Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

La charia a-t-elle sa place dans le droit britannique?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Rwanda : les juges français mettent fin à l'instruction sur la mort de l'ex-président Habyarimana

En savoir plus

DÉBAT

Soudan du Sud : l'avenir sombre d'un pays jeune de trois ans (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Soudan du Sud : l'avenir sombre d'un pays jeune de trois ans (partie 1)

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Quel avenir pour la SNCM?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Résilience brésilienne"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Et à la fin, c'est l'Allemagne qui gagne"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Raids aériens, roquettes et propagande

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Le cauchemar de la Seleçao

En savoir plus

  • Vidéo : ramadan sous tension pour les musulmans de Pékin

    En savoir plus

  • "Gaza est sur le fil du rasoir", l’ONU se réunit en urgence

    En savoir plus

  • L'Argentine rejoint l'Allemagne en finale du Mondial

    En savoir plus

  • "Le gouvernement de Netanyahou instrumentalise l’assassinat des trois juifs"

    En savoir plus

  • Tour de France : Chris Froome, vainqueur du Tour 2013, abandonne

    En savoir plus

  • Terrorisme : la France se protège contre "les loups solitaires"

    En savoir plus

  • Soudan du Sud : la trahison des héros de l’indépendance

    En savoir plus

  • Tueur à gage et flèche empoisonnée : les mystères de la tuerie de Chevaline

    En savoir plus

  • Rwanda : clôture de l’enquête française sur l’attentat contre Habyarimana

    En savoir plus

  • Les Femen poursuivies pour avoir dégradé les cloches de Notre-Dame de Paris

    En savoir plus

  • Cinquante-trois cadavres découverts par l’armée dans le centre de l’Irak

    En savoir plus

  • Jean-Baptiste de Franssu, ce Français nommé à la tête de la banque du Vatican

    En savoir plus

  • Mondial-2014 : en Allemagne, une victoire jugée "inimaginable”

    En savoir plus

  • Présidentielle indonésienne : les deux candidats revendiquent la victoire

    En savoir plus

  • La Coalition nationale syrienne a élu un nouveau chef

    En savoir plus

Afrique

Les deux otages français désormais aux mains des Shebab

©

Vidéo par Aude SOUFI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 17/07/2009

Les deux otages français enlevés mardi à Mogadiscio par le groupuscule islamiste Hezb al-Islam sont désormais aux mains des Shebab, un mouvement considéré comme un allié d'Al-Qaïda dans ce pays en proie depuis 18 ans à la guerre civile.

REUTERS - Les deux otages français capturés mardi par l'organisation islamiste Hizbul Islam à Mogadiscio sont désormais aux mains du mouvement Al Chabaab, a-t-on appris vendredi auprès d'insurgés somaliens.


"Nous avons remis le second Français à Al Chabaab", a dit à Reuters, sous le sceau de l'anonymat, un chef de milice du groupe rebelle Hizbul Islam.

"Nous nous disputions beaucoup, et nous étions sur le point de nous entretuer", a-t-il ajouté.

Son groupe avait déjà remis jeudi un des otages français à des combattants d'Al Chabaab, afin d'éviter des heurts entre les deux mouvements.

Les deux Français, qui étaient selon Paris en mission officielle dans le domaine de la sécurité auprès du gouvernement somalien, ont été enlevés mardi dans un hôtel de la capitale somalienne et remis à des membres du groupe Hizbul Islam.

Mais Al Chabaab, considéré comme un allié d'Al Qaïda dans ce pays de la corne de l'Afrique en proie depuis 18 ans à la guerre civile, a eigé que les deux hommes lui soient remis.

Bien que des craintes quant au sort des deux Français aient été exprimées, le gouvernement et beaucoup de Somaliens estiment que les islamistes ont pour objectif d'obtenir une rançon.

Par le passé, la plupart des enlèvements de ressortissants étrangers se sont conclus par un versement d'argent en échange de la libération des otages.

"Cet incident est purement lié à des fins monétaires", a dit à Reuters le ministre somalien des Affaires étrangères, Mohammed Abdullahi Omar.

Un haut responsable d'Al Chabaab, contacté par Reuters, a confirmé que son organisation tenait les deux Français mais s'est refusé à dire ce qu'il allait en advenir. "Nos chefs décideront de la suite", a-t-il dit.

Première publication : 17/07/2009

Comments

COMMENTAIRE(S)