Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Le gouvernement veut taxer les grandes entreprises

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Bond : Daniel Craig rempile pour un dernier épisode

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Donald Trump démantèle ses deux conseils économiques

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

L'Europe face au défi des "revenants"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les présidents Trump et Macron font polémique, mais pas pour la même chose...

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle au Kenya : Raila Odinga va saisir la Cour suprême

En savoir plus

LE DÉBAT

États-Unis : l'ambiguïté de Trump vis-à-vis de l'extrême droite

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Donald Trump : il y a des bonnes personnes des deux côtés"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Contrats de travail : vers plus de flexibilité ?

En savoir plus

Economie

Le Russe DST veut accroître ses parts dans Facebook

Texte par Dépêche

Dernière modification : 13/07/2009

Le fonds d'investissemernt russe Digital Sky Technologies offre 14,77 dollars par action aux employés de Facebook qui accepteront de céder leur titre. Un montant qui valorise le site de réseau social à 6,5 milliards de dollars environ...

REUTERS - Digital Sky Technologies offrira 14,77 dollars par action ordinaire aux employés de Facebook qui accepteront de céder leurs titres, a-t-on appris lundi d'une personne proche de la situation.

 

Cet accord, qui valorise le spécialiste du réseau social sur internet à près de 6,5 milliards de dollars (4,65 milliards d'euros environ), vient s'ajouter à une première offre faite par DST en mai par laquelle le groupe russe avait investi 200 millions de dollars dans Facebook.

 

Réunies, les deux transactions pourraient permettre à DST de détenir 3,5% de Facebook.

 

Dans un communiqué, le directeur général de Facebook Mark Zuckerberg a fait part de sa satisfaction quant au prix offert par DST, "bien supérieur" à une offre faite à l'automne à ses employés.
 

Première publication : 13/07/2009

COMMENTAIRE(S)