Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Simon Serfaty, professeur en relations internationales

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile dénonce les incursions russes en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'agneau russe"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le président du Parlement nigérien inquiété dans une affaire de trafic de bébés

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"J'aime les socialistes"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

BCE : la semaine de Mario Draghi ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

SUR LE NET

Transparence de la vie publique : la France rattrape son retard

En savoir plus

SUR LE NET

Guerre d'intimidation : EIIL contre les États-Unis

En savoir plus

  • À Saint-Nazaire, les Mistral voguent vers leur destin russe

    En savoir plus

  • Les troupes ukrainiennes abandonnent l'aéroport de Lougansk

    En savoir plus

  • République centrafricaine : les ravages de la haine

    En savoir plus

  • Des manifestants investissent le siège de la télévision d'État à Islamabad

    En savoir plus

  • Embargo russe : les producteurs français redoutent la concurrence polonaise

    En savoir plus

  • Importante victoire de l’armée irakienne face aux jihadistes de l’EI

    En savoir plus

  • Ligue 1 : le PSG frappe fort, Bordeaux lève le pied

    En savoir plus

  • Quand des selfies volés de stars nues enflamment la Toile

    En savoir plus

  • Vladimir Poutine évoque la création d’un État dans l’est de l’Ukraine

    En savoir plus

  • Israël décide de s'approprier 400 hectares de terres en Cisjordanie

    En savoir plus

  • Un immeuble s'effondre en banlieue parisienne, au moins sept morts

    En savoir plus

  • Un navire ukrainien bombardé au large de Marioupol

    En savoir plus

  • "J'aime les socialistes" ou l'opération séduction de Manuel Valls à La Rochelle

    En savoir plus

  • Un présumé recruteur pour le jihad en Syrie arrêté à Nice

    En savoir plus

  • Judo : les Françaises sacrées championnes du monde par équipe

    En savoir plus

  • Situation toujours aussi confuse au lendemain du coup d’État au Lesotho

    En savoir plus

  • Golan : les Casques bleus philippins "saufs", les fidjiens toujours détenus

    En savoir plus

  • Après deux ans de captivité au Mali, deux diplomates algériens libérés

    En savoir plus

Amériques Amériques

Pas de feu vert américain à Israël pour attaquer Téhéran

Texte par Dépêche

Dernière modification : 07/07/2009

Le président Barack Obama, interrogé par la chaîne CNN, a déclaré que les États-Unis n'avaient "absolument pas" donné leur feu vert à Israël pour attaquer l'Iran afin d'empêcher le régime des mollahs de se doter de l'arme nucléaire.

AFP - Le président américain Barack Obama a affirmé mardi que les Etats-Unis n'avaient "absolument pas" donné leur feu vert à Israël pour attaquer l'Iran afin de l'empêcher de se doter de l'arme nucléaire, dans une interview à la chaîne de télévision CNN.
  
Interrogé sur le fait de savoir si les Etats-Unis avaient donné leur feu vert à Israël pour une éventuelle attaque de l'Iran, M. Obama a répondu "absolument pas. C'est très important, je suis aussi clair qu'il est possible de l'être" sur ce sujet.
  
"Le vice-président Joe Biden l'a dit catégoriquement: nous ne pouvons dicter à d'autres pays la conduite à tenir en matière de sécurité", a relevé le président américain qui se trouve à Moscou depuis lundi.
  
"C'est aussi vrai pour la politique des Etats-Unis pour tenter de résoudre le problème des capacités nucléaires de l'Iran", a relevé Barack Obama, ajoutant qu'il privilégiait "les canaux diplomatiques".
  
"C'est une tâche difficile (...). J'ai toujours dit que nous, les Etats-Unis, préservions le droit et en tant que commandant en chef, je me réserve le droit de prendre toute décision qui serait nécessaire pour protéger les Etats-Unis", a poursuivi M. Obama, interviewé à Moscou.
  
Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu n'a pas écarté une possible frappe militaire contre l'Iran, insistant sur le fait qu'il ne permettrait pas que Téhéran puisse disposer de l'arme atomique. Les services secrets israéliens ont estimé mi-juin que l'Iran pourrait disposer d'une bombe nucléaire en 2014.
  
"Nous ne pouvons dicter à une autre nation souveraine ce qu'elle peut faire et ne pas faire, quand elle décide, si elle décide, qu'elle est menacée dans son existence", avait expliqué M. Biden dimanche dans une interview.
  
"Si le gouvernement Netanyahu décide d'un plan d'action autre que celui suivi actuellement, c'est son droit souverain de le faire. Le choix ne nous appartient pas", avait souligné M. Biden. "Mais, aucune pression d'aucune nation ne modifiera notre attitude en ce qui concerne la façon de procéder".
  
M. Biden avait répété que le gouvernement Obama restait ouvert à la poursuite des négociations avec Téhéran, en dépit de la sévère répression des manifestations consécutives à la réélection contestée le 12 juin du président Mahmoud Ahmadinejad.
  
Interrogé lui aussi dimanche sur l'Iran, le chef d'état-major interarmées américain, l'amiral Michael Mullen avait affirmé qu'une attaque contre les installations nucléaires de l'Iran pourrait s'avérer "extrêmement déstabilisante" et qu'il était "impossible de prédire les conséquences" d'une telle attaque.
  
Quand le journaliste lui a demandé ce qui serait le pire: une attaque des sites nucléaires iraniens ou le fait que Téhéran se dote de l'arme atomique, l'amiral avait répondu: "Je pense que les deux seraient de très, très mauvaises choses".
  
Israël, seule puissance atomique - non déclarée - de la région, soutient, comme l'Occident, que l'Iran cherche à se doter d'un arsenal nucléaire, en dépit des dénégations répétées de Téhéran.
  

Première publication : 07/07/2009

COMMENTAIRE(S)