Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

À Gaza, Israël et le Hamas revendiquent la victoire

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"J'aime l'entreprise"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

La fin du calvaire pour Peter Theo Curtis

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Coup d’envoi de la 71e Mostra de Venise

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls : le Premier ministre en opération séduction

En savoir plus

DÉBAT

Cessez-le-feu à Gaza : un espoir pour la paix ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Et si la gauche assouplissait les 35 heures ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

La French Touch, avec le chef Thierry Marx et le mathématicien Cédric Villani

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Cameroun : la famille d'Albert Ebossé pleure le joueur tué en Algérie

En savoir plus

  • Kiev dénonce une invasion russe et en appelle à l'Otan

    En savoir plus

  • L’OMS s’attend à plus de 20 000 cas d'Ebola en Afrique de l’Ouest

    En savoir plus

  • Vidéo : à Paris, les coiffeuses sans-papiers de Château d'eau se rebellent

    En savoir plus

  • Israël-Palestine, Libye, Russie... Ce que préconise François Hollande

    En savoir plus

  • La France retrouve ses mondialistes pour affronter l’Espagne

    En savoir plus

  • Erdogan débute son mandat présidentiel en Turquie

    En savoir plus

  • Matignon dément toute intention de toucher aux 35 heures

    En savoir plus

  • Michel Platini renonce à briguer la présidence de la Fifa

    En savoir plus

  • Trafic présumé de bébés : le président du Parlement a quitté le Niger

    En savoir plus

  • Le "califat" de Boko Haram : "Un simple coup médiatique"

    En savoir plus

  • La mère de Steven Sotloff implore le "calife" de l’EI d’épargner son fils

    En savoir plus

  • Samuel Eto’o met un terme à sa carrière internationale avec le Cameroun

    En savoir plus

  • Bloquer l'avancée de l'EI, le casse-tête d'Obama

    En savoir plus

  • Coup d’envoi de la 71e Mostra de Venise

    En savoir plus

  • Cessez-le-feu à Gaza : qui d'Israël ou du Hamas sort vainqueur ?

    En savoir plus

Amériques

L'ex-président Alberto Fujimori condamné pour corruption

Vidéo par Damien COQUET

Texte par Dépêche

Dernière modification : 21/07/2009

Alberto Fujimori a écopé de sept ans et demi de prison pour versements illégaux lors de son mandat (1999-2000). En avril, l'ancien chef de l'État péruvien avait été condamné à 25 ans de réclusion pour violation des droits de l'Homme.

AFP - L'ancien président péruvien Alberto Fujimori a été condamné à sept ans et demi de prison lundi à Lima pour une affaire de corruption lorsqu'il était au pouvoir de 1990 à 2000, a annoncé le tribunal.
  
Poursuivi pour détournement de fonds publics, M. Fujimori a été reconnu coupable d'avoir versé illégalement 15 millions de dollars à son chef des services secrets, Vladimiro Montesinos, au cours des derniers mois de sa présidence.
  
L'ancien chef de l'Etat, âgé aujourd'hui de 70 ans, a annoncé qu'il ferait appel pour "nullité".
  
M. Fujimori a déjà été condamné en avril dernier à 25 ans de prison pour violation des droits de l'Homme dans le cadre de sa politique de répression contre la guérilla maoïste du Sentier lumineux.
  
Le président du tribunal, le juge César San Martin, était d'ailleurs le même magistrat qui avait déclaré l'ex-président responsable des tueries de civils commises en 1991 et 1992 par un escadron de la mort, instrument de la "sale guerre" menée par le pouvoir contre la guérilla d'extrême gauche.
  
Cette nouvelle condamnation de M. Fujimori pour corruption n'aura aucun effet sur sa détention, car les peines ne s'additionnent pas au Pérou. M. Fujimori avait déjà été condamné une première fois fin 2007 à six ans de prison dans une affaire de perquisition illégale.
  
Lors du procès, M. Fujimori a affirmé avoir été forcé d'effectuer un versement occulte à son ancien bras droit afin d'éviter un coup d'Etat. Selon lui, Montesinos, un homme clé du régime qui contrôlait l'appareil militaire, menaçait de prendre le pouvoir.
  
A l'époque, les autorités avaient justifié ces dépenses puisées dans le Trésor public sous le prétexte d'une opération de sécurité destinée à empêcher la progression de la guérilla dans la zone frontalière avec la Colombie.
  
M. Fujimori a également axé sa défense sur la dénonciation d'un "procès politique", estimant que la justice tentait de nuire aux chances de sa fille, Keiko, une prétendante sérieuse à l'élection présidentielle de 2011.
  
Keïko Fujimori, députée la mieux élue du pays en 2006, est en tête des intentions de vote pour la présidentielle, selon plusieurs sondages récents.
  
Le courant "fujimoriste" reste populaire auprès des classes populaires du Pérou, qui continuent de plébisciter l'ancien chef de l'Etat pour avoir pris des mesures sociales et restauré la sécurité après les attentats sanglants du Sentier lumineux.
  
En novembre 2000, quelques jours seulement après un sommet à Bruneï, M. Fujimori s'était enfui vers le Japon, son pays d'origine, au milieu d'un scandale de corruption, annonçant sa démission avec un simple fax.
  
Il avait été arrêté en novembre 2005 lors d'un voyage au Chili puis extradé au Pérou, où il comptait se présenter aux élections présidentielles l'année suivante.

Première publication : 20/07/2009

COMMENTAIRE(S)