Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Éléments de langage

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Virus Ebola : l'OMS doit annoncer un plan de lutte de 100 millions de dollars

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 1er aout (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 1er aout (Partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Grande Guerre : au cœur de l’enfer

En savoir plus

#ActuElles

Les "Patronas" au secours des migrants mexicains

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Coup d'envoi de la transition énergétique en France

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Centenaire de la Grande Guerre : retour sur la bataille de Verdun

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gaza : les larmes d'un responsable de l'ONU

En savoir plus

  • Le Hamas affirme qu’il n’a pas d’informations sur le soldat israélien porté disparu

    En savoir plus

  • Vidéo : "Le monde devrait admirer Israël", selon son ambassadeur aux États-Unis

    En savoir plus

  • Vidéo : la pauvreté pousse les femmes malgaches vers la contraception

    En savoir plus

  • Ouganda : la justice annule une loi anti-gay particulièrement répressive

    En savoir plus

  • Extensions Internet : l'Icann à la rescousse de l'Iran, la Syrie et la Corée du Nord

    En savoir plus

  • Grande Guerre : au cœur de l’enfer

    En savoir plus

  • Un séisme secoue la région d'Alger et fait six morts et 420 blessés

    En savoir plus

  • Ebola : sommet régional à Conakry pour tenter d'enrayer l'épidémie

    En savoir plus

  • Free convoite T-mobile : "What the hell is Iliad ?" se demandent les Américains

    En savoir plus

  • Plus de 50 kilos de cocaïne volatilisés au "36, quai des Orfèvres"

    En savoir plus

  • Centenaire de 14-18 : les clochers de France sonnent la “mobilisation générale”

    En savoir plus

  • Vidéo : les réfugiés libyens affluent en masse à la frontière tunisienne

    En savoir plus

  • Kerviel : la justice accorde une peine aménagée, appel du parquet

    En savoir plus

  • Une dizaine de soldats ukrainiens tués par des séparatistes dans l'Est

    En savoir plus

  • Carte : l’opération Barkhane de l’armée française au Sahel

    En savoir plus

  • Lourd bilan après une série d’explosions dues au gaz à Taïwan

    En savoir plus

Asie - pacifique

L'Inde et le Pakistan tentent de se réconcilier

Texte par Marc LELLIÈVRE

Dernière modification : 16/07/2009

En marge du sommet du mouvement des Non-alignés qui s'est tenu en Égypte, les premiers ministres indien et pakistanais ont promis de poursuivre les pourparlers de paix, rendus difficiles par des décennies de tensions entre les deux pays.

Pas d'annonce concrète, juste des promesses. La rencontre entre les Premiers ministres indien et pakistanais, Manmohan Singh et Yousouf Raza Gilani, en marge du sommet des non-alignés organisé en Égypte, n'a pas donné grand-chose. Dans un communiqué commun, les deux hommes se sont simplement engagés à poursuivre leurs discussions et à coopérer dans la lutte anti-terroriste. Quant au Pakistan, il promet de mettre tout en œuvre pour "traduire les auteurs des attentats de Bombay devant la justice."

Pour Ayesha Siddiqa, une spécialiste pakistanaise des questions de Défense, il était difficile d'espérer plus : "Le fait que les deux pays s'engagent à dialoguer est déjà une bonne chose, car les relations entre New Delhi et Islamabad sont très mauvaises depuis les attaques de Bombay en novembre 2008."

Depuis, l'Inde accuse en effet le Pakistan de ne pas faire assez d'efforts pour lutter contre le terrorisme. Elle reproche notamment à son voisin d'avoir libéré Hafeez Saeed, le fondateur du Lashkar-e-Taiba, un groupe armé soupçonné d'avoir perpétré les attentats de Bombay.

De son côté, le Pakistan s'inquiète de voir l'Inde accroître son influence en Afghanistan, pays qu'il a toujours considéré comme son arrière-cour. L'Inde est très impliquée dans sa reconstruction. Elle y construit des routes, mais aussi un barrage, dans l'ouest. "À terme, le Pakistan pourrait perdre une partie de son influence en Afghanistan, ce qui inquiète beaucoup Islamabad", explique Ayesha Siddiqa.

Tension palpable entre les deux voisins

 

D'ailleurs, à l'ouverture du sommet de Charm-el-Cheikh, en Égypte, chacun a campé sur ses positions : Manmohan Singh a exhorté le Pakistan à ne plus soutenir les groupes terroristes, tandis que Youssouf Raza Gilani a insisté pour régler d'abord la question du Cachemire, un territoire que les deux États se disputent depuis plus de 60 ans.

Jeudi matin, les journaux des deux pays ne cachaient pas leur méfiance. Le Time of India insistait sur la dangerosité des groupes djihadistes pakistanais, qui chercheraient à mener des attentats à Bombay et dans l'ouest du pays. Côté pakistanais, The Dawn, l'un des principaux quotidiens anglophones, a accusé l'Inde de rejeter tout compromis. "L'Inde a choisi d'adopter une ligne très dure en demandant au Pakistan l'extradition de terroristes présumés, de poursuivre les auteurs des attentats de Bombay, et de mettre fin à l'infiltration de militants djihadistes au Cachemire."

Pourtant, la semaine dernière, le président pakistanais, Asif Ali Zardari, avait tenté de calmer le jeu en déclarant : "Les militants et les extrémistes ont été créés et engraissés de manière délibérée, dans le but de réaliser des ambitions stratégiques à court terme." Et d'ajouter : "Les terroristes d'aujourd'hui étaient les héros d'hier, jusqu'au 11 septembre 2001." Ces paroles n'ont toutefois pas suffi à apaiser les Indiens, qui se demandent si Asif Ali Zardari est crédible. "Le président pakistanais est un homme controversé, accusé de corruption. Pour les Indiens, rien ne dit qu'il soit en mesure de mener à bien un processus de paix", conclut Ayesha Siddiqa.

Première publication : 16/07/2009

COMMENTAIRE(S)