Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les promesses de Hollande à l'épreuve du pouvoir

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

France-Afrique : un rapport parlementaire très critique appelle à une nouvelle politique africaine

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Kamel Daoud : "Faire de 'Je suis Charlie' une religion me dérange"

En savoir plus

FOCUS

Royaume-Uni : le système de santé, enjeu central des législatives

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Hafsia Herzi de retour dans une comédie "certifiée Hallal"!

En savoir plus

FACE À FACE

Le Front national dans la tourmente

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Arabie saoudite : le temps du changement

En savoir plus

DÉBAT

Loi sur le renseignement : sécurité ou liberté ?

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle au Burundi : le risque de déstabilisation

En savoir plus

SCIENCES

Grenelle de la mer

Texte par Myriam MASCARELLO

Dernière modification : 08/07/2009

Deux ans après le Grenelle de l'environnement, la France a organisé un Grenelle de la mer Résultat : 500 propositions pour protéger le littoral, les espèces vivantes ou produire de l'énergie propre grâce aux vagues.

En Turquie par exemple, le réchauffement de la méditerranée a des conséquences sur les poissons déjà pris dans les filets de la pêche intensive. Les sardines par exemple sont introuvables et certains poissons sont beaucoup moins gras puisqu'ils n'ont plus à se protéger du froid.

 

En France aussi l'activité humaine a des conséquences sur le milieu marin. Une des pistes évoquées pendant le Grenelle de la mer c'est la construction de port off shore, loin des villes. A la Rochelle, sur la côte Atlantique, c'est au contraire l'agrandissement du port qui est à l'étude mais aussi sa modernisation grâce à des équipements verts

 

La pêche, le tourisme mais aussi l'industrie peuvent avoir un impact parfois irréparable sur le milieu marin. Exemple en Nouvelle Calédonie, une des îles françaises d'outre mer. Une usine de nickel a déversé accidentellement plus de 40 000 litres d'acides sulfuriques à 98% pur dans la nature. La rivière puis la mer ont été contaminées. L'usine, qui ne faisait que tester ses installations, devrait pourtant entrer en fonction le mois prochain.
 

 

Autre piste évoquée lors du Grenelle de la Mer, utiliser les océans comme source d'énergie et notamment d'énergie propre. Une micro centrale électrique off shore baptisée le searev a été développée par l'école centrale de Nantes. Ces flotteurs permettront à terme de founir de l'électricité pour de petites villes.

Première publication : 08/07/2009

COMMENTAIRE(S)