Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Algérie : un Français enlevé par un groupe lié à l'organisation de l'EI

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Couple franco-allemand : la cigale et la fourmi ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Nicole Garcia, actrice et réalisatrice accomplie

En savoir plus

FOCUS

L'Afrique à Paris !

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Graham Watson, président du Parti des Libéraux et Démocrates pour l'Europe

En savoir plus

ICI L'EUROPE

UE : avec Pierre Moscovici, un changement de cap économique ?

En savoir plus

  • Arab Bank reconnue coupable d'avoir financé des terroristes

    En savoir plus

  • Course contre la montre pour retrouver l’otage français en Algérie

    En savoir plus

  • Emma Watson, féministe engagée et menacée

    En savoir plus

  • Arrestation à Orly de trois jihadistes présumés, dont le mari de Souad Merah

    En savoir plus

  • Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

    En savoir plus

  • Poucettes, matraques à pointes : le marché de la torture "made in China"

    En savoir plus

  • Les lycéennes et collégiennes turques autorisées à porter le voile islamique

    En savoir plus

  • Droit à l'avortement : le gouvernement espagnol abandonne son projet de loi

    En savoir plus

  • Les États-Unis frappent le cœur de l’EI en Syrie

    En savoir plus

  • L'armée israélienne abat un avion de chasse syrien au-dessus du Golan

    En savoir plus

  • La justice autorise l'adoption d'enfants nés d'une PMA à l'étranger

    En savoir plus

  • Les Kurdes syriens réfugiés à Erbil prêts à repartir au combat contre l'EI

    En savoir plus

  • Rapt du Français en Algérie : qui se cache derrière les "Soldats du califat" ?

    En savoir plus

  • Prison à vie pour Ilham Tohti : "Ils ont créé un 'Mandela ouïghour'"

    En savoir plus

  • L'armée tue deux Palestiniens accusés de la mort des adolescents israéliens

    En savoir plus

  • Le président chinois, principal absent du sommet sur le climat

    En savoir plus

Economie

Canberra durcit le ton contre Pékin

Vidéo par Fanou FILALI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 15/07/2009

Irrité par l'arrestation, en Chine, d'un cadre du groupe minier Rio Tinto, soupçonné d'espionnage, le Premier ministre australien, Kevin Rudd (photo), a accusé Pékin de vouloir défendre ses intérêts économiques.

AFP - Pékin a d'importants intérêts économiques en jeu dans l'affaire d'espionnage présumé impliquant un cadre du groupe minier anglo-australien Rio Tinto en Chine, a averti mercredi le Premier ministre australien, ajoutant que le sujet était suivi attentivement à l'étranger.

"L'Australie, bien sûr, a d'importants intérêts économiques dans ses relations avec la Chine, mais je veux aussi rappeler à nos amis chinois que la Chine aussi a d'importants intérêts économiques en jeu, dans ses relations avec l'Australie et avec ses autres partenaires commerciaux dans le monde", a déclaré Kevin Rudd, lors d'une conférence de presse.

"De nombreux gouvernements et entreprises étrangers vont suivre cette affaire avec intérêt et l'observer très attentivement, et ils tireront leurs propres conclusions sur la façon dont elle est gérée", a-t-il poursuivi.

Stern Hu, un ressortissant australien responsable des opérations de Rio Tinto à Shanghaï et trois autres cadres du groupe, des Chinois selon la presse officielle à Pékin, sont détenus depuis dimanche et accusés d'espionnage.

La Chine affirme avoir "des preuves suffisantes" qu'ils ont "volé des secrets d'Etat et causé d'énormes pertes aux intérêts économiques et à la sécurité de la Chine".

Ces arrestations surviennent après la renonciation, début juin par Rio Tinto, à un accord stratégique avec le géant public chinois de l'aluminium Chinalco.

M. Rudd a indiqué mercredi que Canberra utilisait "tous les niveaux de représentation consulaire et diplomatique pour défendre les intérêts de M. Hu".

L'affaire a pris une nouvelle dimension cette semaine, s'étendant, selon la presse officielle, à de grands aciéristes nationaux dont des responsables se seraient laissé corrompre par les géants miniers étrangers.

Pékin garde le silence sur ce qui menace de devenir un énorme scandale "ébranlant l'industrie sidérurgique chinoise", ses fournisseurs étrangers et même "les intérêts miniers de la Chine dans le monde", selon des analystes.

Première publication : 15/07/2009

COMMENTAIRE(S)