Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

  • Université d'été du PS : militants désorientés recherchent parti unifié

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Google fait décoller le rêve des drones livreurs

    En savoir plus

  • L'Ukraine va lancer les procédures d'adhésion à l'Otan

    En savoir plus

  • Un enfant britannique atteint d'une tumeur est recherché en France

    En savoir plus

  • Nintendo renouvelle sa gamme de consoles portables

    En savoir plus

  • Maroc : une autoroute bloquée 14 jours pour tourner "Mission : Impossible 5"

    En savoir plus

  • Golan : 43 Casques bleus pris en otage, la force onusienne prête à se défendre

    En savoir plus

  • Judo : la Française Audrey Tcheuméo laisse filer la médaille d'or

    En savoir plus

  • Ligue Europa : fortunes diverses au tirage pour Lille, Saint-Étienne et Guingamp

    En savoir plus

  • Isolés, les pays touchés par Ebola peinent à faire face à l'épidémie

    En savoir plus

  • Quand le Canada et la Russie jouent les profs de géographie sur Twitter

    En savoir plus

  • Le nombre de réfugiés syriens atteint le chiffre record de trois millions

    En savoir plus

  • Dans un climat tendu, le PS ouvre son université d'été

    En savoir plus

  • L'Occident dénonce l'incursion "évidente" de la Russie en Ukraine

    En savoir plus

Afrique

Ali Bongo désigné candidat du parti de son défunt père

Texte par Marie Sophie JOUBERT

Dernière modification : 12/08/2009

La Commission électorale propose de fixer la date de la présidentielle au 30 août. Parmi les candidats déclarés à la succession d'Omar Bongo, mort le 8 juin, figure son fils Ali qui portera les couleurs du Parti démocratique gabonais (PDG).

Ali Bongo peut officiellement se réjouir. Après avoir longtemps tu ses ambitions présidentielles, le fils du défunt chef de l’État gabonais, Omar Bongo Ondimba, pourrait bien récupérer les clés du palais du bord de mer. Mercredi, le bureau du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir) l’a choisi pour représenter ses couleurs lors de l’élection présidentielle, qui, sur proposition de la Commission électorale gabonaise, devrait se dérouler le 30 août prochain. A moins que le Conseil des ministres ne juge la tenue du scrutin trop prématurée.

 

La désignation d’Ali Bongo a été "arrêtée aujourd'hui par le bureau politique, a déclaré, mercredi à l'AFP, Faustin Boukoubi, secrétaire général du PDG". Un choix confirmé le dimanche suivant par le congrès, instance suprême du parti, et critiqué par l’opposition. "C’est un choix antidémocratique", s’insurge Ben Mubamba de l’association Acteurs libres de la société civile gabonaise.

 

De fait, dans son édition datée des 11 et 12 juillet, le quotidien gabonais "L'Union" faisait état de "tractations de couloirs (...) pour tenter d'amener à la raison ceux qui s'opposent au choix de la hiérarchie".

 

Une population "effrayée"

 

"Au moins son père avait la décence de convoquer un congrès. Lui, il s’est fait adoubé de manière soviétique par un collège de 18 membres", dénonce Ben Mubamba pour qui le fils Bongo surfe sur l’émotion suscitée par la mort d’Omar Bongo pour s’assurer les voix d’une population "effrayée".

 

Car Ali Bongo est loin de séduire les Gabonais qui craignent d’assister à l’avènement d’une république dynastique. Nombre d'entre eux le considèrent même comme un étranger. Né au Congo-Brazzaville en 1959, Alain Bernard Bongo (de son nom de naissance) a passé une partie de son enfance en France, loin du Gabon où il aurait pu se familiariser avec ces langues locales qui lui font défaut. Au grand dam de ses concitoyens, qui, pour certains d’entre eux, n’hésitent pas à colporter la rumeur, aussi persistante qu'infondée, que le dauphin Bongo serait en réalité un Biafrais adopté par l’ancien président gabonais.

 

"Baby Zeus", comme on le surnomme parfois pour souligner sa moue d’enfant gâté, agace aussi une partie de la vieille garde du PDG et peine à s’attirer les faveurs de certains membres de sa famille. Sa sœur Pascaline, ancienne directrice de cabinet et bras-droit du défunt président, qui ne le soutenait pas se serait finalement rangée derrière la candidature de son cadet.

 

Omar Bongo lui-même aurait hésité à l’adouber, bien qu’il l’ait nommé ministre de la Défense en 1999, et ait plus récemment fait de lui l'un des vice-présidents du PDG. Deux postes qui lui ont rentrouvert la porte du palais présidentiel.

 

Ses hommes en place

 

Ministre de la Défense depuis ses 40 ans, Ali Bongo a patiemment choyé ses troupes, les équipant de véhicules Mercedes et d'uniformes neufs à chaque élection. Et a pris soin de placer ses proches aux postes stratégiques : l'état-major de l'armée, la gendarmerie, le Conseil national de sécurité, le renseignement militaire et la garde républicaine. Un mécanisme bien huilé qui ne laisse pas d’inquiéter l’opposition gabonaise.

 

Le décès de son père à peine annoncé, ce fêtard repenti a ordonné la fermeture des frontières du pays, "histoire de montrer que c'est lui qui tient le manche", affirme Antoine Glaser, directeur de "La Lettre du continent".
 

Première publication : 16/07/2009

COMMENTAIRE(S)