Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

"7 minutes contre le Franc CFA"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

La Grèce peut-elle couper le cordon financier avec l'UE sans danger ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La Une choc du Time sur les séparations des familles de migrants

En savoir plus

LE DÉBAT

Élections en Turquie : Recep Tayyip Erdogan menacé ?

En savoir plus

POLITIQUE

Migrants aux Etats-Unis : Donald Trump recule sur la séparation des familles

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Faouiza Charfi : "Il est important que nos enfants aient une autre vision de l'islam"

En savoir plus

FOCUS

France : le fléau des déchetteries sauvages

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Universités françaises : la compétition internationale "pas forcément négative"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Fête de la musique : Arat Kilo, au carrefour des influences

En savoir plus

Economie

L'Orient fait son cinéma

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 21/07/2009

Depuis quelques années, les monarchies du Golfe investissent dans le 7ème art. Pourquoi ces investissements? Les arabes sont-ils en train de mettre en place une stratégie d'influence qui passe par le grand écran ?

La Compagnie des Media d'Abou Dhabi a créé il y a six mois Image Nation, une filiale dirigée par un ancien membre de Disney. Image Nation a déjà investi 600 millions de dollars pour coproduire des films avec trois géants américains: Hide Park Entertainment, National Geographic et Participant Media.

Une entrée en froce à Hollywood avec une stratégie claire: donner une nouvelle image du monde arabe. Une image qui n'a cessé d'être écornée par Hollywood.

Mais pour se faire remarquer le cinéma arabe a encore des efforts à fournir. Peu représentés dans les festivals internationaux, les films du Moyen-Orient ont encore du mal à être distribués, y compris dans leurs propres pays.
Selon Ferid Boughedir, réalisateur tunisien, l'espoir du cinéma arabe ne viendrait pas forcément des pays qui ont le plus d'argent: "L'espoir est plutôt du côté du Maghreb que du côté du Golfe, les gens du golfe ont de l'argent mais ils sont encore fascinés par l'Occident".

Encourager les talents, produire des films, les distribuer dans le monde entier mais avant tout abattre les barrières dans le monde oriental. Décidément, on en demande beaucoup au cinéma arabe.

Une enquête d’Aurélien Colly et Stéphanie Paviet.

 

Première publication : 20/07/2009