex-locataire du Kremlin et actuel Premier ministre russe, Vladimir Poutine.

Au lendemain de sa réunion avec son homologue russe Dmitri Medvedev, le président américain, Barack Obama, a rencontré, ce mardi à Novo Ogarevo, près de Moscou, le Premier ministre Vladimir Poutine, considéré par beaucoup comme le véritable dirigeant du pays.

 

Autour d’un petit déjeuner, les deux hommes n’ont pas tari d’éloges l’un envers l’autre. L’ancien président russe a déclaré qu’il comptait sur Barack Obama pour relancer les relations bilatérales entre les deux pays, qui se sont largement refroidies à la fin de l’ère Bush.

 

Soucieux de mettre un terme à la polémique déclenchée dimanche par ses propos peu amènes envers le Premier ministre russe, le locataire de la Maison Blanche a tenu à saluer le "travail extraordinaire" mené par Vladimir Poutine durant sa période au Kremlin, puis comme chef du gouvernement.

 

Si la volonté de rapprochement est clairement affichée, les deux hommes restent conscients que des sujets de désaccord subsistent entre les deux pays. Le dossier très épineux du bouclier antimissile américain, hérité de l’administration précédente, n’a pas été abordé officiellement.

 

Les deux hommes ont préféré se concentrer sur les points communs de leurs politiques, même si Barack Obama a réitéré son soutien à la Géorgie, attaquée par la Russie en 2008, déclarant, lundi soir, que "la souveraineté et l'intégrité territoriale de la Géorgie [devaient] être respectées".

 

Lundi, les présidents américain et russe ont signé un accord de réduction d’un tiers de leurs arsenaux nucléaires stratégiques.

 

Les Etats-Unis et la Russie sont convenus d'abaisser, dans une fourchette de 1 500 à 1 675, le nombre de têtes nucléaires, aujourd’hui établi à 2 200 au maximum, conformément au traité précédent Start. Le nombre de vecteurs, c'est-à-dire les missiles intercontinentaux, les sous-marins et les bombardiers capables de porter des ogives nucléaires, a également été réduit (entre 500 et 1 000, contre 1 600 actuellement).

 

Chacun des deux pays compte encore aujourd'hui 2 000 à 3 000 ogives prêtes à être utilisées immédiatement.

Première publication : 07/07/2009

Comments

COMMENTAIRE(S)