Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Le recyclage devient high-tech

En savoir plus

SUR LE NET

La guerre au Proche-Orient attise la Toile

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'invité: Colonel Badjeck, porte-parole du ministère de la défense camerounais

En savoir plus

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

  • Allemagne – Argentine : suivez la finale en direct

    En savoir plus

  • Gaza : des frappes israéliennes "sans précédent" depuis le début du conflit

    En savoir plus

  • À Vienne, les négociations sur le nucléaire iranien teintées de pessimisme

    En savoir plus

  • La Russie menace l'Ukraine "de conséquences irréversibles"

    En savoir plus

  • Les Brésiliens, supporters malgré eux, de leurs bourreaux allemands

    En savoir plus

  • Alejandro Sabella, un "Mister Nobody" au sommet du foot argentin

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : Tony Gallopin endosse le premier maillot jaune français

    En savoir plus

  • Sahara occidental : le torchon brûle entre Rabat et Alger

    En savoir plus

  • Nigeria : le chef de Boko Haram soutient al-Baghdadi, le "calife" de l'EIIL

    En savoir plus

  • Fin de Serval au Mali, lancement de l’opération "Barkhane" au Sahel

    En savoir plus

  • Combats entre milices libyennes autour de l'aéroport de Tripoli

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile suspendue par la justice

    En savoir plus

  • Après une opération commando à Gaza, Tsahal intensifie ses frappes

    En savoir plus

  • Décès du célèbre chef d’orchestre américain Lorin Maazel

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

  • Au Caire, juifs, chrétiens et musulmans célèbrent ensemble la rupture du jeûne

    En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Brève alerte au tsunami après un fort séisme au Japon

    En savoir plus

FRANCE

L'Inde à l'honneur des célébrations du 14-Juillet

©

Vidéo par Marion GAUDIN

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 14/07/2009

Désireux d'établir un "partenariat stratégique" avec New Delhi, Paris a convié l'armée indienne à se joindre au traditionnel défilé militaire sur les Champs-Élysées. Sous le regard du Premier ministre indien Manmohan Singh.

Inspections des troupes, mise en place des détachements d’honneur de la garde républicaine, tout était prêt, ce mardi matin à 10 heures précises (heure locale), pour l’arrivée du président Nicolas Sarkozy, avenue de Friedland à Paris. Peu après le défilé aérien d’ouverture et sous un grand ciel bleu, le chef de l'Etat français a pris place à bord d'un véhicule de commandement, donnant ainsi le coup d’envoi officiel de la fête nationale. Derrière lui, quelque 400 soldats indiens, en guêtres et chapeaux hauts, attendaient.

 

Défilant pour la première fois hors de leurs frontières, ces soldats ont ouvert la parade au sol, tandis que leur Premier ministre, Manmohan Singh, invité d'honneur, les observait depuis la tribune présidentielle installée, comme chaque année, place de la Concorde, où le président français l’a rejoint.

Près de 5 000 militaires, policiers, gendarmes et pompiers français, à pied, à cheval ou motorisés, ont ensuite foulé, bataillon par bataillon, le bitume depuis l'Arc de Triomphe jusqu'à la place de la Concorde.

 

Nicolas Sarkozy, l’année passée invité d’honneur de la parade militaire de la fête de la République indienne, a voulu célébrer le "partenariat stratégique" qui unit la France à l'Inde, et accessoirement conforter la place de l'Hexagone dans le top trois des fournisseurs d'équipements de défense de New Delhi.


L'avion Rafale de Dassault Aviation, qui ne s'est pour l'instant jamais exporté, est dans la course pour un appel d'offres de 12 milliards de dollars lancé par l'Inde. Paris a également émis le souhait d’un élargissement du G8 aux grands pays émergents, notamment l'Inde.


  
Le Premier ministre cambodgien, Hun Sen, était également présent dans la tribune présidentielle, aux côtés des membres du gouvernement, de la première dame, Carla Bruni-Sarkozy, et de plusieurs célébrités françaises.

 

Un défilé sous le signe de la bonne entente

 

Comme chaque année, les badauds étaient nombreux à s'agglutiner le long des barrières métalliques qui encadraient l'avenue des Champs-Elysées.


"C'est un moment très émouvant", lance une jeune femme, interrogée par FRANCE 24. Un sentiment partagé par la majorité des spectateurs, petits et grands.

 

Encadrée par 10 000 policiers et gendarmes, l'édition 2009 de la commémoration de la prise de la Bastille en 1789 s'est donc déroulée sous le signe de la détente et, surtout, de la bonne entente entre les armées et leur chef, Nicolas Sarkozy.

 

"On peut être fier de l'armée française", a ainsi déclaré le chef d'Etat. "Le défilé a été impeccable [...] Ils étaient heureux de défiler. Ils savent qu'on a fait un gros effort pour changer leur matériel, pour leur donner tous les moyens d'être protéger dans les combats où on les engage. Je pense que c'est une belle fête nationale".

 

Le 14 juillet dernier, la situation s'était tellement dégradée entre le président français et l'armée que l'on craignait des manifestations lors du défilé sur les Champs-Elysées.

 

Peu avant la fête nationale de 2008, plusieurs événements - le drame de Carcassonne, le livre blanc de la défense, la fermeture de bases et la suppression de plus de 50 000 postes, avaient contribué à compliquer les rapports entre le chef des armées et les militaires.

 

Première publication : 14/07/2009

Comments

COMMENTAIRE(S)