Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Sarraj : "Nous avons besoin de l'ONU pour organiser des élections en Libye"

En savoir plus

FOCUS

Discrimination positive au Brésil : des étudiants dénoncent des fraudes

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Valérian", dernière superproduction de Besson, débarque en France

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

États-Unis : "le simulacre d'assurance maladie" au Sénat

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Macron réconcilie les Libyens"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Accord inédit sur la Libye

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Elan de solidarité après les incendies dans le sud de la France

En savoir plus

LE DÉBAT

Libye : vers une sortie de crise ? (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Libye : vers une sortie de crise ? (partie 1)

En savoir plus

Amériques Amériques

Sarkozy et Lula veulent un plus grand rôle pour les pays émergents

Texte par Dépêche

Dernière modification : 07/07/2009

À la veille du sommet du G8 en Italie, le président français Nicolas Sarkozy et son homologue brésilien Lula da Silva appellent à ce que les institutions internationales accordent une plus grande place aux pays émergents.

Reuters - La France et le Brésil lancent un appel à la constitution d'une "Alliance pour le changement" au niveau mondial, à la veille du sommet du G8 en Italie.

 

Dans une tribune publiée mardi par Libération et Folha de Sao Paulo, Nicolas Sarkozy et Luis Inacio Lula da Silva prônent
une refonte des institutions internationales, afin, notamment, qu'elles fassent une plus grande place aux pays émergents.

 

Les deux présidents souhaitent qu'une attention "prioritaire" soit aussi portée à la dimension sociale de la mondialisation et que le rôle de l'Organisation internationale du travail (OIT) dans la gouvernance mondiale soit renforcé.

 

"L'ampleur de la crise économique crée une opportunité unique pour engager une réforme globale des institutions internationales", écrivent-ils.

 

La France et le Brésil entendent proposer au monde leur vision commune d'un "nouveau multilatéralisme" adapté au monde du XXIe siècle.

 

"Avec d'autres chefs d'Etat et de gouvernement, nous devons former une 'Alliance pour le changement' pour porter cette
vision d'un ordre mondial plus démocratique, plus solidaire et plus juste", concluent les deux chefs d'Etat.
 

Première publication : 07/07/2009

COMMENTAIRE(S)