Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Au Zimbabwe, le spectre de la crise économique plane toujours

En savoir plus

Asie - pacifique

L’artisan du cessez-le-feu raté avec les Taliban arrêté à Peshawar

Texte par Dépêche

Dernière modification : 27/07/2009

Le religieux islamiste qui a négocié, en février, un accord de cessez-le-feu entre le gouvernement et les Taliban en échange de l'instauration de tribunaux islamiques à Swat, et dans six autres districts, a été interpellé à Peshawar.

AFP - Le maulana Sufi Mohammad, le religieux islamiste qui avait négocié l'accord de paix entre le gouvernement et les talibans dans la vallée de Swat, a été arrêté dimanche à Peshawar, dans le nord-ouest du Pakistan, a annoncé un responsable.

Ce dernier avait négocié en février un accord de cessez-le-feu en échange de l'instauration de tribunaux islamiques dans la vallée de Swat.

"Le gouvernement a arrêté Sufi Mohammad. Une enquête judiciaire va bientôt être ouverte à son encontre", a annoncé le ministre de l'Information local Mian Iftekhar Hussein au cours d'une conférence de presse.

"Il a tué un grand nombre de personnes. Il se préparait à recommencer. Nous ne permettrons à personne de réduire à néant (les efforts pour parvenir à) la paix à Malakand et Swat", a-t-il dit.

Sufi Mohammad a été arrêté avec ses deux fils et un commandant dans les environs de Peshawar, a déclaré à l'AFP au téléphone Abdul Hameed Khan, un responsable de la police dans cette ville. Le religieux a été emmené dans un lieu qui n'a pas été précisé.

Des habitants ont indiqué que des policiers avaient investi une maison de location située à Douran Pur et arrêté Sufi Mohammad ainsi que ses deux fils Rizwan Ullah et Zia Ullah.

"Nous allons enquêter sur son rôle à Swat et Malakand puis nous ouvrirons une enquête le concernant, a déclaré Mian Iftekhar Hussein.

Sufi Mohammad est le beau-père du maulana Fazlullah, chef des talibans dans la vallée de Swat et d'une organisation islamiste interdite, le Tehreek-e-Nafaz-e-Shariat-e-Mohammadi (TNSM).

La vallée de Swat était tombée sous le contrôle des talibans pakistanais, partisans de Fazlullah, en novembre 2007. Depuis, Fazllulah a entraîné des milliers de partisans, islamistes convaincus ou jeunes gens à la dérive, dans une violente campagne marquée par la destruction d'innombrables écoles et des affontements avec les forces gouvernementales.

Le TNSM avait été interdit en janvier 2002 par l'ancien président Pervez Musharraf. Sufi Mohammad, fondateur du mouvement, avait été emprisonné, et Fazlullah avait pris le relais à la tête du groupe.

Libéré en février 2008, Sufi Mohammad avait mené les négociations avec les talibans de la vallée de Swat. Il avait réussi à conclure un accord controversé qui avait débouché sur l'annonce d'un cessez-le-feu dans le district de Malakand où est située la vallée de Swat le 16 février 2009.

L'accord prévoyait l'application exclusive de la charia ou loi islamique dans la vallée de Swat.

Mais après l'accord de février, les combattants islamistes avaient refusé de déposer les armes et profité du cessez-le-feu pour progresser au-delà de Swat, jusqu'à une centaine de kilomètres d'Islamabad.

En réaction, l'armée pakistanaise a lancé contre eux une offensive le 26 avril.

Première publication : 27/07/2009

COMMENTAIRE(S)