Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Assistants parlementaires au FN : Marine Le Pen snobe la police

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Cameroun : Des milliers de déplacés, fuyant Boko Haram, menacés par la famine

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Lutte contre le groupe État islamique : où en sont les offensives contre les djihadistes ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

France – Présidentielle 2017 : alliances, retraits et tentatives d’union de la semaine

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des arts de Virginie Lemoine

En savoir plus

#ActuElles

L'humour a-t-il un sexe ?

En savoir plus

TECH 24

"Bring back our Internet" : le hashtag de ralliement des Camerounais

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Grèce : une crise sans fin ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

France insoumise : le coût du programme de Jean-Luc Mélenchon

En savoir plus

Amériques

L'armée américaine augmente ses effectifs de 22 000 hommes

Vidéo par Cédric MOLLE-LAURENÇON

Texte par Dépêche

Dernière modification : 21/07/2009

Le secrétaire américain à la Défense, Robert Gates, a annoncé l'intégration "à titre temporaire" de 22 000 hommes supplémentaires dans les rangs de l'armée. Objectif : faire face à l'effort de guerre en Irak et en Afghanistan.

AFP - L'armée de terre américaine (US Army) va augmenter à titre temporaire ses effectifs de 22.000 hommes pour faire face à l'effort de guerre en Irak et en Afghanistan et soulager les soldats dans les zones de combats, a annoncé lundi le secrétaire à la Défense Robert Gates.
   
"Sur recommandation du secrétaire à l'armée de Terre Pete Geren et du chef d'état-major de l'armée de Terre, le général George Casey, et avec le ferme soutien du président (Barack Obama), j'annonce aujourd'hui la décision d'augmenter à titre temporaire" le nombre des troupes de "22.000" hommes, a indiqué M. Gates à des journalistes.
   
Le chef du Pentagone a indiqué qu'avec ces soldats supplémentaires, l'armée de Terre américaine passerait à 569.000 hommes.
   
Cette augmentation est la deuxième depuis 2007, qui avait alors été décidée peu de temps après l'entrée en fonctions de M. Gates au sein de l'administration Bush.
   
"Beaucoup de choses ont changé au cours des deux dernières années, nous obligeant à veiller à ce que (nos troupes) soient suffisamment importantes pour répondre aux besoins des opérations en cours", a-t-il dit, évoquant la poursuite des guerres en Irak, en Afghanistan, ainsi que la situation au Pakistan.
   
Cette décision intervient alors que le président Obama a fait de l'Afghanistan une de ses grandes priorités internationales et a décidé de plus que doubler le contingent américain sur place pour le faire passer d'ici fin 2009 à 68.000.
   
M. Gates a précisé que ce nouvel effort était surtout nécessaire pour l'année en cours et que les besoins s'atténueraient dans les trois ans à venir.
   
Il a précisé que la mesure ne signifiait pas nécessairement que les Etats-Unis enverraient davantage de troupes en Afghanistan, comme semble enclin à le demander le nouveau commandant des forces américaines en Afghanistan, le général Stanley McChrystal, qui doit rendre compte de son appréciation de la situation le mois prochain au Pentagone.
   
M. Gates a indiqué qu'il était "convaincu qu'il s'agissait d'une mesure importante et nécessaire" pour "soutenir les besoins" des forces dans les zones de combat, tout en permettant de soulager les militaires sur le terrain et leurs familles.
   
Un des objectifs visés par l'augmentation des troupes est en effet d'éviter que les soldats ne restent plus longtemps qu'initialement prévu en mission, une pratique répandue dans l'armée américaine, en autorisant davantage de rotations, a expliqué M. Gates.
   
Le chef d'état-major interarmées américain, l'amiral Mike Mullen, a de son côté indiqué que cela permettrait de faire diminuer la pression pesant sur les soldats américains dans les zones de combats.
   
Les suicides dans l'armée américaine, qui avaient atteint un chiffre record en 2008, continuent d'augmenter avec 88 cas signalés au cours des six premiers mois de l'année, contre 67 sur la même période l'an passé, selon des chiffres publiés début juillet.
  

Première publication : 20/07/2009

COMMENTAIRE(S)