Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Du "Brexit" au "Borexit"

En savoir plus

POLITIQUE

« Le Brexit est un vote xénophobe, il révèle une coupure du Royaume-Uni en deux »

En savoir plus

POLITIQUE

"L’Europe est une famille de peuples, libres de vivre ensemble ou de partir"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Brexit : "Chacun doit mener sa vie comme il l'entend"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Matthew McConaughey en pleine guerre de Sécession dans "Free State of Jones"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : à Porto Rico, le virus Zika se propage à grande vitesse

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Quand les séries télé fabriquent des héros géopolitiques

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande, un président en campagne

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Année noire pour le tourisme en Turquie

En savoir plus

Amériques

Washington mise sur l'Inde pour doper ses ventes d’armes

Texte par Dépêche

Dernière modification : 21/07/2009

En visite à New Delhi, la secrétaire d'État américaine, Hillary Clinton, a finalisé un accord de défense avec l'Inde, où les États-Unis prévoient également d'implanter des centrales nucléaires civiles.

AFP - L'Inde et les Etats-Unis ont trouvé un accord de défense pour doper les ventes d'armements américains à New Delhi et sont convenus de deux sites en Inde pour implanter des centrales nucléaires civiles américaines, a annoncé lundi la secrétaire d'Etat Hillary Clinton.
  
Au cours d'un point de presse à New Delhi aux côtés de son homologue indien S.M. Krishna, Mme Clinton a indiqué que les deux pays s'étaient "entendus sur un accord de surveillance de l'utilisation finale" d'armes américaines sophistiquées et de leur technologies qui seraient vendues à l'Inde.
  
"Nous sommes convenus d'un accord de contrôle de l'utilisation finale (d'armements) qui va désormais contribuer (...) à ce que l'Inde acquiert des technologies de défense américaines", a confirmé M. Krishna.
  
Selon les termes de cet accord, l'Inde doit s'engager à se conformer à une législation américaine en matière d'exportations d'armements. Cette législation interdit à un Etat qui achète des équipements de défense aux Etats-Unis de les utiliser ou d'en transférer les technologies au profit d'un pays tiers.
  
Ainsi, une clause figurera dans les futurs contrats commerciaux entre l'Inde et des entreprises américaines d'armements, a précisé un responsable américain. Cette clause garantira à Washington que les armes et les technologies sensibles vendues à l'Inde serviront stricto sensu à sa défense nationale et ne seront pas transférées à un tiers, selon des experts.
  
Cet accord "ouvre la voie à une plus grande coopération en matière de défense entre nos deux pays", s'est félicitée Mme Clinton, au quatrième jour de sa visite en Inde.
  
Une perspective bienvenue pour les américains Boeing et Lockheed Martin qui concourent à un appel d'offres de 12 milliards de dollars que l'Inde a lancé en 2007 pour acheter 126 avions de combat.
  
Le Boeing F/A-18E/F Super Hornet et le Lockheed Martin F-16 sont opposés au Rafale de Dassault Aviation, aux MiG-35 et MiG-29 russes, à l'Eurofighter Typhoon européen d'EADS, de BAE Systems et de Finmeccanica et au Gripen du suédois Saab.
  
Dans le domaine du nucléaire civil, Mme Clinton a indiqué que deux sites en Inde avaient été "approuvés" pour y construire des centrales américaines. La presse parle d'implantations dans les Etats du Gujarat (ouest) et de l'Andhra Pradesh (sud).
  
L'Inde et les Etats-Unis sont liés depuis octobre 2008, à la fin de la présidence de George W. Bush, par un accord politique de coopération dans le nucléaire civil, consacrant leur rapprochement historique des années 2000.
  
Mais on est encore loin de contrats commerciaux qui permettraient à l'alliance General Electric-Hitachi ou à Westinghouse de vendre et construire des réacteurs nucléaires civils en Inde.
  

Première publication : 20/07/2009

COMMENTAIRE(S)