Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

  • Les frondeurs du PS ne sont pas à La Rochelle "pour rompre"

    En savoir plus

  • Golan : sauvetage d’une partie des casques bleus philippins

    En savoir plus

  • Nouvelle peine de prison à vie pour le guide suprême des Frères musulmans

    En savoir plus

  • Judo : Teddy Riner décroche un 7e titre de champion du monde

    En savoir plus

  • Selon Pretoria, le Lesotho est en proie à un "coup d'État"

    En savoir plus

  • Un cargo ukrainien s'écrase dans le sud de l'Algérie

    En savoir plus

  • Taubira "assume les conséquences" de sa présence chez les frondeurs du PS

    En savoir plus

  • Ukraine : l'UE se réunit à Bruxelles pour répondre à la Russie

    En savoir plus

  • Les États-Unis appellent à une coalition mondiale contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Grande Guerre : l'exode oublié des Belges en France

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : le FMI renouvelle sa confiance à Christine Lagarde

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

  • Un enfant britannique atteint d'une tumeur est recherché en France

    En savoir plus

Afrique

Les deux otages français désormais aux mains des Shebab

Vidéo par Aude SOUFI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 17/07/2009

Les deux otages français enlevés mardi à Mogadiscio par le groupuscule islamiste Hezb al-Islam sont désormais aux mains des Shebab, un mouvement considéré comme un allié d'Al-Qaïda dans ce pays en proie depuis 18 ans à la guerre civile.

REUTERS - Les deux otages français capturés mardi par l'organisation islamiste Hizbul Islam à Mogadiscio sont désormais aux mains du mouvement Al Chabaab, a-t-on appris vendredi auprès d'insurgés somaliens.


"Nous avons remis le second Français à Al Chabaab", a dit à Reuters, sous le sceau de l'anonymat, un chef de milice du groupe rebelle Hizbul Islam.

"Nous nous disputions beaucoup, et nous étions sur le point de nous entretuer", a-t-il ajouté.

Son groupe avait déjà remis jeudi un des otages français à des combattants d'Al Chabaab, afin d'éviter des heurts entre les deux mouvements.

Les deux Français, qui étaient selon Paris en mission officielle dans le domaine de la sécurité auprès du gouvernement somalien, ont été enlevés mardi dans un hôtel de la capitale somalienne et remis à des membres du groupe Hizbul Islam.

Mais Al Chabaab, considéré comme un allié d'Al Qaïda dans ce pays de la corne de l'Afrique en proie depuis 18 ans à la guerre civile, a eigé que les deux hommes lui soient remis.

Bien que des craintes quant au sort des deux Français aient été exprimées, le gouvernement et beaucoup de Somaliens estiment que les islamistes ont pour objectif d'obtenir une rançon.

Par le passé, la plupart des enlèvements de ressortissants étrangers se sont conclus par un versement d'argent en échange de la libération des otages.

"Cet incident est purement lié à des fins monétaires", a dit à Reuters le ministre somalien des Affaires étrangères, Mohammed Abdullahi Omar.

Un haut responsable d'Al Chabaab, contacté par Reuters, a confirmé que son organisation tenait les deux Français mais s'est refusé à dire ce qu'il allait en advenir. "Nos chefs décideront de la suite", a-t-il dit.

Première publication : 17/07/2009

COMMENTAIRE(S)