Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Tony Parker : "On n'a jamais eu autant de talents dans notre équipe"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Epidémie d'ébola : des tests de vaccins concluants

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

JO : Pékin est la 1ère ville à accueillir les jeux d’été et les jeux d’hiver

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

PKK et Groupe Etat Islamique : le double jeu d’Erdogan

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Migrants à Calais : Paris et Londres unis mais démunis

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La Seine : le XXIème arrondissement de Paris

En savoir plus

FOCUS

Brésil : des cours par visioconférence au cœur de l’Amazonie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Le petit prince", du livre à l'écran

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Syrie : "L'Armée de la conquête" à la recherche de respectabilité

En savoir plus

EUROPE

Quatre pays de l'UE et la Turquie signent l'accord sur le gazoduc Nabucco

Vidéo par Cédric MOLLE-LAURENÇON

Texte par Dépêche

Dernière modification : 13/07/2009

Bulgarie, Roumanie, Autriche, Hongrie et Turquie ont signé à Ankara l'accord sur le projet de construction de Nabucco, un gazoduc de 3 300 km qui permettrait aux Vingt-Sept de réduire leur dépendance vis-à-vis du gaz russe.

AFP - Quatre pays européens (Autriche, Bulgarie, Hongrie, Roumanie) et la Turquie ont signé lundi l'accord pour la réalisation du gazoduc Nabucco, qui réduira la dépendance de l'Europe vis-à-vis de la Russie, a constaté une journaliste de l'AFP.

Le projet Nabucco, qui est soutenu par les Etats-Unis, prévoit la construction d'un gazoduc pour transporter graduellement jusqu'à 31 milliards de m3 de gaz par an en provenance d'Asie centrale notamment vers l'UE, en passant par la Turquie et le sud-est de l'Europe.

Un quart du gaz naturel utilisé en Europe provient actuellement de Russie. Un différend entre la Russie et l'Ukraine, point de transit essentiel, a déjà gravement porté atteinte aux approvisionnements vers l'Europe.

Nabucco, lancé en 2002, devrait entrer en service en 2014. Son coût est estimé à 7,9 milliards d'euros.

Première publication : 13/07/2009

COMMENTAIRE(S)