Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Le prélèvement à la source : une fausse bonne idée?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Dominique A, artiste exigeant

En savoir plus

FOCUS

Népal : difficile retour sur les bancs de l'école, un mois après le séisme

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jeannette Bougrab : "Ma mère a réussi à briser cette malédiction de naître femme"

En savoir plus

#ActuElles

Les Méditerranéennes en mouvement

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Nigeria : accord des distributeurs de carburant sur la fin de la grève

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Burundi : "Tout va très bien Madame la Marquise"

En savoir plus

DÉBAT

Burundi : l'impossible dialogue entre pouvoir et opposition? (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Burundi : l'impossible dialogue entre pouvoir et opposition? (partie 1)

En savoir plus

SCIENCES

L'OMS dénombre plus de 700 décès à travers le monde

Texte par Dépêche

Dernière modification : 21/07/2009

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a revu à la hausse le bilan des morts ayant contracté le virus H1N1 de la grippe A. Le nombre de décès à travers le monde est désormais porté à plus de 700, contre 429, le 6 juillet.

LE SITE DE L'OMS DÉDIÉ À LA GRIPPE A (H1N1)

AFP -
Le virus de la grippe porcine, apparu fin mars, a déjà tué plus de 700 personnes dans le monde, a annoncé mardi une porte-parole de l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Le dernier bilan publié sur le site internet de l'OMS, le 6 juillet, faisait état de 429 morts.

Le nouveau virus A(H1N1) se propage dans le monde à une vitesse "sans précédent" par rapport à d'autres épidémies, avait déclaré vendredi l'OMS, qui a même renoncé à fournir des statistiques globales sur le nombre de personnes atteintes par la pandémie.

Les pays affectés continuent cependant de signaler à l'agence onusienne les cas les plus graves observés, ainsi que les décès confirmés en laboratoire, a ajouté la porte-parole, Aphaluck Bhatiaseve.

"Nous n'avons pas une image complète de la pandémie", a reconnu la porte-parole de l'OMS en déclarant que des "modèles mathématiques" allaient être mis en oeuvre pour permettre à l'organisation d'aider les pays affectés à adapter leur réponse à la propagation du virus.

Interrogée sur les pays qui envisagent de retarder la rentrée des classes ou fermer les écoles pour faire face à la maladie, Mme Aphaluck Bhatiaseve a déclaré que "les fermetures d'écoles est l'une des mesures qui peuvent être considérées".

"Différents pays font face à la pandémie à des niveaux différents et dans des phases différentes", a-t-elle dit. "Ce sont réellement les pays eux-mêmes qui doivent envisager les mesures qu'ils estiment les plus adaptées à leur situation", a ajouté la porte-parole.

Le virus pandémique A(H1N1) 2009 "se répand au niveau international à une vitesse sans précédent", avait averti vendredi l'OMS.

"Au cours des pandémies dans le passé, il a fallu plus de six mois aux virus grippaux pour se propager aussi largement que l'a fait le nouveau virus H1N1 en moins de six semaines", a relevé l'organisation.

Face à cette situation, l'OMS estimant qu'il n'est plus nécessaire voire contre-productif de demander aux pays les plus affectés de tenter de faire des statistiques exhaustives des cas de grippe porcine, a décidé de ne plus communiquer de bilans mondiaux sur la progression de la maladie.

Malgré tout, l'OMS a relevé "le caractère bénin jusqu'à ce jour des symptômes pour l'écrasante majorité des patients, qui se rétablissent généralement, même sans traitement médical, en une semaine après l'apparition des premiers symptômes".

Première publication : 21/07/2009

COMMENTAIRE(S)