Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

Economie

Bruxelles donne son feu vert au rachat de Chrysler par Fiat

Texte par Dépêche

Dernière modification : 24/07/2009

Le rachat du constructeur américain Chrysler par Fiat a été approuvé par la Commission européenne. Bruxelles estime en effet que cette opération n'entravera pas de manière significative la concurrence au sein de l'Union européenne.

AFP - La Commission européenne a autorisé vendredi le rachat du constructeur automobile américain en difficulté Chrysler par l'italien Fiat, estimant que l'opération n'entraverait pas de manière significative la concurrence dans l'UE.

L’examen de l'opération par la Commission a montré que "les chevauchements horizontaux entre les activités de Chrysler et de Fiat étaient limités", a-t-elle indiqué dans un communiqué.

"La concentration ne modifierait donc pas de manière sensible la structure concurrentielle des marchés de la construction et de la fourniture de voitures particulières" dans l'UE, a-t-elle estimé.

Chrysler et Fiat ont finalisé en juin un accord permettant le rachat des actifs du premier par le second, sortant ainsi le nouveau Chrysler d'un processus de règlement judiciaire.

Cette société, qui prendra le nom de Chrysler Group LLC, sera contrôlée initialement à 20% par Fiat, qui n'apporte pas d'argent mais sa technologie et de nouveaux modèles. Sa participation montera par étapes jusqu'à 35% sous réserve que certains objectifs définis à l'avance soient remplis.

Première publication : 24/07/2009

COMMENTAIRE(S)