Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Manuel Valls: le Premier ministre en opération séduction

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

La French Touch, avec le chef Thierry Marx et le mathématicien Cédric Villani

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Cameroun : la famille d'Albert Ebossé pleure le joueur tué en Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Immigration : 170 corps retrouvés près des côtes libyennes

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Coup d’envoi de la 71ème Mostra de Venise

En savoir plus

SUR LE NET

Après "l'Ice Bucket Challenge", place au "Rice Bucket Challenge"

En savoir plus

FOCUS

Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

En savoir plus

FOCUS

Sénégal : insécurité alimentaire en Casamance

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Otages en Syrie : la rançon ou la mort ?

En savoir plus

  • Cessez-le-feu à Gaza : qui d'Israël ou du Hamas sort vainqueur ?

    En savoir plus

  • Bloquer l'avancée de l'EI, le casse-tête d'Obama

    En savoir plus

  • La déclaration d'amour de Valls aux entreprises françaises

    En savoir plus

  • Macron vs Montebourg : deux styles opposés mais une même politique ?

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : Christine Lagarde mise en examen pour "négligence"

    En savoir plus

  • Ronaldo, Robben, Neuer : qui sera sacré joueur européen de l'année ?

    En savoir plus

  • Zara retire de la vente une marinière flanquée d'une étoile jaune

    En savoir plus

  • France : le chômage atteint un nouveau record en juillet

    En savoir plus

  • Un rapport de l’ONU accuse Damas et l’EI de crimes contre l’humanité

    En savoir plus

  • Ebola : le Liberia sanctionne ses ministres réfugiés à l'étranger

    En savoir plus

  • Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

    En savoir plus

  • Theo Curtis, ex-otage américain en Syrie, est arrivé aux États-Unis

    En savoir plus

  • Syrie : l'unique passage menant au Golan tombe aux mains des rebelles

    En savoir plus

  • Vidéo : Lalish, capitale spirituelle et dernier refuge des Yazidis d'Irak

    En savoir plus

  • En images : les ministres du gouvernement Valls II

    En savoir plus

Asie - pacifique

Nomination du nouveau chef du nucléaire et du premier vice-président

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 17/07/2009

L'ex-ambassadeur d'Iran auprès de l'AIEA, Ali Akbar Salehi (photo), a été désigné chef du programme nucléaire par Mahmoud Ahmadinejad. Le président a par ailleurs nommé un proche, Esfandiar Rahim Mashaie, au poste de premier vice-président.

L'ancien ambassadeur d'Iran auprès de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), Ali Akbar Salehi, a été désigné comme le nouveau chef de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique (OIEA), a déclaré le président Mahmoud Ahmadinejad, cité vendredi par l'agence Irna.

Il succède à Gholamreza Aghazadeh, figure clé du programme nucléaire controversé de l'Iran, qui a démissionné après 12 ans à ce poste.

 

"L'ami du peuple israélien"

D'autre part, un proche du président Mahmoud Ahmadinejad, Esfandiar Rahim Mashaie, très critiqué pour avoir dit que l'Iran était "l'ami du peuple israélien", a été nomme premier vice-président, selon M. Ahmadinejad, cité vendredi par l'agence officielle Irna.

Esfandiar Rahim Mashaie, qui était vice-président chargé du tourisme, remplace Parviz Davoudi à ce poste.

La fille de M. Mashaie est mariée au fils du président Ahmadinejad.

 

Apprécié des Occidentaux pour ses positions modérées
 
Ali Akbar Salehi a été ambassadeur d'Iran auprès de l'AIEA pendant plusieurs années sous la présidence du réformateur Mohammad Khatami.

Ambassadeur d'Iran auprès de l'AIEA pendant quatre ans, avant de quitter ce poste en janvier 2004, ce physicien nucléaire ayant fait ses études au "Massachusetts Institute of Technology", aux Etats-Unis, était apprécié des Occidentaux pour ses positions modérées.

Il avait paraphé en décembre 2003 au nom de l'Iran le protocole additionnel par lequel l'Iran acceptait un contrôle renforcé de ses activités nucléaires.

A l'époque, le gouvernement du président Khatami avait accepté d'appliquer le protocole additionnel, permettant des inspections surprises de ses sites par les experts de l'AIEA, avant même la ratification du texte par le Parlement.

En février 2006, le président Ahmadinejad a ordonné la fin de l'application du protocole additionnel.

L'Iran se soumettait jusque-là volontairement au régime de contrôle renforcé dans le cadre du protocole additionnel au Traité de non-prolifération (TNP).

Cette décision était intervenue après que l'exécutif de l'AIEA eut adopté une résolution pour informer le Conseil de sécurité du dossier iranien.
 

Première publication : 17/07/2009

COMMENTAIRE(S)