Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Blackout médiatique contre l'État islamique

En savoir plus

DÉBAT

Rentrée économique en France : croissance, inflation... Tableau noir pour l'exécutif?

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : accord impossible?

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile divisée à propos de Darren Wilson

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Adèle Haenel, nouveau visage du cinéma français

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Cameroun ferme ses frontières avec le Nigeria

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Moins d'un Français sur deux est imposable

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Vers une police sous surveillance ?

En savoir plus

DÉBAT

Syrie, la guerre oubliée

En savoir plus

  • Ukraine : "C’est le début de la Troisième Guerre mondiale"

    En savoir plus

  • Gaza : pourquoi les négociations sur un cessez-le-feu permanent sont un cauchemar ?

    En savoir plus

  • Libération de Paris : où étaient les combattants noirs de la 2e DB ?

    En savoir plus

  • Ce qu'il faut retenir de la vidéo de la décapitation de James Foley par l'EI

    En savoir plus

  • Netanyahou compare le Hamas aux jihadistes de l'État islamique

    En savoir plus

  • Fabius veut coordonner avec l'Iran la lutte contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Darius, ce jeune Rom lynché en juin et SDF en août

    En savoir plus

  • Heurts à Bangui entre soldats français et individus armés

    En savoir plus

  • Vidéo : après une nuit plus calme, la situation reste tendue à Ferguson

    En savoir plus

  • Hollande : "La situation internationale est la plus grave depuis 2001"

    En savoir plus

  • Gaza : la trêve une nouvelle fois rompue, Israël vise un chef du Hamas

    En savoir plus

  • La Fifa interdit au FC Barcelone de recruter

    En savoir plus

  • Au bord de l'éruption, le volcan islandais Bardarbunga menace le trafic aérien

    En savoir plus

  • Quand l’Égypte sermonne Washington sur les émeutes de Ferguson

    En savoir plus

  • Reportage : les combattants kurdes reprennent le barrage de Mossoul

    En savoir plus

SCIENCES

La plus longue éclipse solaire du siècle plonge l'Asie dans le noir

Vidéo par Damien COQUET

Texte par Dépêche

Dernière modification : 22/07/2009

La plus longue éclipse solaire totale du XXIe siècle a plongé plusieurs pays asiatiques dans le noir, mercredi. La Lune a masqué le soleil pendant six minutes et 39 secondes, un record qui ne sera pas battu avant l'année 2132.

AFP - La plus longue éclipse solaire totale du 21e siècle a plongé mercredi dans le noir une grande partie de l'Asie, déclenchant l'enthousiasme de centaine de millions de personnes en Chine et en Inde.
   
Potentiellement, deux milliards de terriens ont pu observer cette éclipse de Soleil "monstre", selon des astrophysiciens. Un record dans l'histoire de l'humanité.
   
Une éclipse partielle était visible dès 00H30 GMT dans l'océan Indien au large des côtes ouest de l'Inde, avant d'être totale dans l'Etat du Gujarat (ouest) à 00H53 GMT, puis à l'intérieur d'un corridor de 15.000 kilomètres de long sur 258 km de large, traversant d'ouest en est l'Inde, le Népal, le Bhoutan, le Bangladesh, la Birmanie, la Chine et jusqu'aux îles méridionales japonaises Ryukyu.
   
Le Soleil a été complètement masqué par la Lune pendant six minutes et 39 secondes dans une zone peu habitée du Pacifique, un record de durée qui ne sera pas battu avant l'année 2132. L'obscurité a duré moins longtemps en Inde (trois à quatre minutes) et sur la mégapole chinoise Shanghaï (environ cinq minutes), où le temps couvert a gâché une partie du spectacle.
   
A l'autre bout de l'Asie, à Bombay, des astronomes amateurs étaient massés au planétarium Nehru, mais ont troqué leurs lunettes de soleil spéciales pour le parapluie et l'imperméable.
   
Des pluies torrentielles se sont abattues sur Bombay au moment où l'éclipse commençait.
   
"On ne voulait pas la regarder à la télévision, mais on aurait dû rester au lit", s'amuse Dwayne Fernandes, un étudiant. "On va peut-être devoir dire aux gens qu'on l'a vue", plaisante son amie Lizanne De Silva.
   
Malgré le mauvais temps et les pluies de la mousson sur le sous-continent indien, la sixième éclipse totale du siècle a dopé l'activité commerciale et touristique en Extrême Orient.
   
A Shanghaï, où ont afflué ces derniers jours des hordes de touristes, l'hôtel Hyatt sur le célèbre Bund a fait le plein pour son petit-déjeuner spécial éclipse. "Cela arrive seulement une fois tous les 300 ans", a dit la porte-parole de l'établissement Meg Zhang.
   
"Les nuages arrivaient, se dissipaient et puis, tout d'un coup, je l'ai vue", a raconté Glenn Evans, un homme d'affaires américain résidant à Shanghaï.
   
En Inde, l'agence Cox and Kings a affrété un Boeing 737-700 qui a décollé de New Delhi avant l'aube pour "intercepter" l'éclipse totale à une altitude de 41.000 pieds (12.500 mètres) et voler plein Est jusqu'à l'Etat du Bihar.
   
Les 21 sièges de l'avion côté Soleil levant se sont vendus pour 1.200 euros.
   
Un million de pèlerins hindous ont afflué dans la ville sainte de Kurukshetra, dans le nord de l'Inde, pour se baigner pendant l'éclipse dans des eaux purifiées devant contribuer à la libération de l'âme. Des milliers d'autres ont assisté au phénomène céleste dans la ville sainte de l'hindouisme Bénarès (nord), selon un photographe de l'AFP.
   
En Inde et en Chine, les contes et mythologies évoquent les éclipses comme l'annonce d'heureux présages, mais aussi de néfastes augures.
   
Celle de ce mercredi est "un moment très dangereux dans l'Univers", a prévenu Raj Kumar Sharma, un astrologue védique de Bombay. "Si le Soleil, le maître des étoiles, est malade, alors il va se passer quelque chose de grave dans le monde", a-t-il prédit.
   
Des Indiennes enceintes qui avaient programmé une césarienne ont repoussé l'intervention, selon l'hôpital Fortis de New Delhi.
   
Dans la Chine impériale, les éclipses étaient annonciatrices de catastrophes naturelles ou de la mort d'un empereur. Ces croyances et superstitions n'ont   pas disparu.
 

Première publication : 22/07/2009

COMMENTAIRE(S)