Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Transition floue au Burkina Faso

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Burkina Faso: Compaoré victime de son entêtement

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Drame de Sivens : retour sur l'affaire Rémi Fraisse

En savoir plus

TECH 24

La high tech peut-elle venir à bout du virus Ebola ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Les tests de résistance des banques sont-ils fiables ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'amendement "dividendes" qui fâche les PME

En savoir plus

#ActuElles

Au Pakistan, des femmes se mettent aux "métiers d’hommes"

En savoir plus

REPORTERS

États-Unis – Mexique : la frontière de tous les dangers

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des Arts du couturier Elie Saab

En savoir plus

Asie - pacifique

Le seul survivant du commando islamiste plaide coupable

Vidéo par Pierrick LEURENT

Texte par Dépêche

Dernière modification : 20/07/2009

Seul survivant du groupe islamiste qui a attaqué des hôtels de Bombay en novembre 2008, le Pakistanais Mohammad Ajmal Amir Iman, alias "Kasab", a pour la première fois reconnu sa responsabilité dans l'attaque devant la justice indienne.

AFP - Le seul survivant du commando islamiste pakistanais qui avait attaqué Bombay en novembre 2008 a plaidé coupable lors de son procès dans la capitale économique indienne, reconnaissant pour la première fois sa responsabilité dans les attentats, a rapporté lundi la télévision.
  
La chaîne indienne d'informations NDTV a indiqué que Mohammad Ajmal Amir Iman, alias "Kasab", s'est levé dans le box d'un tribunal spécial de Bombay en déclarant vouloir passer aux aveux, avant de commencer à raconter comment s'étaient déroulées les attaques du 26 au 29 novembre 2008 (174 tués, dont neuf des dix assaillants).
  
Ce Pakistanais de 21 ans est jugé depuis la mi-avril, mais début mai il avait plaidé non coupable et rejeté les 86 chefs d'accusation le visant, dont celui d'"actes de guerre" contre l'Inde.

Première publication : 20/07/2009

COMMENTAIRE(S)