Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

En savoir plus

À L’AFFICHE !

CharlElie Couture, l’immortel de la chanson française

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Les Noirs Africains attaqués à Tanger et le harcélement filmé au Caire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Abbottabad peut-elle tourner la page Ben Laden ?

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Culture : Bruxelles contre les artistes ?

En savoir plus

  • Deuxième grand oral pour le Premier ministre Manuel Valls

    En savoir plus

  • Ebola : Obama prévoit d'envoyer 3 000 militaires en Afrique de l’Ouest

    En savoir plus

  • Air France : la grève devrait s'intensifier mardi

    En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

  • Centrafrique : l'ONU prend en charge le maintien de la paix

    En savoir plus

  • Projet de loi anti-jihadiste : la France suit l’exemple du Royaume-Uni

    En savoir plus

  • Microsoft achète Minecraft, le jeu qui valait 2,5 milliards de dollars

    En savoir plus

  • Netflix débarque en France : le test de France 24

    En savoir plus

  • Le parti de Gbagbo claque la porte de la commission électorale

    En savoir plus

  • Fifa : Sepp Blatter et son entourage de nouveau soupçonnés de corruption

    En savoir plus

  • Le Medef et son million d'emplois en cinq ans, un effet d'annonce ?

    En savoir plus

  • François Hollande : "Il n'y a pas de temps à perdre" face à l’EI

    En savoir plus

  • La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Le footballeur français Nicolas Anelka signe un contrat en Inde

    En savoir plus

EUROPE

Le second référendum sur le traité de Lisbonne aura lieu le 2 octobre

Vidéo par Hervé AMORIC

Texte par Dépêche

Dernière modification : 08/07/2009

L'Irlande organisera, en octobre, un second référendum sur le traité de Lisbonne. En juin 2008, 53 % des électeurs irlandais avaient rejeté le texte, plongeant l'Union européenne dans l'incertitude.

AFP - Un second référendum en Irlande sur le traité européen de Lisbonne sera organisé le 2 octobre prochain, a annoncé mercredi le Premier ministre irlandais Brian Cowen devant le Parlement.

Le chef du gouvernement a estimé que l'Union européenne avait donné à Dublin les garanties nécessaires pour répondre aux inquiétudes des Irlandais dans plusieurs domaines comme la neutralité militaire du pays ou sa fiscalité, ouvrant la voie à un nouveau référendum après le "non" au traité en juin 2008.

"Je pense que ces inquiétudes ont trouvé une réponse sous la forme de garanties juridiques qui ont fait l'objet d'un accord des 27 chefs d'Etat" mi-juin, a-t-il déclaré.

"Sur cette base, j'ai recommandé au gouvernement de revenir vers le peuple pour qu'il autorise l'Irlande à ratifier le traité", a-t-il ajouté. "Ce référendum se tiendra le 2 octobre".

Le Premier ministre s'exprimait peu avant le début d'un débat au Parlement sur un amendement permettant l'organisation de cette consultation populaire.

Le mois dernier, M. Cowen avait obtenu l'adoption par les dirigeants de l'Union européenne de garanties visant à rassurer les électeurs irlandais qui avaient rejeté le texte en juin 2008 à 53% des voix, plongeant l'UE dans une grave crise.

Les garanties, qui doivent acquérir le statut d'un protocole juridiquement contraignant, portent sur des sujets qui tiennent à coeur à l'électorat irlandais, comme la neutralité militaire de l'Irlande, son régime fiscal ou l'interdiction de l'avortement.

Le ministre des Affaires étrangères Micheal Martin, qui a présenté mercredi un guide expliquant le référendum aux Irlandais, a estimé qu'un "oui" serait dans l'intérêt du pays.

"Le gouvernement pense que ce traité est bon pour l'Irlande et bon pour l'Europe", a-t-il déclaré lors d'une conférence de prese. "Notre tâche consiste maintenant à faire valoir nos arguments auprès de la population".

Selon les derniers sondages, le "oui" au traité de Lisbonne recueille 54% des intentions de vote en Irlande.

Les avis favorables au traité n'ont cessé de remonter à mesure que l'économie de ce pays, surnommé auparavant "le tigre celtique" pour sa croissance insolente, sombrait dans la récession, la plus dure d'Europe occidentale.

Le Premier ministre avait estimé que la campagne électorale pour un nouveau référendum devrait être axée sur une question plus vaste, à savoir "où va l'Irlande et quel sera le rôle de l'UE".

M. Cowen, malmené par les sondages, a estimé que le traité devrait aider l'Irlande à affronter la crise économique, et il s'était dit confiant dans la victoire du "oui".
 

Première publication : 08/07/2009

COMMENTAIRE(S)