Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

Sports

Contrôle positif confirmé pour le champion olympique Ramzi

Texte par Dépêche

Dernière modification : 09/07/2009

La Fédération d'athlétisme de Bahreïn a annoncé que l'analyse d'un échantillon de Rashid Ramzi, médaillé d'or du 1 500 mètres aux JO de Pékin, a révélé la présence d'une substance interdite confirmant le contrôle positif du coureur.

AFP - L'analyse de l'échantillon B de Rashid Ramzi, médaillé d'or du 1500 m aux jeux Olympiques de Pékin, a confirmé le contrôle positif du coureur, a indiqué jeudi la Fédération d'athlétisme de Bahreïn.
  
"La contre-analyse sur l'échantillon B prélevé lors des jeux Olympiques de l'été dernier a révélé la présence d'une substance interdite", a indiqué la Fédération dans un communiqué.
  
Le double champion du monde 2005 du 800 m et du 1500 m fait partie des six sportifs qui ont été rattrapés par les analyses rétrospectives menées cet hiver par le CIO sur des échantillons datant des JO. L'une des six, l'haltérophile dominicaine Yudelquis Contreras, a elle été blanchie par la contre-expertise.
  
L'analyse du premier échantillon de Ramzi, menée le 19 février, avait permis de détecter de l'EPO Cera, une EPO de troisième génération commercialisée en Europe en juin 2008.
  
Selon la Fédération bahreïnie, le Comité international olympique (CIO), dans son courrier annonçant ce résultat, a confirmé le droit de l'athlète d'origine marocaine à se défendre lors d'une audition devant sa commission disciplinaire le 27 juillet.
  
Ramzi, devenu citoyen bahreïni en 2002, était le premier médaillé bahreïni de l'histoire des Jeux en athlétisme. Sa médaille d'or devrait revenir au Kenyan Asbel Kiprop, et le Français Mehdi Baala, quatrième de la course, devrait recevoir le bronze.

Première publication : 09/07/2009

COMMENTAIRE(S)