Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama à Hiroshima : un hommage mais pas d’excuses

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Accord de la zone Euro : nouveau plan de sauvetage pour la Grèce

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Barack Obama à Hiroshima : l'appel pour un monde sans armes nucléaires

En savoir plus

REPORTERS

Ukraine : à la recherche des disparus du Donbass

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Euro-2016 : la France chausse les crampons

En savoir plus

BILLET RETOUR

Vidéo : en Turquie, que reste-il de la révolte de Gezi ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Issad Rebrab : "Ma seule ambition, le développement économique de l'Algérie"

En savoir plus

FOCUS

Espagne : des salariés dénoncent leurs conditions de travail dans les abattoirs catalans

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Les réfugiés dans l'œil de la photographe Anne A-R

En savoir plus

Economie FRANCE

Sauvé de la faillite, Thomson envisage de changer de nom

Texte par Dépêche

Dernière modification : 27/07/2009

La restructuration de Thomson pourrait s'accompagner d'un changement de nom, a annoncé son PDG, Frédéric Rose, dans la presse. Vendredi, les créanciers du groupe ont consenti à réduire sa dette à hauteur de 45 %.

AFP - Le groupe Thomson, parvenu vendredi avec ses créanciers à un accord qui éloigne le spectre de la faillite, veut accompagner sa restructuration d'un changement de nom, qui sera proposé à l'automne, a annoncé son PDG Frédéric Rose dans un entretien aux Echos de lundi.

La transformation du groupe "va aussi passer par un changement de nom, que nous proposerons lors de l'assemblée générale des actionnaires cet automne", explique M. Rose.

"Nous avions sous-estimé le poids du nom Thomson, qui est devenu un fardeau", ajoute-t-il, précisant que "le public rapproche cette marque de l'électronique grand public, alors que cela n'a plus rien à voir avec notre métier".

"Le nouveau groupe va aussi renouveler très largement son conseil d'administration, avec des personnalités qui accompagneront le groupe dans son renouveau", indique-t-il.

Ancien emblème de l'industrie électronique française, Thomson a quitté le secteur de l'électronique grand public pour se reconvertir dans les métiers de l'image.

Selon les termes de l'accord de restructuration de la dette signé vendredi par la majorité des prêteurs de Thomson après plusieurs mois de discussions, sa dette brute de 2,83 milliards d'euros est réduite de 45%, à 1,55 milliard.

"Notre dette nette après restructuration sera ramenée à 1,1 milliard d'euros et nous sommes convaincus que Thomson peut supporter une dette de ce montant", fait valoir M. Rose.

Première publication : 27/07/2009

COMMENTAIRE(S)