Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

TECH 24

Satellites : les nouveaux maîtres du ciel

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

Afrique

L'ONU suspend ses activités humanitaires dans le centre du pays

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 21/07/2009

Après le pillage de trois de ses bureaux par la milice islamiste des Shebab à Baïdoa, une ville du centre de la Somalie, l'ONU annonce l'arrêt temporaire de ses activités dans la région, malgré une "situation humanitaire critique".

"Nous avons reçu l'ordre de sortir du bâtiment et ils ont aussitôt commencé à piller tout ce qui appartient aux agences de l'ONU", rapporte un agent de sécurité, joint par Reuters à Baïdoa, une ville du centre de la Somalie.

 

Lundi, des miliciens somaliens appartenant au groupe islamiste radical des Shebab s'en sont ainsi pris aux locaux de l’ONU à Baïdoa, à 250 kilomètres au sud de la capitale, Mogadiscio, mais également à Wajid, à une centaine de kilomètres plus au nord.

 

Trois agences onusiennes ont été visées par ces pillages : le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), le Bureau politique des Nations unies pour la Somalie (UNPOS) et le Département de la sécurité et de la sûreté des Nations unies (UNDSS).

 

 

 

Dans un communiqué, les Shebab (les "jeunes" en arabe) ont justifié leur geste par le fait que "les agences étrangères sus-mentionnées travaillent contre l'intérêt de la population musulmane de Somalie et contre l'édification d'un État islamique en Somalie". Ils ont décrété que les trois organismes ne pouvaient plus opérer dans le pays.

 

L'ONU dans l'impossibilité de poursuivre sa mission

 

Quelques heures après ces pillages, l’ONU a annoncé sa décision de suspendre temporairement ses activités dans la ville de Baïdoa. "Le pillage de tout le matériel de communication d'urgence et l'absence de vigiles rend impossible la poursuite de la mission de l'ONU" à Baïdoa, souligne l'organisation dans un communiqué.

 

Le texte indique toutefois que les organismes de l'ONU poursuivaient leur travail à Wajid, "où le minimum de sécurité requis reste inchangé".

 

Les rebelles, qui mènent une offensive pour renverser le président Cheikh Sharif Ahmed, un islamiste modéré, ont aussi annoncé l’ouverture d’un bureau pour superviser les activités des ONG et des agences étrangères opérant en Somalie. Selon le communiqué, celles-ci devront désormais passer par les autorités islamistes locales pour savoir dans quelles conditions elles pourraient travailler.

 

Les Shebab détiennent en outre deux agents du renseignement français enlevés le 14 juillet dans leur hôtel à Mogadiscio par des hommes armés. Hassan Yacqub, leur porte-parole, qui se trouve dans la ville portuaire de Kismayo, a réaffirmé lundi qu’ils n’excluaient pas d’organiser un procès pour juger les deux otages. "Ces hommes sont des prisonniers de guerre et les moudjahidine décideront prochainement des mesures à prendre", a-t-il affirmé.

Première publication : 21/07/2009

COMMENTAIRE(S)