Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

7 JOURS EN FRANCE

JO-2016 : Les Français en route pour Rio

En savoir plus

LE DÉBAT

Theresa May en France : le Brexit au plus vite ?

En savoir plus

Planète @venir

L’incroyable phénomène de l’e-sport

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Fabien Archambault : "La France n'est pas un grand pays de football"

En savoir plus

FOCUS

Pakistan : la télémédecine, une initiative pour les femmes médecins

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sur la route des festivals de musique

En savoir plus

TECH 24

Beauté connectée : parce que vous le valez bien...

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le monde décrit par Trump n’existe pas"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Attentat de Nice : "Cazeneuve face à l'été meurtrier"

En savoir plus

Economie FRANCE

Bouffée d'air pour Thomson dont la dette sera réduite de 45 %

Texte par Dépêche

Dernière modification : 24/07/2009

Le groupe Thomson, dont la dette atteint 2,83 milliards d'euros, verra son passif réduit de 45 % par ses créanciers. Depuis le début de l'année, l'ancien fleuron de l'industrie française cherchait à éponger ses dettes.

AFP - Le groupe Thomson, en grande difficulté financière, a annoncé vendredi, au dernier jour du délai qui lui était imparti, être parvenu à un accord prévoyant une réduction de 45% de sa dette et une entrée des créanciers à son capital.

Selon les termes de cet accord, la dette brute de 2,83 milliards d'euros est réduite à 1,55 milliard. En échange, les banquiers et porteurs d'obligations vont recevoir des actions et des obligations remboursables en actions.

Après la révélation en début d'année d'une dette brute d'un montant de 2,9 milliards d'euros, ne lui permettant plus de respecter ses engagements bancaires, Thomson avait entamé des discussions avec ses prêteurs, au nombre d'une cinquantaine.

Fin avril, il s'était vu accorder un premier sursis jusqu'à l'assemblée générale du 16 juin, date à laquelle les discussions avaient été à nouveau prolongées, avec pour échéance le 24 juillet.

Première publication : 24/07/2009

COMMENTAIRE(S)