Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Paul Kagame en visite à Paris, ses partisans et opposants défilent dans la capitale

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le film "Timbuktu" sera-t-il déprogrammé du Fespaco ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"La Robe"

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Parlemantaires français en Syrie, Bachar Al Assad interlocuteur incontournable ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Quand agriculture rime avec futur

En savoir plus

TECH 24

Drones : comment les arrêter ?

En savoir plus

#ActuElles

Inde : sauver les filles par l'éducation

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Louis Schweitzer : "La dette perpetuelle, c'est mieux que de laisser crever la Grèce !"

En savoir plus

BILLET RETOUR

La Crimée, symbole d'une nouvelle Guerre froide ?

En savoir plus

FRANCE

L'Assemblée vote l'intégration de la gendarmerie à l'Intérieur

Texte par Dépêche

Dernière modification : 07/07/2009

Les députés ont adopté le projet de loi qui intègre la gendarmerie au ministère de l'Intérieur, au même titre que la police. Une mesure qui suscite l'inquiétude des syndicats de policiers et de gendarmes.

AFP - L'Assemblée nationale a adopté mardi le projet de loi qui place la gendarmerie "sous l'autorité du ministre de l'Intérieur", mesure qui suscite des inquiétudes tant dans la gendarmerie que dans la police.

La majorité (UMP et Nouveau Centre) a voté pour, l'opposition (PS, PCF, Verts) contre.

Le ministre de l'Intérieur, Brice Hortefeux, a réaffirmé qu'il n'était pas question de fusionner la police et la gendarmerie.

La socialiste Françoise Olivier-Coupeau a accusé le gouvernement de "créer des dissensions entre des forces qui cohabitaient harmonieusement sur le terrain".

"Tout est fait pour que les gendarmes n'aient plus que les inconvénients du statut militaire sans en avoir les avantages. De cette façon, le gouvernement espère qu'ils revendiqueront l'harmonisation statutaire", a dénoncé Jean-Jacques Candelier (PCF).

Première publication : 07/07/2009

COMMENTAIRE(S)