Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Proche-Orient : Hébron, symbole d’une paix qui semble impossible

En savoir plus

SUR LE NET

Sony et Kim Jong-Un critiqués sur la Toile

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Les temps forts musicaux de l'année 2014

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

L'art de la bûche

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Gastronomie, la nouvelle cuisine des affaires étrangères

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Deuxième tour de l'élection présidentielle en Grèce

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Présidentielle tunisienne : le face à face Essebsi - Marzouki

En savoir plus

SUR LE NET

Le rapprochement avec Cuba divise la Toile américaine

En savoir plus

SUR LE NET

Noël : les jouets connectés au pied du sapin

En savoir plus

FRANCE

Rocard et Juppé chargés de réfléchir sur l'emprunt

Dernière modification : 07/07/2009

Le président Nicolas Sarkozy a chargé un duo d'ex-Premiers ministres, l'un de gauche, Michel Rocard, l'autre de droite, Alain Juppé, de coprésider la commission qui va réfléchir aux investissements à financer par l'emprunt national.

AFP - Nicolas Sarkozy a nommé lundi les anciens Premiers ministres Michel Rocard et Alain Juppé, figures issues des deux camps du paysage politique, à la tête de la commission chargée de plancher sur les "priorités" qui seront financées par l'emprunt national.

Conformément au voeu du chef de l'Etat, qui a reçu les deux hommes dans la soirée, la commission qu'ils co-présideront devra formuler "avant le 1er novembre 2009 des propositions sur le choix des priorités que le gouvernement arrêtera ensuite", a annoncé l'Elysée dans un communiqué.

"C'est un grand changement en France : deux hommes de talent, Alain Juppé et Michel Rocard, l'un de droite, Premier ministre de Jacques Chirac, l'autre de gauche, Premier ministre de François Mitterrand, ont accepté à ma demande de présider une commission (...) pour réfléchir aux priorités justifiant un effort exceptionnel d'investissement afin de préparer l'avenir de la France" pour les 20 prochaines années", s'est félicité le chef de l'Etat.

Les deux hommes, après avoir été reçus à l'Elysée, se sont déclarés devant la presse déterminés à trouver des "positions communes" malgré leurs différences politiques.

"Tout n'est pas objet de conflit", a affirmé M. Rocard, en se félicitant que le président Sarkozy ait associé les "traditions intellectuelles de la partie conservatrice de la France et de la partie social-démocrate".

"Nous incarnons chacun une tradition politique, celle du parti socialiste pour Michel Rocard, celle des gaullistes de l'UMP pour ce qui me concerne", a affirmé M. Juppé.

Electron libre de la gauche française, l'ancien hôte de Matignon sous François Mitterrand (de 1988 à 1991), âgé de 78 ans, avait déjà opéré ces derniers mois un rapprochement avec l'exécutif.

Il a été nommé ambassadeur chargé des négociations internationales sur les pôles Arctique et Antarctique et président de la "Conférence des experts" sur la taxe carbonne. Interrogé lundi par l'AFP au téléphone sur cette nouvelle mission, il s'est contenté de déclarer : "Je fais mon boulot de fonctionnaire quand on me le demande".

Adepte de l'intervention de l'Etat et de la régulation face aux insuffisances du marché, M. Rocard avait très tôt salué le "culot" et le "courage de Nicolas Sarkozy dans sa gestion de la crise, pour être allé "chercher des outils" de lutte "en dehors de l'arsenal monétariste".

Et quelques heures après sa nomination, dans une tribune au Monde (daté de mardi), il estimait que la crise donne "tragiquement raison" à la social-démocratie, qui "explique depuis un demi-siècle que les marchés ne sont pas autoéquilibrants, qu’il faut réguler économie et finance, et lutter fiscalement contre les inégalités".

M. Rocard devra faire oeuvre commune avec l'un de ses successeurs à Matignon entre 1995 et 1997, Alain Juppé, que des rumeurs donnaient récemment à nouveau au gouvernement et qui ne s'est jamais montré emballé par le principe de l'ouverture à gauche.

Ancien patron du RPR, M. Juppé, 63 ans, a été un éphémère membre du premier gouvernement de François Fillon à la tête du super-ministère de l'Ecologie (mai-juin 2007), qu'il a quitté après avoir perdu la députation en Gironde.

Annoncé le 22 juin par Nicolas Sarkozy à Versailles, le grand emprunt national sur lequel les deux hommes vont devoir plancher sera lancé début 2010. Une grande consultation a commencé qui s'achèvera fin octobre.
 

Première publication : 07/07/2009

COMMENTAIRE(S)