Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

James Foley : "sur la piste de l'égorgeur"

En savoir plus

DÉBAT

Irak : comment lutter contre l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Dette argentine : la réplique de la justice américaine

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile boycotte la vidéo de l'exécution de James Foley

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Nos étoiles contraires", sortez vos mouchoirs !

En savoir plus

FOCUS

La bataille du salaire minimum aux États-Unis

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Barbarie"

En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Vol MH17 : les victimes malaisiennes rapatriées à Kuala Lumpur

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

  • Sans surprise, Erdogan choisit Davutoglu au poste de Premier ministre turc

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Brandao suspendu provisoirement après son coup de tête

    En savoir plus

  • Riposte contre l’EI en Irak : "On assiste à un jeu très cynique"

    En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • La Tunisie et l'Égypte ferment leurs frontières aériennes avec la Libye

    En savoir plus

  • À Bangui, plusieurs centaines de manifestants réclament le départ des soldats français

    En savoir plus

  • Yémen : ultimatum de la rébellion chiite qui exige la démission du gouvernement

    En savoir plus

  • Gaza : trois commandants du Hamas tués dans un raid israélien

    En savoir plus

  • Présidentielle au Brésil : la candidature de Marina Silva menace Dilma Rousseff

    En savoir plus

  • Syrie - Irak : le pape François tantôt pacifiste, tantôt interventionniste

    En savoir plus

Asie - pacifique

En Inde, Clinton apelle le monde à se débarasser de l'extrémisme

Texte par Dépêche

Dernière modification : 18/07/2009

La secrétaire d'État américaine est en Inde pour lancer "une nouvelle ère de coopération". A Bombay, elle a rendu hommage aux victimes des attentats de novembre dernier, et appelé le monde à terrasser le terrorisme.

AFP - La secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton, en visite samedi à Bombay, a appelé le monde à terrasser le terrorisme et rendu hommage aux victimes des attentats islamistes de novembre contre la capitale économique indienne.

Mme Clinton est depuis vendredi en Inde pour renforcer le partenariat avec la dixième puissance économique mondiale devenue un acteur majeur sur les questions du nucléaire, de la libéralisation du commerce ou du changement climatique.

La chef de la diplomatie américaine était à l'hôtel Taj Mahal Palace and Tower de Bombay, où 31 personnes avaient péri lors des attaques, du 26 au 29 novembre, d'un commando islamiste pakistanais contre des hôtels, un restaurant, la gare et un centre juif de la mégapole (174 tués).

Elle a fait le lien entre ces attentats, ceux du 11-Septembre et ceux de vendredi à Jakarta, des "événements (qui) ont marqué au fer rouge notre conscience collective".

"Les bombes d'hier à Jakarta viennent douloureusement nous rappeler que la menace d'un extrémisme aussi violent reste bien réelle. C'est mondial, impitoyable, nihiliste et on doit le stopper", a martelé Mme Clinton.

"Débarrassons le monde de la haine et de l'extrémisme", a-t-elle lancé.

Elle s'est engagée à ce que "les Etats-Unis travaillent avec les gouvernements indien, indonésien et d'autres nations pour la paix, la sécurité et pour vaincre ces extrémistes".

Le terrorisme en Asie du Sud est au menu des entretiens qu'aura Mme Clinton, lundi à New Delhi, avec le Premier ministre Manmohan Singh et le ministre des Affaires étrangères S.M. Krishna.

L'Inde impute les attentats de Bombay au groupe islamiste pakistanais Lashkar-e-Taïba, avec la complicité des services de renseignements militaires d'Islamabad. Ces attaques ont provoqué le gel du laborieux processus de paix amorcé en janvier 2004 entre les puissances nucléaires rivales.

Le Pakistan a admis que le complot de Bombay avait été "en partie" ourdi sur son sol.

Lors d'une rencontre jeudi en Egypte, l'Indien Singh et son homologue pakistanais Yousuf Raza Gilani se sont engagés à lutter contre le terrorisme, mais New Delhi a prévenu que le dialogue de paix ne reprendrait que si son voisin éradique les cellules "terroristes" islamistes opérant sur son territoire.

A cet égard, Mme Clinton a nié que le gouvernement de Barack Obama fasse pression sur l'Inde pour faire la paix avec le Pakistan, conformément à la nouvelle diplomatie américaine cherchant un règlement global des crises dans la région (tensions Inde/Pakistan, Cachemire, guerre en Afghanistan, insurrection et terrorisme islamistes au Pakistan).

"Les Etats-Unis soutiennent les mesures prises par les gouvernements, mais nous ne sommes impliqués ou ne favorisons en aucune manière une position particulière", a-t-elle assuré.

Au même moment, un chef séparatiste du Cachemire exhortait Washington à régler le conflit dans ce territoire himalayen divisé entre l'Inde et le Pakistan, une médiation dont New Delhi ne veut pas entendre parler.

Avec l'Inde, Mme Clinton table aussi sur une coopération élargie sur les problématiques internationales: réchauffement climatique, prolifération nucléaire ou libéralisation du commerce mondial, notamment après des frictions indo-américaines en 2008 à propos du cycle de Doha de l'Organisation mondiale du commerce (OMC).

Selon son entourage, Mme Clinton espère annoncer les deux sites choisis par l'Inde pour des centrales nucléaires américaines. Les deux pays ont signé en octobre un accord de coopération dans le nucléaire civil, consacrant leur rapprochement historique après les tensions de la Guerre froide et lors des essais atomiques indiens de 1974 et 1998.
 

Première publication : 18/07/2009

COMMENTAIRE(S)