Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Rentrée des classes en France : le système éducatif français est-il mauvais élève ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Un accord pour rétablir le Parlement du Lesotho

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Affaire Kayumba : quatre accusés reconnus coupables de tentative de meurtre

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Abbas Araghchi, vice-ministre iranien des Affaires étrangères

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Sarkozy le retour?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Le meilleur des Observateurs cette année !

En savoir plus

FOCUS

L'État islamique déclare la guerre de l'eau en Irak

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Peine perdue" d'Olivier Adam, la trentaine à la dérive

En savoir plus

REPORTERS

Pakistan : Imran Khan, des terrains de cricket à la politique

En savoir plus

  • Steven Sotloff, un passionné du monde arabe tombé entre les griffes de l'EI

    En savoir plus

  • Vidéo : un convoi de l'armée ukrainienne détruit dans l'est de l'Ukraine

    En savoir plus

  • Europe : Moscovici, un sous-commissaire pour la France ?

    En savoir plus

  • Pôle emploi : Rebsamen se défend de vouloir "stigmatiser" les chômeurs

    En savoir plus

  • L'EI revendique dans une vidéo la décapitation d'un second journaliste américain

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Falcao fait ses valises, à quoi joue Monaco?

    En savoir plus

  • Les photos volées de Jennifer Lawrence sont aussi gênantes pour Apple

    En savoir plus

  • Nord-Mali : quatre casques bleus tués par l'explosion d'une mine près de Kidal

    En savoir plus

  • En images : Falcao, James, Di Maria, Suarez... les plus gros transferts de l’été

    En savoir plus

  • "Peine perdue" d'Olivier Adam, la trentaine à la dérive

    En savoir plus

  • Un député tunisien échappe à une tentative d'assassinat

    En savoir plus

  • Le président du Yémen annonce un "gouvernement d'union nationale"

    En savoir plus

  • L'Otan menace de déployer une force de réaction rapide en Europe de l'Est

    En savoir plus

  • VTC : la justice interdit à Uber d'exercer en Allemagne

    En savoir plus

  • L’armée irakienne poursuit son offensive, l’EI recule

    En savoir plus

  • À Saint-Nazaire, les Mistral voguent vers leur destin russe

    En savoir plus

Afrique

Le président Paul Biya en visite officielle en France

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 22/07/2009

Le chef de l'État camerounais, Paul Biya, est attendu, en début de soirée ce mardi, à Paris pour une visite officielle de quatre jours en France. Un séjour que la diaspora camerounaise attend de pied ferme...

Attendu en début de soirée, ce mardi, dans la capitale française, le président du Cameroun, Paul Biya, devra attendre vendredi pour être reçu par son homologue français, Nicolas Sarkozy. Signe, pour nombre d'observateurs, que les relations entre la France et ce pays d'Afrique centrale sont en voie de banalisation.

 

Avant d’être reçu à l’Elysée, le chef de l’Etat camerounais doit se rendre à Bordeaux pour rencontrer l’ancien Premier ministre et actuel maire de la ville, Alain Juppé. Retour ensuite à Paris, où Paul Biya doit dîner avec le ministre des Affaires étrangères Bernard Kouchner, avant de s’entretenir avec Nicolas Sarkozy, au dernier jour de sa visite.

 

"Ce n’est pas une visite d’Etat traditionnelle. Elle est chargée de passion négative et de perspectives douloureuses", observe le Camerounais Jean-Claude Shanda Tonme, directeur du Centre africain de politique internationale et auteur de "Réflexions sur les crises de la société camerounaise". Selon lui, les rapports entre les deux hommes sont "nuls".

 

Pour Antoine Glaser, rédacteur en chef de "La Lettre du continent", le programme de la visite du "sphinx", surnom qu’il doit à son goût du secret, reflète surtout la fin de relations franco-camerounaises que d'aucuns jugeaient privilégiées.

 

"Cette invitation ressemble surtout à une compensation car, l’année dernière, Sarkozy avait promis de venir au Cameroun en 2009, seul pays de la zone Franc où il n’avait pas mis les pieds", explique le journaliste. Un diplomate proche du dossier confirme ces propos, sous couvert d’anonymat : "Pour des raisons d’agenda, Nicolas Sarkozy ne pouvait pas se rendre à Yaoundé. Mais pour signifier son amitié envers le Cameroun, il y a envoyé, fin mai, son Premier ministre, François Fillon, et a invité Paul Biya en France".

 

Une visite qui s’annonce houleuse

 

Nicolas Sarkozy n’accordera donc qu’un entretien et un déjeuner à son homologue camerounais. Ce dernier est en revanche attendu de pied ferme par les membres de la diaspora, qui entendent bien lui demander des comptes sur ses supposés biens mal acquis révélés par le dernier rapport publié fin juin par le Comité catholique contre la faim et pour le développement (CCFD-Terre solidaire).

 

"La société civile camerounaise à l’étranger entend aussi signifier à Biya qu’il est temps qu’il se prépare à quitter la vie politique", affirme le journaliste guinéen Lanciné Camara, président de l’Union internationale des journalistes africains et directeur de publication du magazine "Le Devoir africain".

 

Au pouvoir depuis 27 ans, l'"homme-lion" dirige son pays d’une main de fer. Et s’est donné les moyens de conserver son fauteuil présidentiel. En avril 2008, l’homme fort de Yaoundé a fait modifier la Constitution, afin de pouvoir briguer un nouveau mandat en 2011.

 

Outre les manifestations de l’opposition camerounaise, l'affaire du meurtre de Laurence Vergne, biologiste française de 31 ans abattue d'un coup de fusil à Yaoundé, en janvier 2007, devrait également assombrir la visite de Paul Biya.

 

Lors d'une visite officielle à Paris en octobre 2007, le chef de l’Etat camerounais avait assuré à la famille de la victime qu’il se portait "personnellement garant" de l'action de la justice. Pourtant, deux ans et demi après les faits, les circonstances de la mort de la jeune femme n’ont toujours pas été élucidées.

 

Une autre affaire, celle du Franco-Camerounais Thierry Michel Atangana Abega, détenu à Yaoundé depuis 12 ans pour détournement d'argent public, attend également Paul Biya à Paris. C’est en tout cas ce qu’espère Me Rémi Barousse, son avocat, qui voudrait que la justice française demande le transfèrement de son client.
 

 

 

Première publication : 21/07/2009

COMMENTAIRE(S)