Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts, avec Nadine Labaki (partie 1)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

UNE SEMAINE DANS LE MONDE (PARTIE 1)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

UNE SEMAINE DANS LE MONDE (PARTIE 2)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Paris, capitale de l'art contemporain

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts (partie 2)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Calais, ville de toutes les tensions

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

"Kazakhgate" : un nouveau pavé dans la mare de Nicolas Sarkozy ?

En savoir plus

#ActuElles

Le sexe féminin : un enjeu politique ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Relance dans la zone euro : bientôt un accord sur l'investissement ?

En savoir plus

Afrique

Le Premier ministre démissionne et annonce sa candidature

Vidéo par Jonathan WALSH

Texte par Dépêche

Dernière modification : 18/07/2009

Le Parti démocratique gabonais ayant choisi Ali Bongo pour le représenter à la présidentielle, le Premier ministre, Jean Eyeghé Ndong, a été contraint à la démission pour pouvoir se présenter au scrutin en tant que candidat indépendant.

AFP - Jean Eyéghé Ndong, chef du gouvernement gabonais et membre du parti au pouvoir, a annoncé vendredi sa démission de son poste de Premier ministre et sa candidature, en tant qu'indépendant, à l'élection présidentielle du 30 août au Gabon.

"J'ai démissionné de mes fonctions de Premier ministre", a déclaré M. Eyéghé Ndong, 63 ans, qui était en poste depuis janvier 2006, devant des journalistes à son domicile à Libreville.

Selon lui, sa démission a été acceptée par la présidente intérimaire Rose Francines Rogombé.

"Je maintiens ma candidature pour l'élection présidentielle mais, n'ayant pas été retenu par mon parti, je vais devoir être candidat indépendant", a affirmé Jean Eyéghé Ndong, également un des vice-présidents du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir).

A propos d'une démission de cette formation, il a simplement indiqué que le PDG allait "tirer les conséquences" de sa décision, annoncée quelques heures après la candidature d'un autre responsable du PDG et ministre, André Mba Obame.

Il figurait parmi dix candidats à la candidature au sein du PDG, qui a annoncé mercredi avoir sélectionné "par large consensus" Ali Bongo Ondimba, 50 ans, autre vice-président du PDG, fils du défunt président Bongo et ministre de la Défense.

"La procédure arrêtée n'a pas été respectée, le consensus n'a pas eu lieu", a affirmé Jean Eyéghé Ndong, qui était considéré comme un des trois mieux placés pour l'investiture, avec Ali Bongo et Casimir Oyé Mba, ministre des Mines et du Pétrole.

"Je suis de ceux qui pensent qu'on ne peut pas continuer comme ça. Il faut respecter les militants du PDG, la population et l'électorat. Il se pose un problème de respect des statuts" du parti, a-t-il ajouté.

Evoquant ses ambitions, il a fait référence à l'héritage d'Omar Bongo, qui, selon lui, a "beaucoup fait pour le Gabon" et "façonné l'unité nationale".

"Il importe de faire mieux que l'a fait le président Bongo. (...) Nous sommes en paix", a-t-il dit.

Né le 12 février 1946 à Libreville, Jean Eyeghé Ndong est un neveu du père de l'indépendance gabonaise, Léon Mba, qui fut président de 1960 jusqu'à son décès en 1967.

Nommé Premier ministre pour la première fois en janvier 2006, il avait été, depuis, reconduit à ce poste par Omar Bongo, et après le décès de celui-ci, par par la présidente intérimaire.

Jusqu'à sa nomination comme chef de gouvernement, il n'avait connu qu'un modeste parcours ministériel, comme secrétaire d'Etat (1997-1999), puis ministre délégué aux Finances chargé de la privatisation (2002-2006). Détenteur d'un doctorat en étude politique, il a été formé en France et a été député du PDG.

Première publication : 17/07/2009

COMMENTAIRE(S)