Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

France - migrants illégaux : l'impasse calaisienne

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : l'Iran réaffirme son soutien à l'Irak : à quel prix ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Entretien exclusif avec José Manuel Barroso, président de la Commission européenne

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Magic in the moonlight" : la magie opère dans le dernier Woody Allen

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Total, premier groupe pétrolier en Afrique, a perdu son PDG Christophe de Margerie

En savoir plus

FACE À FACE

Martine Aubry, la gauche et ses frondeurs

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Ces étrangers qui partent combattre avec les Kurdes en Irak et en Syrie

En savoir plus

DÉBAT

La sentence de Pistorius est-elle "satisfaisante" ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Prisonnier Pistorius"

En savoir plus

Afrique

Pékin met en garde ses ressortissants en Algérie contre Al-Qaïda

Texte par Dépêche

Dernière modification : 15/07/2009

La Chine s'inquiète pour ses ressortissants en Algérie après des menaces de représailles proférées par Al-Qaïda à la suite des affrontements survenus dans la province chinoise du Xinjiang entre les Ouïghours - musulmans - et les Hans.

AFP - La Chine a exhorté ses ressortissants en Algérie à la prudence après que la branche maghrébine d'Al-Qaïda eut menacé, selon des experts, de s'en prendre aux ressortissants chinois en Afrique du Nord pour venger les musulmans tués lors des troubles au Xinjiang.
   
"L'Ambassade de Chine en Algérie appelle particulièrement les entreprises chinoises et leurs personnels à veiller davantage à leur sécurité et à renforcer les mesures de sécurité", a indiqué l'ambassade dans un communiqué sur son site internet, en les enjoignant de rapporter immédiatement "toute situation d'urgence".
   
L'ambassade a formulé cet avertissement "au vu de la situation qui a suivi l'événement criminel du 5 juillet", date d'une émeute à Urumqi, la capitale de cette région du nord-ouest de la Chine, qui a été suivie de plusieurs jours de troubles interethniques entre Ouïghours, principale minorité du Xinjiang, musulmane et turcophone, et Hans, l'ethnie majoritaire en Chine.
   
Selon un rapport d'un cabinet d'analyse des risques, Stirling Assynt, basé à Londres, dont l'AFP a eu copie mardi, Al-Qaïda au Maghreb islamique, l'Aqmi, implantée en Algérie, a menacé de s'en prendre aux intérêts chinois en Afrique du Nord pour venger les musulmans du Xinjiang.
   
D'après ce rapport, au moins 50.000 Chinois vivent en Algérie.
   
"Nous allons suivre de près la situation et faire des efforts conjoints avec les pays concernés pour prendre toutes les mesures nécessaires afin d'assurer la sécurité des institutions et des ressortissants chinois à l'étranger", avait déclaré mardi le porte-parole du ministère des Affaires étrangères Qin Gang, interrogé sur ces informations.
   
La dissidente ouïghoure en exil Rebiya Kadeer a rejeté tout recours à la violence au nom des droits de son peuple.
   
Le 5 juillet, des Ouïghours avaient attaqué des Hans lors d'émeutes qui selon Pékin ont fait 184 morts -- aux trois quarts des Hans -- et près de 1.700 blessés.
   
Selon la dissidence ouïghoure, les émeutes ont éclaté après la répression brutale d'une manifestation pacifique de Ouïghours.
   
Les jours suivants, des Hans sont descendus dans les rues en quête de vengeance, malgré le déploiement important de forces de l'ordre dans la ville de 2,3 millions d'habitants.
   
Aucun bilan de victimes n'a été publié pour ces évenements ultérieurs.
 

Première publication : 15/07/2009

COMMENTAIRE(S)