Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

#ActuElles

Pénélope Bagieu raconte en BD l'histoire de 15 héroïnes culottées

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Djihad" ou l'art comme rempart à l'extrémisme

En savoir plus

Economie

L'Orient fait son cinéma

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 21/07/2009

Depuis quelques années, les monarchies du Golfe investissent dans le 7ème art. Pourquoi ces investissements? Les arabes sont-ils en train de mettre en place une stratégie d'influence qui passe par le grand écran ?

La Compagnie des Media d'Abou Dhabi a créé il y a six mois Image Nation, une filiale dirigée par un ancien membre de Disney. Image Nation a déjà investi 600 millions de dollars pour coproduire des films avec trois géants américains: Hide Park Entertainment, National Geographic et Participant Media.

Une entrée en froce à Hollywood avec une stratégie claire: donner une nouvelle image du monde arabe. Une image qui n'a cessé d'être écornée par Hollywood.

Mais pour se faire remarquer le cinéma arabe a encore des efforts à fournir. Peu représentés dans les festivals internationaux, les films du Moyen-Orient ont encore du mal à être distribués, y compris dans leurs propres pays.
Selon Ferid Boughedir, réalisateur tunisien, l'espoir du cinéma arabe ne viendrait pas forcément des pays qui ont le plus d'argent: "L'espoir est plutôt du côté du Maghreb que du côté du Golfe, les gens du golfe ont de l'argent mais ils sont encore fascinés par l'Occident".

Encourager les talents, produire des films, les distribuer dans le monde entier mais avant tout abattre les barrières dans le monde oriental. Décidément, on en demande beaucoup au cinéma arabe.

Une enquête d’Aurélien Colly et Stéphanie Paviet.

 

Première publication : 20/07/2009

COMMENTAIRE(S)