Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

UMP et PS sous tension

En savoir plus

TECH 24

Giroptic : la start-up lilloise star de Kickstarter déjà GoPro killer ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Conférence sociale : le gouvernement mise sur l'apprentissage

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Amnesty dénonce les violences faites aux femmes en Égypte

En savoir plus

  • Les Brésiliens, supporters malgré eux, de leurs bourreaux allemands

    En savoir plus

  • Netanyahou déterminé à "frapper les terroristes" à Gaza

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : la présence de soldats algériens fait polémique à Alger

    En savoir plus

  • "Maintenant, fais tes prières" : Amnesty dénonce la torture dans l'est ukrainien

    En savoir plus

  • Gaza : seule une solution politique peut garantir la sécurité d’Israël

    En savoir plus

  • Cynk, l’entreprise fantôme qui valait quatre milliards

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

  • Tuerie de Bruxelles : Nemmouche accepte d'être extradé vers la Belgique

    En savoir plus

  • Les forces kurdes revendiquent la prise de deux champs pétroliers

    En savoir plus

  • Le FC Barcelone casse sa tirelire pour s’offrir le controversé Luis Suarez

    En savoir plus

  • À Kaboul, Kerry plaide pour un audit des résultats de la présidentielle

    En savoir plus

  • Vidéo : à Gaza, entre pénuries et guerre psychologique

    En savoir plus

  • La fillette américaine, "guérie" du sida, est toujours séropositive

    En savoir plus

  • Vidéo : le sélectionneur du Niger Gernot Rohr livre sa vision du Mondial

    En savoir plus

  • En images : une station service israélienne touchée par une roquette

    En savoir plus

FRANCE

Youssouf Fofana condamné à la peine maximale

©

Vidéo par Pauline PACCARD

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 11/07/2009

Le chef du "gang des barbares" a été condamné à la peine maximale requise contre lui : la prison à perpétuité avec 22 ans de sûreté. Fofana et ses 26 complices étaient accusés d'avoir torturé à mort le jeune Ilan Halimi en 2006.

La cour d'assises des mineurs de Paris a condamné Youssouf Fofana, le chef du "gang des barbares", à la peine maximale, la prison à perpétuité avec 22 ans de sûreté, pour le meurtre du jeune Ilan Halimi.

 

Le criminel de 28 ans, originaire de Côte d'Ivoire, avait reconnu avoir porté seul les coups fatals à la victime.

 

A l'énoncé du verdict, Youssouf Fofana a eu pour seule réaction de tapoter dans ses mains.

 

Ses deux complices jugés les plus actifs, Samir Aït Abdelmalek, 30 ans, et Jean-Christophe Soumbou, 23 ans, ont, eux, respectivement écopés de 15 et 18 ans de réclusion.


La jeune fille qui avait servi d'appât, mineure au moment des faits et aujourd'hui âgée de 21 ans, a été condamnée à neuf ans de prison.

 

Pour les 24 autres accusés, la cour a prononcé des peines allant de six mois de prison avec sursis à 18 ans de réclusion. Deux d'entre eux ont été acquittés.

L'avocat de la famille Halimi a fait savoir qu'il souhaitait un nouveau procès, regrettant la "bienveillance" du verdict de la cour d'assises.
  

Il en a appelé à la ministre de la Justice, Michèle Alliot-Marie, souhaitant qu'elle "invite le procureur général à faire appel" des peines infligées notamment à six geôliers d'Ilan écopant de 10 à 15 ans de réclusion, et à la jeune fille ayant servi d'appât.

Le verdict a été rendu publiquement après plus de 48 heures de délibérations, mettant un point final à un procès qui s'est tenu à huis clos car deux des 26 accusés étaient mineurs au moment des faits.

 

À l'époque des faits, l’affaire, à caractère antisémite, avait ému l’opinion publique du fait de leur extrême violence.

 

De l'enlèvement au calvaire

 

Ilan Halimi, un jeune juif de 23 ans, vendeur de téléphones portables à Paris, avait été enlevé le 20 janvier 2006. Le gang a expliqué son geste en expliquant qu’il supposait que le jeune homme était riche parce qu'il était juif, et que leur but initial était de réclamer une rançon.

 

C’est pourtant un tout autre sort qui a été réservé à Ilan Halimi. Durant 24 jours, il a été séquestré et torturé dans une cité HLM de Bagneux, dans le département des Hauts-de-Seine.

 

Il a été retrouvé le 13 février 2006 au bord d’une voie ferrée de l’Essonne, nu et agonisant, des traces de brûlures et de tortures sur le corps. Il est mort dans l’ambulance qui le transportait à l’hôpital.

 

Crime crapuleux ou antisémite ?

 

Rejetant les motivations antisémites des complices, les avocats de la défense ont, eux, dépeint un groupe de "petits voyous" "embarqués" par Fofana pour des motifs "totalement crapuleux", selon des témoins des débats.

  

Arrêté à Abidjan, Youssouf Fofana a, durant tout le procès, multiplié les provocations, tenant des propos antisémites et allant jusqu’à lancer ses chaussures sur les parties civiles.

 

Contrairement à celui qui fut leur chef, la plupart des accusés ont adressé des excuses ou des regrets à la famille d'Ilan, présente sur le banc des parties civiles.


Première publication : 11/07/2009

Comments

COMMENTAIRE(S)