Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Birmanie : la transition démocratique piétine

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les people et le conflit israélo-palestinien

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Matshidiso Moeti, ancienne Directrice régionale adjointe de l'OMS pour l'Afrique

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

L'Argentine poussée vers le défaut de paiement

En savoir plus

SUR LE NET

Chine : de faux profils Twitter démasqués

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les cachotteries de Poutine et Merkel"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Les défis diplomatiques de John Kerry

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Gaza : l'espoir de trêve évanoui ?

En savoir plus

DÉBAT

Virus Ebola en Afrique de l'Ouest : comment vaincre cette épidémie sans précédent ?

En savoir plus

  • Ils ont fait plier l'Argentine : qui sont ces fonds "vautours" ?

    En savoir plus

  • Ebola : état d'urgence au Sierra Leone, l'inquiétude grandit dans le monde

    En savoir plus

  • Un rassemblement pro-israélien organisé ce jeudi à Paris

    En savoir plus

  • Avec "Lucy", Luc Besson domine le box-office américain

    En savoir plus

  • MH17 : les enquêteurs de l'OSCE accèdent au site du crash

    En savoir plus

  • Vidéo : reportage au cœur des tunnels creusés par le Hamas à Gaza

    En savoir plus

  • La clôture frontalière, nouvelle pomme de discorde entre le Maroc et l’Algérie

    En savoir plus

  • Moscou condamné à verser 1,86 milliard d'euros aux ex-actionnaires de Ioukos

    En savoir plus

  • Karim Wade, le fils de l'ex-président, jugé à Dakar pour "enrichissement illicite"

    En savoir plus

  • Mort de Paul Jean-Ortiz, conseiller diplomatique de François Hollande

    En savoir plus

  • BNP Paribas subit une perte record après l'amende américaine

    En savoir plus

  • Glissement de terrain meurtrier dans l'ouest de l'Inde

    En savoir plus

  • "Accuser la Serbie du déclenchement de la guerre est absurde"

    En savoir plus

  • Les deux derniers plus hauts responsables khmers rouges jugés pour génocide

    En savoir plus

  • Otages : la France, premier banquier des djihadistes d’Al-Qaïda

    En savoir plus

  • Moscou répond aux sanctions en menaçant l’UE et les États-Unis

    En savoir plus

Asie - pacifique

Nomination du nouveau chef du nucléaire et du premier vice-président

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 17/07/2009

L'ex-ambassadeur d'Iran auprès de l'AIEA, Ali Akbar Salehi (photo), a été désigné chef du programme nucléaire par Mahmoud Ahmadinejad. Le président a par ailleurs nommé un proche, Esfandiar Rahim Mashaie, au poste de premier vice-président.

L'ancien ambassadeur d'Iran auprès de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), Ali Akbar Salehi, a été désigné comme le nouveau chef de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique (OIEA), a déclaré le président Mahmoud Ahmadinejad, cité vendredi par l'agence Irna.

Il succède à Gholamreza Aghazadeh, figure clé du programme nucléaire controversé de l'Iran, qui a démissionné après 12 ans à ce poste.

 

"L'ami du peuple israélien"

D'autre part, un proche du président Mahmoud Ahmadinejad, Esfandiar Rahim Mashaie, très critiqué pour avoir dit que l'Iran était "l'ami du peuple israélien", a été nomme premier vice-président, selon M. Ahmadinejad, cité vendredi par l'agence officielle Irna.

Esfandiar Rahim Mashaie, qui était vice-président chargé du tourisme, remplace Parviz Davoudi à ce poste.

La fille de M. Mashaie est mariée au fils du président Ahmadinejad.

 

Apprécié des Occidentaux pour ses positions modérées
 
Ali Akbar Salehi a été ambassadeur d'Iran auprès de l'AIEA pendant plusieurs années sous la présidence du réformateur Mohammad Khatami.

Ambassadeur d'Iran auprès de l'AIEA pendant quatre ans, avant de quitter ce poste en janvier 2004, ce physicien nucléaire ayant fait ses études au "Massachusetts Institute of Technology", aux Etats-Unis, était apprécié des Occidentaux pour ses positions modérées.

Il avait paraphé en décembre 2003 au nom de l'Iran le protocole additionnel par lequel l'Iran acceptait un contrôle renforcé de ses activités nucléaires.

A l'époque, le gouvernement du président Khatami avait accepté d'appliquer le protocole additionnel, permettant des inspections surprises de ses sites par les experts de l'AIEA, avant même la ratification du texte par le Parlement.

En février 2006, le président Ahmadinejad a ordonné la fin de l'application du protocole additionnel.

L'Iran se soumettait jusque-là volontairement au régime de contrôle renforcé dans le cadre du protocole additionnel au Traité de non-prolifération (TNP).

Cette décision était intervenue après que l'exécutif de l'AIEA eut adopté une résolution pour informer le Conseil de sécurité du dossier iranien.
 

Première publication : 17/07/2009

COMMENTAIRE(S)