Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"François Hollande, "chouchou" du Golfe"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

6 policiers poursuivis pour homicide involontaire: les habitants de Baltimore exultent

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Viols présumés en Centrafrique : A la rencontre de l'homme qui a recueilli les témoignages

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Viols présumés en Centrafrique : des zones d'ombre dans l'affaire

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Séisme au Népal : l'aide humanitaire internationale pressée par le temps

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Centrafrique : des soldats français soupçonnés de viols sur des enfants

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Viols présumés en Centrafrique : une enquête s'est ouverte à Bangui

En savoir plus

FOCUS

Liban : la prison de Roumieh, un fief pour les jihadistes de l'EI

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

"En France, les PME ont du mal à grandir"

En savoir plus

Economie

Ericsson s'offre la division téléphonie mobile de Nortel

Texte par Dépêche

Dernière modification : 25/07/2009

L'équipement suédois Ericsson s'apprête à dépenser 795 millions d'euros pour acquérir la division mobile de son concurrent canadien Nortel, en faillite. Nokia et RIM, le constructeur des Blackberry, étaient également intéressés.

AFP - L'équimentier suédois de télécommunications, Ericsson va acquérir la division du canadien Nortel spécialisée dans les réseaux de téléphonie mobile, mise aux enchères vendredi, pour 1,13 milliard de dollars (795 millions d'euros), a-t-il annoncé samedi.
 

L'accord prévoit le transfert à Ericsson de 2.500 employés nord-américains de Nortel spécialisés dans les réseaux 3G (technologie CMDA) et 4G (nouvelle génération, très haut débit mobile), indique le suédois dans un communiqué.

 

"Cette annonce fait suite à la fin des enchères initiées par Nortel et la transaction est soumise à l'accord du tribunal et des autorités de la concurrence", précise-t-il.
 

L'équipementier télécom canadien Nortel, qui a déposé le bilan en janvier, a vainement tenté de se restructurer mais a finalement décidé en juin de vendre ses principales divisions.

 

"Acquérir les activités nord-américaines de Nortel dans la 3G nous permet de mieux servir la région au moment où nous construisons des partenariats pour le passage prochain à la 4G (Long term evolution, LTE)", commente le PDG sur le départ d'Ericsson, Carl-Henric Svanberg, dans le communiqué.
 

"En outre, en ajoutant 2.500 employés très qualifiés, dont 400 travaillent dans la recherche et le développement de la 4G, Ericsson renforce son engagement en Amérique du Nord", observe-t-il.

 

Le germano-finlandais Nokia Siemens Networks et le fabricant canadien de téléphones mobiles Research in Motion (RIM, fabricant du Blackberry), avaient également fait part de leur intérêt pour l'acquisition.
 

Un accord pour un montant 650 millions de dollars avec Nokia Siemens avait même été annoncé en juin, mais le tribunal des faillites a exigé une mise aux enchères pour déterminer si les actifs pouvaient être vendus plus chers.

 

Les activités en question de Nortel ont réalisé l'an dernier un chiffre d'affaires de 2 milliards de dollars.
 

Après l'annonce début juillet d'un important contrat de sous-traitance dans les sept années à venir avec l'opérateur américain de téléphonie mobile Sprint Nextel, l'achat de la division de Nortel marque un nouveau pas dans l'implantation en Amérique du Nord d'Ericsson.
 

En comptant le transfert d'employés de Sprint Nextel et Nortel, le géant suédois emploiera près de 14.000 personnes en Amérique du Nord, qui devient la première région du groupe en termes d'effectifs, selon Ericsson.

 

Ericsson, qui véhicule via ses réseaux près de 40% du trafic mondial de la téléphonie mobile, compte actuellement près de 75.000 employés dans le monde.

Première publication : 25/07/2009

COMMENTAIRE(S)