Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Ukraine - l'UE contre la Russie : les "mistral" plus forts que les sanctions ?

En savoir plus

L’EUROPE DANS TOUS SES ÉTATS

Best of (Partie 2)

En savoir plus

L’EUROPE DANS TOUS SES ÉTATS

Best of (Partie 1)

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le Festival de Carthage souffle ses 50 bougies !

En savoir plus

FOCUS

Angela Merkel au sommet de son pouvoir?

En savoir plus

MODE

Les collections de l'été 2015 déjà au salon Who's Next à Paris

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Xavier Bettel, Premier ministre luxembourgeois

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Alexander Stubb, Premier ministre finlandais

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Françoise Degois, auteur de "Quelle histoire!"

En savoir plus

  • Gaza : "Nous devons aller jusqu'au bout de la mission", prévient Israël

    En savoir plus

  • Des compagnies américaines et européennes annulent leurs vols vers Israël

    En savoir plus

  • Tour de France : l'Australien Mick Rogers vainqueur dans les Pyrénées, Pinot sur le podium

    En savoir plus

  • Vol MH17 : les boîtes noires vont être analysées au Royaume-Uni

    En savoir plus

  • Les négociations de paix en Centrafrique tournent court à Brazzaville

    En savoir plus

  • Londres relance l'enquête sur la mort de l'ex-espion russe Litvinenko

    En savoir plus

  • Les télévisions libanaises unissent leur voix pour soutenir Gaza

    En savoir plus

  • Gaza : l'armée israélienne annonce la disparition d'un de ses soldats

    En savoir plus

  • Le FBI accusé de transformer des citoyens musulmans en terroristes

    En savoir plus

  • Paris confirme la livraison du premier Mistral à Moscou, le second en suspens

    En savoir plus

  • Présidentielle indonésienne : victoire du réformateur Joko Widodo

    En savoir plus

  • Transferts : le Colombien James Rodriguez quitte Monaco pour le Real Madrid

    En savoir plus

  • Dunga sélectionneur : le manque d’imagination du football brésilien

    En savoir plus

  • À Sarcelles, des dignitaires juifs et musulmans ont prié pour la paix

    En savoir plus

  • Transferts : Patrice Evra quitte Manchester United pour la Juventus Turin

    En savoir plus

  • Gaza : au Caire, Ban Ki-moon et Kerry veulent arracher un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Les milices libyennes s’affrontent pour le contrôle de l’aéroport de Tripoli

    En savoir plus

Amériques

Le président Rafael Correa réfute tout lien avec les Farc

Vidéo par Jonathan WALSH

Texte par Dépêche

Dernière modification : 19/07/2009

Après la diffusion d'une vidéo où les Farc déclarent avoir financé la campagne présidentielle de Rafael Correa en 2006, ce dernier réaffirme ne connaître personne appartenant à la guérilla colombienne.

AFP - Le président équatorien Rafael Correa a déclaré samedi qu'il n'avait pas de liens avec les Farc, après la diffusion en Colombie d'une vidéo où le chef militaire de cette guérilla affirmerait avoir financé sa campagne en 2006, déclenchant une nouvelle polémique colombo-équatorienne.

"Personnellement, je ne connais personne appartenant aux Farc", a déclaré Rafael Correa lors de son émission radiotélévisée hebdomadaire, avant d'estimer que les accusations émises depuis Bogota à son encontre étaient des "énormités".

"C'est le terroriste qui vous parle, le narcotrafiquant", avait-il ironisé auparavant en ajoutant aussi que l'affaire relevait d'une "offensive de la droite contre les gouvernements progressistes" de la région.

Le chef de l'Etat équatorien a en outre précisé qu'il demanderait une enquête sur l'existence ou non de financement de sa campagne présidentielle par la guérilla en 2006.

Vendredi, plusieurs médias colombiens ont diffusé des extraits d'un enregistrement vidéo où l'on aperçoit le chef militaire des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc, marxistes) Jorge Briceno, déclarer devant d'autres guérilleros que les secrets des Farc avaient été mis à jour et notamment un "financement en dollars" de la campagne de Rafael Correa.

Selon le parquet colombien, cet enregistrement "authentique" a été saisi le 29 mai lors d'une perquisition chez une combattante des Farc.

Le procureur général colombien Mario Iguaran, a affirmé vendredi soir que ce document pouvait justifier des poursuites contre le chef de l'Etat équatorien devant des tribunaux internationaux.

Les relations entre Quito et Bogota sont rompues depuis le 3 mars 2008, deux jours après le bombardement par l'armée colombienne d'un camp des Farc en territoire équatorien.

Le bombardement avait entraîné une crise diplomatique impliquant aussi le Venezuela, allié de l'Equateur.

Vingt-cinq personnes, dont le numéro deux des Farc Raul Reyes, avaient péri dans l'attaque.

En dépit de quelques tentatives colombiennes, au début de l'année de se rapprocher de son voisin, les relations se sont à nouveau tendues depuis plusieurs mois.

En mars, un an après l'attaque, le ministre de la Défense et possible candidat présidentiel en 2010 Juan-Manuel Santos avait notamment déclaré que cette attaque avait été "légitime", déclenchant des protestations de l'Equateur et du Venezuela.

Le 29 mai, un juge équatorien avait à la demande du parquet émis un mandat d'arrêt contre M. Santos, considérant qu'il devait être poursuivi pour avoir ordonné l'attaque. Bien qu'Interpol n'ait pas validé ce mandat, estimant que l'affaire était "politique" et ne relevait pas de sa compétence, la mesure a déclenché une nouvelle série d'accusations mutuelles entre les deux pays.

C'est dans ce contexte qu'intervient la diffusion de l'enregistrement vidéo.

Pour accepter de rétablir ses liens avec la Colombie, le gouvernement équatorien exige que Bogota cesse de l'accuser publiquement de liens avec les Farc, lui remette toutes les informations en sa possession sur l'attaque du 1er mars 2008 et l'indemnise pour les dommages entraînés par le bombardement.

A Bogota, les réactions étaient partagées samedi matin.

Carlos Lozano, porte-parole du Pôle démocratique alternatif (opposition de gauche), a ainsi évoqué "une pointe de soupçon", sur l'enregistrement, tandis que la sénatrice de la majorité présidentielle Nancy Patricia Gutierrez, estimait que ces relations "étaient connues et sont désormais confirmées, ce qui devrait amener le gouvernement à réagir rapidement par la voie diplomatique".

Sollicité par l'AFP, le ministère colombien des Affaires étrangères, n'a souhaité faire "aucun commentaire".
 

Première publication : 19/07/2009

COMMENTAIRE(S)