Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

"Fonds vautours" en Argentine : et après le défaut de paiement ?

En savoir plus

DÉBAT

Boko Haram : une menace incontrôlable ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Quelle diplomatie économique pour la France ? Avec Hubert Védrine et Pascal Lamy

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée : cohue meurtrière lors d'un concert à Conakry

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Crash du vol AH5017 : Hommage à 2 cinéastes disparus

En savoir plus

FOCUS

Birmanie : la transition démocratique piétine

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les people et le conflit israélo-palestinien

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Matshidiso Moeti, ancienne Directrice régionale adjointe de l'OMS pour l'Afrique

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

L'Argentine poussée vers le défaut de paiement

En savoir plus

  • En images : rassemblement pro-Israël à Paris sous haute protection policière

    En savoir plus

  • Carte : l’opération Barkhane de l’armée française au Sahel

    En savoir plus

  • Devant les juges, Karim Wade se considère "prisonnier politique"

    En savoir plus

  • Free veut racheter T-mobile, poids lourd de la téléphonie américaine

    En savoir plus

  • Ebola : l’OMS débloque 100 millions de dollars

    En savoir plus

  • Gaza : un responsable de l'ONU fond en larmes en direct

    En savoir plus

  • Royaume-Uni : HSBC ferme les comptes de plusieurs clients musulmans

    En savoir plus

  • Ils ont fait plier l'Argentine : qui sont ces fonds "vautours" ?

    En savoir plus

  • La dissolution de la Ligue de défense juive à l’étude

    En savoir plus

  • Israël mobilise de nouveaux réservistes et obtient des munitions américaines

    En savoir plus

  • Avec "Lucy", Luc Besson domine le box-office américain

    En savoir plus

  • MH17 : les enquêteurs de l'OSCE accèdent au site du crash

    En savoir plus

  • Vidéo : reportage au cœur des tunnels creusés par le Hamas à Gaza

    En savoir plus

  • La clôture frontalière, nouvelle pomme de discorde entre le Maroc et l’Algérie

    En savoir plus

  • Moscou condamné à verser 1,86 milliard d'euros aux ex-actionnaires de Ioukos

    En savoir plus

  • Karim Wade, le fils de l'ex-président, jugé à Dakar pour "enrichissement illicite"

    En savoir plus

  • Mort de Paul Jean-Ortiz, conseiller diplomatique de François Hollande

    En savoir plus

Reportages

Entre la police et les cartels, une guerre meurtrière

Vidéo par Laurence CUVILLIER

Texte par Laurence CUVILLIER

Dernière modification : 28/07/2009

Début juillet, les autorités appréhendaient Arnaldo Rueda, un ponte de La Familia - cartel particulièrement influent au Mexique. Quelques jours plus tard, douze policiers étaient retrouvés morts: une vengeance de l'organisation.

Douze corps de policiers torturés, retrouvés sur le bord d’une route... Ces découvertes macabres ne sont pas rares au Mexique, mais les images diffusées sur les télévisions, sans pudeur et sans floutage, continuent d’entretenir le sentiment d’horreur.

Cette tuerie a été perpétrée le 13 juillet à Areaga, dans l’Etat du Michoacàn. Les auteurs de ce carnage : La Familia, l’un des six grands cartels de la drogue mexicains. Un acte qui a tout d’une vengeance. Quelques jours plus tôt, les autorités avaient arrêté l’un des leaders de La Familia, Arnoldo Rueda.

"Oeil pour œil, dent pour dent"

Mais deux jours après la tuerie, coup de théâtre : un homme qui prétend être Servando Gomez, dit "La Tuta", un autre leader de La Familia, appelle une chaîne de télévision régionale et s’exprime en direct - un événement rarissime au Mexique. Alors que le présentateur affiche un visage crispé, La Tuta commence par se poser en défenseur de la population du Michoacàn, et tend la main au gouvernement. "Avec tous nos égards pour le président de la République, nous le respectons et nous respectons l’armée mexicaine. Nous n’avons rien contre eux ; nous savons que c’est leur travail. Tout ce que nous demandons, c’est qu’ils prennent garde à leur comportement envers nous ; s’il vous plaît, traitez-nous décemment. Prenez-vous en à nous, mais pas à nos femmes et nos enfants !"

Le gouvernement mexicain refuse de négocier. Face à l’émoi provoqué par la tuerie, le pouvoir central a envoyé, sur place, des renforts de 7 000 hommes.

Dans le fief du cartel


L'équipe FRANCE 24 se rend à Morelia, capitale de l’Etat du Michoacàn, fief du cartel de La Familia.

Nous avons rendez-vous avec José Luis Dias, un journaliste, spécialiste des questions de sécurité. Tout comme nous, il n’a pu avoir aucune information sur les activités des renforts. Les autorités ne laissent rien filtrer. Les raisons en sont connues : tant de journalistes sont victimes de pression de la part des cartels dans le pays, qu’il est dangereux pour l’armée de laisser circuler la moindre information.

José n’échappe pas à la règle ; il accepte de nous accompagner en ville, à une condition : ne pas évoquer La Familia. La moindre parole prononcée contre le cartel pourrait lui attirer de graves ennuis.

A Morelia, les rues sont calmes. Il nous a fallu plusieurs heures pour enfin apercevoir un convoi d’une vingtaine de véhicules.

Nous cherchons des barrages filtrants ou des positions militaires. Un jeu de cache-cache permanent : les barrages ne restent en place que 30 minutes pour ne pas laisser le temps aux cartels d’organiser une attaque.

Mais le danger est partout pour les renforts. A commencer par les hôtels où la police fédérale a pris ses quartiers la veille. "C’est un peu compliqué pour les autorités fédérales de trouver de quoi loger tous ces renforts aux quatre coins de l’Etat, explique José. Parce que le crime organisé a déjà frappé dans des hôtels où se trouvaient des agents fédéraux."

Sur un véhicule militaire qui patrouille à Uruapan, non loin de Morelia, une pancarte invite la population à dénoncer anonymement les agissements des cartels.

Car il n’est pas facile de faire parler une population qui vit dans la peur. Ici, la présence de l’armée inspire la confiance. "Il y aura moins de morts maintenant, nous confie un jeune homme. Ma famille est contente parce qu’on a tellement peur quand on marche dans la rue, avec toutes ces fusillades".

Rassurer, c’est tout ce que peut faire l’armée. Les rues seront sans doute plus calmes pendant quelques jours. Mais les renforts, bien sûr, ne pourront pas rester indéfiniment.
 

Première publication : 24/07/2009

COMMENTAIRE(S)