Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La Caravane, l'autre Tour de France

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, PDG de Prudential

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

  • En direct : "Aucune hypothèse écartée pour le crash de l'avion d'Air Algérie" déclare Hollande

    En savoir plus

  • Crash du vol AH5017 : "Il est exclu de retrouver des survivants"

    En savoir plus

  • Cisjordanie : un Palestinien tué par l'armée israélienne

    En savoir plus

  • BNP Paribas écope de 60 millions d'euros d'amende aux États-Unis

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

  • Tour de France : ces forçats qui ont forgé la réputation du Tourmalet

    En savoir plus

Asie - pacifique

Washington espère amener l'Inde à un accord

Texte par Dépêche

Dernière modification : 20/07/2009

À New Delhi, Hillary Clinton (photo) a affirmé sa confiance dans la signature d'un prochain accord sur une réduction des émissions de gaz carboniques indiens. Jusqu'à présent, l'Inde a toujours refusé de s'engager dans une telle démarche.

AFP - La secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton, en visite en Inde, s'est dite dimanche très optimiste pour trouver un accord avec New Delhi sur la lutte contre le réchauffement climatique, une question qui divise les pays industrialisés et les puissances émergentes.

"Je suis très confiante: l'Inde et les Etats-Unis pourront mettre sur pied un projet qui modifiera spectaculairement la manière dont nous produisons, consommons et préservons l'énergie", a déclaré Mme Clinton lors d'une conférence de presse à New Delhi.

Washington compte sur un accord international à la conférence de l'ONU sur le réchauffement climatique en décembre à Copenhague, mais l'Inde, comme la Chine, refuse de s'engager sur des réductions chiffrées d'émissions de carbone.

"Le défi consiste à se doter d'un accord-cadre mondial qui reconnaisse les besoins et les responsabilités des pays développés et de ceux en développement", a insisté Mme Clinton.

"Nous ne rédigerons pas l'architecture d'un accord aujourd'hui", a reconnu la chef de la diplomatie américaine, tout en se félicitant d'entretiens "très fructueux" avec le ministre indien de l'Environnement Jairam Ramesh. Mme Clinton est accompagnée de son émissaire spécial pour le changement climatique, Todd Stern.

Il y a dix jours, le G8 s'est engagé à réduire les émissions mondiales de gaz à effet de serre de 50% en 2050 et celles des pays industrialisés de 80% par rapport à 1990 ou "une année plus récente", mais il n'a pris aucun engagement intermédiaire comme le réclamaient les pays émergents. Ces derniers ont reconnu, comme le G8, la nécessité de limiter le réchauffement mondial à 2°C.

L'Inde, troisième pollueur de la planète, redoute que la lutte contre le réchauffement n'entrave sa forte croissance économique et elle rejette sur les pays riches la "responsabilité historique" du changement climatique.

"Les Etats-Unis ne font et ne feront rien qui puisse juguler le développement économique de l'Inde", a assuré la secrétaire d'Etat.

A Bombay samedi, elle avait rappelé que le président Barack Obama commençait à agir sur le climat, au contraire de George W. Bush, qui avait fait "commettre des erreurs" aux Etats-Unis. "Nous espérons qu'un pays comme l'Inde en plein développement ne fera pas les mêmes erreurs", a-t-elle prévenu.

Mme Clinton est en Inde jusqu'à mardi.

Son voyage vise à renforcer le partenariat avec la dixième puissance économique mondiale, devenue un acteur majeur sur les questions de prolifération nucléaire, changement climatique ou libéralisation du commerce, notamment après des frictions indo-américaines en 2008 sur le cycle de Doha de l'Organisation mondiale du commerce.

Lundi, Mme Clinton discutera avec le Premier ministre indien Manmohan Singh et son homologue S.M. Krishna, de terrorisme, de l'Afghanistan et du Pakistan, des dossiers qui inquiètent au plus haut point New Delhi.

A cet égard, l'Américaine a salué "l'engagement" du Pakistan --allié des Etats-Unis-- à combattre le terrorisme, tout en prévenant que les auteurs des attentats de Bombay en novembre devaient être jugés et punis.

Ces attaques, imputées par l'Inde à des islamistes pakistanais, ont provoqué le gel du processus de paix amorcé en 2004 entre les deux puissances atomiques.

En matière de nucléaire civil, on pourrait connaître lundi deux sites choisis par l'Inde pour des centrales américaines. Les deux pays ont signé en octobre un accord dans le nucléaire civil, consacrant leur rapprochement historique après les tensions de la Guerre froide et lors des essais atomiques indiens de 1974 et 1998.

Première publication : 19/07/2009

COMMENTAIRE(S)