Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée : Alpha Condé s'exprime sur le retour avorté de Dadis Camara a Conakry

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Crise des migrants, l'Europe peine à trouver des solutions viables

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentat déjoué du Thalys, la sécurité dans les transports au coeur du débat

En savoir plus

TECH 24

Eau High-tech

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

L'Assemblée Nationale, cœur de la démocratie française

En savoir plus

#ActuElles

L'organisation de l'État islamique et sa "théologie du viol"

En savoir plus

FOCUS

Nouvelle-Orléans : dix ans après le cyclone Katrina, le traumatisme demeure

En savoir plus

REPORTERS

Avec les soldats de l'opération Barkhane, au cœur de la lutte anti-terroriste au Sahel

En savoir plus

BILLET RETOUR

Proche-Orient : Jénine, la renaissance fragile

En savoir plus

Economie

Microsoft enregistre un bénéfice annuel en baisse de 18 %

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 24/07/2009

Pour la première fois de son histoire, le géant américain de l'informatique a enregistré une baisse de ses ventes en 2008. Pour l'entreprise, le pari le plus pressant est désormais de rentabiliser ses investissements dans l’Internet.

Microsoft a annoncé, jeudi, ses résultats pour l’exercice 2008 qui s'est clos en juin, et ils ne sont pas bons. Le bénéfice net de l'entreprise a chuté de 18 % en un an, pour s’établir à 14,57 milliards de dollars. Entre les mois d'avril et juin derniers, le recul atteint même 29 %. Pis : sur cette période, les ventes de la société ont baissé pour la première fois depuis qu'elle est cotée en bourse... Le décrochage n'est pas négligeable, puisqu'il atteint 17 %. "Au moins, on peut dire qu’on a atteint un plancher !", a espéré Christopher Littel, directeur financier de Microsoft, lors de la présentation de ces résultats.

 

 

Derrière cette avalanche de chiffres, c’est surtout la claque prise par le géant de Redmond dans ses activités en ligne qui pose question. Pour chaque dollar gagné sur l’Internet en 2008-2009, l’inventeur de Windows en a effectivement perdu au moins un autre : alors que les recettes de son activité Web s’élèvent à 731 millions de dollars sur l'exercice achevé, ses pertes atteignent 732 millions. Une mauvaise nouvelle qui doit faire sourire son principal concurrent, Google, dont les bénéfices ont continué à croître sur la même période.

 

Pari sur l’Internet

 

Pour Microsoft, ce résultat est d'autant plus inquiétant que la firme a fait le pari de dépoussiérer sa gamme de logiciels en misant sur le Web. Or, son plus gros coup des trois derniers mois, le lancement du nouveau moteur de recherche Bing, qui a certes été bien accueilli par la critique, tarde à générer des bénéfices. En outre, les revenus publicitaires liées aux requêtes sur Bing sont restés stables. Une situation qui pourrait, certes, se débloquer si un accord avec Yahoo! vient à se concrétiser, le portail drainant plus de 100 millions de visiteurs chaque mois, soit presque autant que les sites Google. Mais à ce jour, rien n'est encore fait...

 

L’autre projet majeur de Microsoft sur le Net est la mise à disposition gratuite, à la rentrée, d’une nouvelle version de sa suite Office (Word, Powerpoint, etc.), qui sera entièrement accessible en ligne, à l’instar de celle de Google. Histoire de tenter de doubler son meilleur ennemi, mais pas de gagner beaucoup d’argent, apparemment...

 

Dans ces conditions, d’où peut venir le salut financier de Microsoft ? Plus de 70 % des revenus de la société provient de ses ventes de système d’exploitation. La firme place donc beaucoup d'espoir dans le lancement de Windows 7, successeur attendu du controversé Vista, en octobre prochain, pour renflouer ses caisses. Mais le géant du logiciel ne peut qu’espérer que les utilisateurs décident de l'acheter... Alors en attendant, Christopher Litell préfère jouer profil bas : "La sortie de Windows 7 peut relancer les ventes de PC, mais rien n’est sûr...", affirme celui-ci.

Première publication : 24/07/2009

COMMENTAIRE(S)