Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Pour une Europe du peuple"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

Economie

Chinalco nie toute motivation commerciale dans l'affaire Rio Tinto

Vidéo par Baptiste FALLEVOZ

Texte par Dépêche

Dernière modification : 13/07/2009

Le groupe Chinalco nie un quelconque lien entre l'arrestation des quatre cadres de Rio Tinto, accusés d'espionnage par la Chine, et le refus du géant minier anglo-australien de céder une partie de son capital à la compagnie chinoise.

AFP - Le groupe public chinois, Chinalco a affirmé vendredi que la détention de quatre cadres du géant anglo-australien, Rio Tinto, accusés d'espionnage, n'avait pas de liens avec l'échec d'un récent accord entre les deux entreprises.
  
"Chinalco a été en contact avec Rio Tinto, exprimant une inquiétude mutuelle sur la situation actuelle avec leur personnel", a déclaré un porte-parole dans un communiqué.
  
"Nous avons également assuré que la situation n'est en aucun cas liée avec un quelconque accord entre Rio et Chinalco."
  
La Chine a affirmé jeudi disposer de "preuves suffisantes" de vol de secrets d'Etat contre des employés  qu'elle détient depuis dimanche à Shanghaï (est). Ressortissant australien, Stern Hu, dirigeant à Shanghai de Rio Tinto, et trois autres employés, sont accusés "d'espionnage" par les autorités chinoises.
  
Cette affaire intervient après l'échec, au grand dam de l'industriel et des autorités chinoises, d'un accord, conclu en février, en vertu duquel Chinalco aurait apporté 19,5 milliards de dollars à Rio Tinto pour monter à hauteur de 18% dans son capital et prendre de beaux actifs miniers.
  
Rio Tinto a finalement préféré lancer une augmentation de capital de 15,2 milliards de dollars et s'allier avec son rival BHP Billiton pour la partie ouest-australienne de leurs activités.

Première publication : 10/07/2009

COMMENTAIRE(S)