Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Rentrée des classes en France : le système éducatif français est-il mauvais élève ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Un accord pour rétablir le Parlement du Lesotho

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Affaire Kayumba : quatre accusés reconnus coupables de tentative de meurtre

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Abbas Araghchi, vice-ministre iranien des Affaires étrangères

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Sarkozy le retour?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Le meilleur des Observateurs cette année !

En savoir plus

FOCUS

L'État islamique déclare la guerre de l'eau en Irak

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Peine perdue" d'Olivier Adam, la trentaine à la dérive

En savoir plus

REPORTERS

Pakistan : Imran Khan, des terrains de cricket à la politique

En savoir plus

  • Steven Sotloff, un passionné du monde arabe tombé entre les griffes de l'EI

    En savoir plus

  • Vidéo : un convoi de l'armée ukrainienne détruit dans l'est de l'Ukraine

    En savoir plus

  • Europe : Moscovici, un sous-commissaire pour la France ?

    En savoir plus

  • Pôle emploi : Rebsamen se défend de vouloir "stigmatiser" les chômeurs

    En savoir plus

  • L'EI revendique dans une vidéo la décapitation d'un second journaliste américain

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Falcao fait ses valises, à quoi joue Monaco?

    En savoir plus

  • Les photos volées de Jennifer Lawrence sont aussi gênantes pour Apple

    En savoir plus

  • Nord-Mali : quatre casques bleus tués par l'explosion d'une mine près de Kidal

    En savoir plus

  • En images : Falcao, James, Di Maria, Suarez... les plus gros transferts de l’été

    En savoir plus

  • "Peine perdue" d'Olivier Adam, la trentaine à la dérive

    En savoir plus

  • Un député tunisien échappe à une tentative d'assassinat

    En savoir plus

  • Le président du Yémen annonce un "gouvernement d'union nationale"

    En savoir plus

  • L'Otan menace de déployer une force de réaction rapide en Europe de l'Est

    En savoir plus

  • VTC : la justice interdit à Uber d'exercer en Allemagne

    En savoir plus

  • L’armée irakienne poursuit son offensive, l’EI recule

    En savoir plus

  • À Saint-Nazaire, les Mistral voguent vers leur destin russe

    En savoir plus

Asie - pacifique

Nomination du nouveau chef du nucléaire et du premier vice-président

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 17/07/2009

L'ex-ambassadeur d'Iran auprès de l'AIEA, Ali Akbar Salehi (photo), a été désigné chef du programme nucléaire par Mahmoud Ahmadinejad. Le président a par ailleurs nommé un proche, Esfandiar Rahim Mashaie, au poste de premier vice-président.

L'ancien ambassadeur d'Iran auprès de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), Ali Akbar Salehi, a été désigné comme le nouveau chef de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique (OIEA), a déclaré le président Mahmoud Ahmadinejad, cité vendredi par l'agence Irna.

Il succède à Gholamreza Aghazadeh, figure clé du programme nucléaire controversé de l'Iran, qui a démissionné après 12 ans à ce poste.

 

"L'ami du peuple israélien"

D'autre part, un proche du président Mahmoud Ahmadinejad, Esfandiar Rahim Mashaie, très critiqué pour avoir dit que l'Iran était "l'ami du peuple israélien", a été nomme premier vice-président, selon M. Ahmadinejad, cité vendredi par l'agence officielle Irna.

Esfandiar Rahim Mashaie, qui était vice-président chargé du tourisme, remplace Parviz Davoudi à ce poste.

La fille de M. Mashaie est mariée au fils du président Ahmadinejad.

 

Apprécié des Occidentaux pour ses positions modérées
 
Ali Akbar Salehi a été ambassadeur d'Iran auprès de l'AIEA pendant plusieurs années sous la présidence du réformateur Mohammad Khatami.

Ambassadeur d'Iran auprès de l'AIEA pendant quatre ans, avant de quitter ce poste en janvier 2004, ce physicien nucléaire ayant fait ses études au "Massachusetts Institute of Technology", aux Etats-Unis, était apprécié des Occidentaux pour ses positions modérées.

Il avait paraphé en décembre 2003 au nom de l'Iran le protocole additionnel par lequel l'Iran acceptait un contrôle renforcé de ses activités nucléaires.

A l'époque, le gouvernement du président Khatami avait accepté d'appliquer le protocole additionnel, permettant des inspections surprises de ses sites par les experts de l'AIEA, avant même la ratification du texte par le Parlement.

En février 2006, le président Ahmadinejad a ordonné la fin de l'application du protocole additionnel.

L'Iran se soumettait jusque-là volontairement au régime de contrôle renforcé dans le cadre du protocole additionnel au Traité de non-prolifération (TNP).

Cette décision était intervenue après que l'exécutif de l'AIEA eut adopté une résolution pour informer le Conseil de sécurité du dossier iranien.
 

Première publication : 17/07/2009

COMMENTAIRE(S)