Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

UMP et PS sous tension

En savoir plus

TECH 24

Giroptic : la start-up lilloise star de Kickstarter déjà GoPro killer ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Conférence sociale : le gouvernement mise sur l'apprentissage

En savoir plus

  • Les Brésiliens, supporters malgré eux, de leurs bourreaux allemands

    En savoir plus

  • Netanyahou déterminé à "frapper les terroristes" à Gaza

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : la présence de soldats algériens fait polémique à Alger

    En savoir plus

  • "Fais tes prières, je vais te tuer" : Amnesty dénonce la torture dans l'est ukrainien

    En savoir plus

  • Gaza : seule une solution politique peut garantir la sécurité d’Israël

    En savoir plus

  • Cynk, l’entreprise fantôme qui valait quatre milliards

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

  • Vidéo : le sélectionneur du Niger Gernot Rohr livre sa vision du Mondial

    En savoir plus

  • Tuerie de Bruxelles : Nemmouche accepte d'être extradé vers la Belgique

    En savoir plus

  • Les forces kurdes revendiquent la prise de deux champs pétroliers

    En savoir plus

  • Le FC Barcelone casse sa tirelire pour s’offrir le controversé Luis Suarez

    En savoir plus

  • À Kaboul, Kerry plaide pour un audit des résultats de la présidentielle

    En savoir plus

  • Vidéo : à Gaza, entre pénuries et guerre psychologique

    En savoir plus

  • La fillette américaine, "guérie" du sida, est toujours séropositive

    En savoir plus

  • En images : une station service israélienne touchée par une roquette

    En savoir plus

Asie - pacifique

Nomination du nouveau chef du nucléaire et du premier vice-président

©

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 17/07/2009

L'ex-ambassadeur d'Iran auprès de l'AIEA, Ali Akbar Salehi (photo), a été désigné chef du programme nucléaire par Mahmoud Ahmadinejad. Le président a par ailleurs nommé un proche, Esfandiar Rahim Mashaie, au poste de premier vice-président.

L'ancien ambassadeur d'Iran auprès de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), Ali Akbar Salehi, a été désigné comme le nouveau chef de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique (OIEA), a déclaré le président Mahmoud Ahmadinejad, cité vendredi par l'agence Irna.

Il succède à Gholamreza Aghazadeh, figure clé du programme nucléaire controversé de l'Iran, qui a démissionné après 12 ans à ce poste.

 

"L'ami du peuple israélien"

D'autre part, un proche du président Mahmoud Ahmadinejad, Esfandiar Rahim Mashaie, très critiqué pour avoir dit que l'Iran était "l'ami du peuple israélien", a été nomme premier vice-président, selon M. Ahmadinejad, cité vendredi par l'agence officielle Irna.

Esfandiar Rahim Mashaie, qui était vice-président chargé du tourisme, remplace Parviz Davoudi à ce poste.

La fille de M. Mashaie est mariée au fils du président Ahmadinejad.

 

Apprécié des Occidentaux pour ses positions modérées
 
Ali Akbar Salehi a été ambassadeur d'Iran auprès de l'AIEA pendant plusieurs années sous la présidence du réformateur Mohammad Khatami.

Ambassadeur d'Iran auprès de l'AIEA pendant quatre ans, avant de quitter ce poste en janvier 2004, ce physicien nucléaire ayant fait ses études au "Massachusetts Institute of Technology", aux Etats-Unis, était apprécié des Occidentaux pour ses positions modérées.

Il avait paraphé en décembre 2003 au nom de l'Iran le protocole additionnel par lequel l'Iran acceptait un contrôle renforcé de ses activités nucléaires.

A l'époque, le gouvernement du président Khatami avait accepté d'appliquer le protocole additionnel, permettant des inspections surprises de ses sites par les experts de l'AIEA, avant même la ratification du texte par le Parlement.

En février 2006, le président Ahmadinejad a ordonné la fin de l'application du protocole additionnel.

L'Iran se soumettait jusque-là volontairement au régime de contrôle renforcé dans le cadre du protocole additionnel au Traité de non-prolifération (TNP).

Cette décision était intervenue après que l'exécutif de l'AIEA eut adopté une résolution pour informer le Conseil de sécurité du dossier iranien.
 

Première publication : 17/07/2009

Comments

COMMENTAIRE(S)